• Rodez. Le grand retour du potager 
      
    La mode de l'olivier est accessoire.
    Le must est de cultiver son jardin.


    Rodez. Le grand retour du potager
    crayon

     
    crayon 
     

    Une promo sur l'olivier, invite adressée aux Ruthénois, gens d'un plateau situé à quelque 700 mètres d'altitude et soumis aux frimas, cela vaut la peine de pousser la porte de «L'île au jardin», à La Primaube. Bernard Neuville, le patron, explique qu'après une fermeture de près de deux ans, parenthèse imposée par un incendie, il s'est trouvé confronté à une demande nouvelle, celle d'oliviers. D'oliviers et de palmiers, arbres qui aiment la chaleur.

    Le client est roi, commente sobrement Bernard Neuville qui rappelle cependant que l'olivier aime à garder les pieds au sec et que la terre du causse lui est la plus propice. Cette condition nécessaire n'est pas suffisante. Les températures d'ici imposent un voile d'hivernage pour protéger tronc et touffe. Quant aux palmiers, mieux vaut choisir les plus résistants au froid.

    Selon le même, ces demandes traduisent un besoin d'exotisme que conforte le goût actuel pour des arbustes de type médierranéen que sont albizia et lagerstroemia.
    La demande d'oliviers se calme, estime-t-on à la jardinerie de la RAGT à la Gineste où Murielle s'émeut de l'arrachage, en Espagne, d'arbres de belle taille qui peuvent valoir jusqu'à 1 000 €. La même préfère donc les oliviers d'élevage pour répondre à une demande qui intéresse aussi les palmiers retenus par les possesseurs de piscine pour leur absence de feuilles ; et les pins parasols synonymes de cigales et de soleil au cœur. «Les pluies des derniers mois ont freiné ces ventes», commente Murielle qui observe trois tendances d'aujourd'hui : le retour des vivaces, pérennes donc économiques, la percée des jachères fleuries, tant chez les particuliers que dans les collectivités locales, et, surtout, le boum des potagers.

    Même constat à la jardinerie Leclerc à Sébazac. Le responsable de la pépinière confirme l'énorme engouement pour les produits du jardin. «J'ai manqué de courgettes, de tomates cerise... Les fournisseurs étaient en rupture devant l'importance de la demande», témoigne encore Gaël qui n'a jamais autant vendu de fumier décomposé : «Des palettes et des palettes !»

    Les Aveyronnais savent

     

    Si, en Aveyron, ils sont beaucoup à s'intéresser aux oliviers, palmiers et autres arbustes en vertu d'une espèce de syndrôme méditerranéen, synonyme de besoin de soleil et de farniente, ils sont bien plus nombreux encore à raisonner salades, haricots verts, radis. Ce retour au potager, sensible partout mais omniprésent en Rouergue, obéit à une multitude de causes, selon nos interlocuteurs. Les causes ? La cherté des fruits et légumes, alliée à l'envie de manger des produits naturels, sont de puissantes motivations. Chez Leclerc, Gaël observe que ce retour du potager est quasi naturel et donc facile dans le rural Aveyron où l'on sait les gestes, où l'on possède les connaissances, où le voisin ou le grand-père vous délivreront volontiers un conseil, avec quelques salades à repiquer.

      crayon
    Publié le 19 Juillet 2008 à 09h37
    Arrow http://www.ladepeche.fr/article/2008/07/19/464801-Rodez-Le-grand-retour-du-…

     Les réflexions du forum

    Le Potager..
    Le Retour..
    Frappant, le nombre d'articles sur le potager.
    Foparévé Le prix des légumes ne repartira pas à la baisse..
    Plusieurs facteurs vont dans ce sens.

    A Le budget des ménages est de plus en plus étranglé.
    La raison...
    Se loger coute de plus en plus cher...
    Le transport va augmenter de manière durable.
    Tous les prix vont augmenter de manière significative.
    Cout des matières premières en hausse
    Crise et désordre financiers dont on ne mesure pas encore toute la gravité.

