•  

    Magasin vert prend du poids
     
     
    Magasin vert prend du poids
          

    Magasin Vert, filiale de Coopagri- Bretagne, ouvre quatre nouvelles jardineries le 1er octobre dans la région et poursuit son développement en France.




    Quatre nouveaux Magasin Vert, deux dans les Côtes-d’Armor et deux dans le Finistère, vont ouvrir le même jour, mercredi prochain, histoire de marquer l’événement. A Plérin (22) et Pont-l’Abbé (29), deux magasins neufs remplacent les implantations existantes.
     A Lannion (22) et Saint-Martin-des-Champs (29), ce sont deux jardineries, précédemment affiliées à « Vive Le Jardin » et rachetées par le groupe coopératif, qui prennent l’enseigne Magasin Vert. Près de 70 salariés travaillent dans ces magasins.
    18 magasins en Bretagne
    Le premier libre-service agricole a été lancé par Coopagri en 1973 à Châteaulin.
    A l’époque, les paysans y côtoyaient le grand public.
    Au fil du temps, ces magasins ont suivi l’évolution de la société et se sont ouverts aux citadins passionnés de jardinage et de maraîchage.
    En 1989, le réseau a été réparti en Point Vert pour le monde rural et Magasin Vert pour la ville.
    Magasin Vert compte aujourd’hui 18 jardineries - et 250 salariés - en Bretagne (11 dans le Finistère, deux dans les Côtes-d’Armor, un dans le Morbihan et un en Ille-et-Vilaine). La gamme, initialement végétale, s’est élargie à la décoration de jardin, aux vêtements (jardin et balade) et à l’animalerie. Les quatre nouveaux magasins prennent de la dimension (4.150 m² à Saint-Martin-des-Champs et 4.900 m² à Plérin).
    Deux nouvelles implantations (des transferts) sont prévues en 2009 à Lesneven, dans le Nord-Finistère, et à Dinan (22). Sur l’ensemble du territoire national, l’enseigne compte une soixantaine de sites avec 600 salariés. Des ouvertures sont prévues l’an prochain dans le Nord et l’Est.
    Le concept Magasin Vert s’est également exporté en Grèce, à la Réunion et, depuis 2007, en Espagne.
    Yves Drévillon

    crayon
    Nous en avons 1 à Beauvais
    Ce type de magasin, sans être moins cher qu'ailleurs colle de plus prés que ses concurrents, aux aspirations des jardiniers.
    Vente en gros conditionnements.
    Matériel à caractère professionnel, plus souvent proposé.
    A mi-chemin entre le jardinage et la petite agriculture.
    Ils sont les héritiers des syndicats agricoles.
    Où on achetait l'engrais chimique par sacs de 50 kg.
    En ce temps-là on ne faisait pas dans le Bio.
    C'était une autre époque.........
      Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
       
     Â suivre     Retour

       Compteur de visiteurs en temps réel


    votre commentaire
  •  

     

     

    Bambou : plante exotique très résistante
     

    Le bambou fait partie des plantes exotiques et appartient à la famille des poaceae.
     Cette famille est caractérisée par des tiges contenant un chaume, (tige ligneuse), creux dont la croissance est très rapide.
     Le bambou se trouve sur plusieurs continents, à savoir, l'Amérique, l'Asie, l'Afrique et l'Océanie. Il est intéressant de savoir que le bambou prend la forme, selon l'espèce et le climat, soit de minuscules herbes, soit de très grands troncs hissés vers le ciel.
    Il existe plus de quatre vingt genre et mille deux cents espèces différentes de bambou. Les tiges sont d'une résistance incroyable grâce à leurs creux empilés les uns sur les autres. Depuis toujours, le bambou est une plante utile à l'homme.
    Dans les campagnes asiatiques, par exemple, le bambou sert aux habitations ; aux mâts des navires, aux palissades, à la vannerie, au papier...
    Au Xème siècle, notamment, durant la dynastie des Song, les maisons de bambous pouvaient durer jusqu'à vingt ans sans qu'on soit obligé de les réparer. Aujourd'hui, les pousses de bambous font encore partie de la gastronomie asiatique.
    Les feuilles de bambous, quant à elles, sont utiles à la conception du fourrage pour les chevaux et les buffles.

    Le bambou, en outre, est l'aliment de base, du grand panda, aujourd'hui, espèce en voie de disparition.
     La culture du bambou, se fait essentiellement à l'aide de boutures, puisque sa floraison est tout à fait aléatoire. Il doit avoir atteint au moins quatre ans pour être bouturé.
    On détache alors un morceau de trois chaumes pour en faire une bouture. Les jeunes plants doivent être exclusivement exposés à l'ombre. La plantation du bambou, en outre, doit se faire entre le mois de mars et d'avril et surtout, dans un sol humide et bien drainé.

    Ce sont les règles à respecter en matière de jardinage. Il faut ensuite tremper la motte en tachant de ne pas la casser, puis on la place dans un sol bien travaillé et mélangé à un peu de terreau. Pour terminer, il suffit de recouvrir de trois couches de tourbe.

    Vous aurez peut-être besoin d'un tuteur. Il suffira ensuite d'arroser une fois par semaine durant tout l'été.
    Faites, cependant très attention à l'endroit où vous souhaitez planter votre bambou car les racines sont très envahissantes et gêneront le reste de votre végétation. Il vous restera, au début du printemps à couper au ras, les tiges inutiles.
     Sachez que le bambou peut être utilisé, grâce à sa solidité et à sa résistance au gel, en tant que haie, bosquet et peut aussi servir de décoration autour d'un bassin. Mais les forêts de bambous sont aussi utiles au marché du textile. Ce tissu très naturel a conquis de très nombreux consommateurs. Le bambou est actuellement une plante très prisée et moderne. C'est pour cela, en outre, que le bois exotique du bambou est très recherché. Les meubles en bambou font toujours partie de la tendance actuelle.

    De la chambre au parquet en passant par les tapis et tout élément de décoration, les fabricants se l'arrachent, tant le marché du bambou est rentable.



    Le Mardi 23 Septembre 2008 à 14:50  Article écrit par missharper

    Arrow http://www.web-libre.org/dossiers/bambou,5174.html

     


    Il peut se révéler très envahissant dans un petit jardin.
    On isole souvent ses racines par une véritable muraille, pour éviter sa propagation.

     

    Tendance

     

     Forum un jardin blanc 

       Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
     
       
     Â suivre     Retour

       Compteur de visiteurs en temps réel

     


    votre commentaire
  • Alimentation : des techniques qu’on a du mal à digérer…

      Modérateur 

    Variation
    Modérateur

    28/09/2008 06:44:57

    On ne parle plus que du pouvoir d’achat, et pour cause. Dans le dernier numéro de 60 Millions de Consommateurs, à paraître ce jeudi 24 septembre, on en apprend de belles sur les techniques de l’industrie agro-alimentaire pour nous enfoncer encore un peu plus dans le panier...
    Inflation masquée
    Les matières premières ayant augmenté, les grandes marques n’hésitent pas à user de moyens peu catholiques afin de conserver leur marge bénéficiaire. Comment ? C’est simple : quand on ne peut pas impunément augmenter les prix des articles, on les modifie pour qu’ils coûtent moins chers à produire, tout en se vendant le même prix. Cela passe souvent par la diminution de la quantité du produit, que le consommateur non aguerri ne remarque jamais (pensez-vous à vérifier le grammage de votre boite de conserve à chaque fois ? non).
    Exemple précis, un produit favori de nos petites têtes blondes. Les fameux Prince de Lu sont passés de 330 grammes avant l’été à 300 grammes aujourd’hui, sans aucune raison et au même prix évidemment… Même cure d’amaigrissement pour le Jockey de Danone : le célèbre pot de fromage blanc est passé de 1 kilo à 850 grammes… Quant au pot de Danette, il pèse toujours 125 grammes, sauf si vous achetez le pack de 16 pots pour la famille, dans ce cas, il ne pèse plus que 115 grammes...
    Amora, même combat... quoique non, c'est pire ! L'ancien