    B Le besoin de culture naturelle va fortement entrainer les couts de production à la hausse.
    Moins de pesticide et d'engrais chimique = beaucoup de main d'œuvre pour désherber, entretenir et fertiliser.
    Et notre main d'œuvre est très chère.
    Le rendement en culture Bio ou naturelle sera bien moindre.

    C Du fait du cout grandissant des transports..
    Disparition substantielle des importations de fruits et légumes à bas-couts .

    Tout nous entraine vers une alimentation peut-être plus naturelle, mais bien plus couteuse..
    Comment s'en sortir..
    Il va falloir payer son pain, sa viande, ses légumes et ses fruits, bien plus chère qu'avant.
    Pour cela il faudra dégager des économies sur le budget alimentation.

    C'est à dire:
    Ne plus s'alimenter avec ces substances prédigérées
    Tous ces plats préparés.
    Tous ces desserts multiples, variés et très sophistiqués.
    A très forte valeur ajoutée.
    Souvent néfastes à la diététique.
    On achète le hamburger au prix de la viande, pour recevoir un bout de pain farci d'une viande de très basse qualité.
    On consomme des extraits de pomme de terre soufflés et aromatisés (biscuits apéritifs) au prix du kilo de foie gras.

    Je pense que même les plus fondus de l'écologie ne sont pas vraiment prêts à de tels sacrifices.
    Car grands vont être les changements qui nous attendent.
    Seuls les gros revenus pourront continuer à consommer sans discernement et se payer en prime le Bio et les produits naturels...

    Bienvenue chez les riches..

    W.S.
    WS 
      crayon

     Bigwoman

    Et quand on voit tous les terrains laissés à l'abandon et les énormes pelouses qui ne servent à rien,
    puisque personne n'y met les pieds
    Parfois, je me dis que les légumes ne sont pas assez chers et quand on voit le prix d'un oeuf, je pense que si j'étais une poule, je ferais la grève
    Quoi ! vendre un si bel oeuf à un prix aussi ridicule, pas de quoi se casser le c..
    . Il ne faut pas on n'est pas des sauvages
      

            
     
      Compteur de visiteurs en temps réel
     Répondre au sujet

    votre commentaire
  • Remplacer le Viagra par de la pastèque
     
    Remplacer le Viagra par de la pastèque

    Des chercheurs du Centre d'amélioration des fruits et légumes du Texas (Etats-Unis) viennent de démontrer que la citrulline, un acide aminé présent dans la pastèque, aurait, chez les hommes, le même effet que le Viagra. Selon une étude dévoilée le 30 juin dernier, elle favoriserait la dilatation des vaisseaux sanguins, ce qui aide à la fonction érectile.
    Il faudrait toutefois manger l'équivalent d'environ 1,5 litre de ce fruit pour en ressentir les bienfaits, ce qui a surtout un effet diurétique.
    Les chercheurs du Centre d'amélioration des fruits et légumes, étudient désormais les effets secondaires liés à une consommation importante de pastèque. En plus d'accélérer la production d'urine, cela provoquerait un taux important de sucre dans le sang. Pour l'instant, il n'existe donc aucun moyen de substitution à un traitement médical.
    La citrulline est également présente dans les concombres et les melons, mais en plus faible quantité.
    Source : http://agnews.tamu.edu

    crayon
    Avis de la rédaction
    1 kilo et demi....
    Qu'il faudrait en consommer...pour finalement uriner plus....
    Ils sont drôles, parfois les chercheurs...
    Tant qu'ils découvrent des choses comme çà, ils n'inventent pas de nouvelles armes de guerre, par exemple.....
    Et c'est tant mieux.!
    on n'est pas des sauvages

      Une conversation à continuer ici......... 

       
     Â suivre

      Forum 


    votre commentaire
  •  

    Potager d'ananasgold
    Une partie de mon potager , mes poireaux et vous pouvez voir dans les rigoles , mon purin de consoude et la semaine prochaine, ce sera un purin de rhubarbe , j'aurais du le faire avant même ! mais trop tard j'y ai pensé après ,
    ici mes tomates , j'ai pas pu tout prendre , mais j'en ai plus de 30 dehors , je vais recompter pour voir le nombre de plants j'ai mis , je ne le sais même plus Désopilant

    ma récolte d'aujourd'hui d'haricots verts pour terminer en beauté une tomate tegucigalpa 
       Répondre au sujet
       
     Â suivre     Retour

       Compteur de visiteurs en temps réel


    votre commentaire
  • La fin des bombes aérosols
     
    La fin des bombes aérosols

    crayon

    Un projet..
    Déodorant naturel

      

    On passe la main dans les feuilles pour libérer les essences de la plante.







    retour   

    crayon
    On en a rêvé, Azimut le réalisera certainement...

    Bel la vie

      Une conversation à continuer ici......... 

       
     Â suivre

              Retour


    votre commentaire
  • Summerhouse
      Summerhouse
    Initialement conçue pour accueillir des enfants, cette petite maison sert de rangement pour les outils, de local pour jouer au ping-pong ou de chambre d'appoint.
    Un miroir de 8 mètres de long reflète la végétation environnante et donne une profondeur au petit jardin dans lequel la maison est installée. ullmayersylvester architects (11/06)

    crayon
    crayon
    crayon crayon
    crayon
    Un jardin presque virtuel, en quelque sorte...
    Faut pas jeter de cailloux..
    Sinon, le rêve est brisé.
    Cela me parait un peu fragile....
    Pour accueillir des enfants..
    Qu'en pensez-vous Question
    Je vouis rappelle

      Une conversation à continuer ici......... 

       
     Â suivre

      Forum 


    votre commentaire
  •  

    Cache-pot en béton
      Une création intéressante.
    En béton





    Debroize & Rouye


    Hauteur : 38.0 cm
    Largeur : 15.0 cm
    Longueur : 15.0 cm


    Porte-fleurs est un cache-pot entièrement fabriqué dans un béton trés doux au toucher. Sur un côté, un petit paravent ajouré tient lieu de treillage. Les plantes viennent s'y entrelacer pour former un mini mur végétal.
    Le matériau utilisé est un béton fibré hautes performances qui permet de réduire les épaisseurs et d'obtenir un grande finesse de grain.

    Arrow http://www.sabz.fr/fiche-produit/debroize-et-rouyer/accessoires/519-cache-p…




      Répondre au sujet
     



    Avis de la rédactionGénial - Mais c'est son prix qui ne laisse pas indifférent...
    @+ WS 

      Compteur de visiteurs en temps réel  

    votre commentaire
  •  

    Une rose pour les Petits Princes
    Après huit années de recherches, la rose du Petit Prince est enfin née. Elle est pour tous les enfants tombés du ciel

    Par Daphné Mongibeaux
    « Si quelqu'un aime une fleur qui n'existe qu'à un exemplaire dans les millions et les millions d'étoiles, ça suffit pour qu'il soit heureux quand il les regarde...», écrivait Saint-Exupéry dans «Le Petit Prince».
    Alors comme pour mettre des étoiles dans les yeux de tous les petits princes français, les Pépinières et Roseraies Georges Delbard ont décidé de recréer cette rose venue d’ailleurs…
    Car pour chaque pied de «roses du Petit Prince» acheté, deux euros sont reversés à l’association française « Petits Princes» qui réalise depuis vingt ans les rêves des enfants gravement malades.
    Ce week-end, à l’occasion des journées de la rose l’abbaye royale de Chaalis à Ernonville (60), ces fleurs ont dévoilé pour la première fois au grand public leurs pétales rosées aux reflets bleus et leur parfum fruité. Le parrain de l’association Yves Duteil est même venu bénir d’une note de champagne ces roses uniques. Et parce qu’elle est «capricieuse» et «orgueilleuse», la rose du Petit Prince ne sera disponible qu’à partir de cet automne dans toutes les jardineries françaises.
    Pour plus d'informations: http://www.petitsprinces.com/
    crayon
    08 Juin 2008 - 18:40
    crayon
    Le Petit Prince, un livre que nous avons tous lu..
    Très émouvant.
    Espérons que cette création sera à la hauteur du talent de Saint Ex.
    tout de même
    WS
       Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
       
     Â suivre     Retour

       Compteur de visiteurs en temps réel


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires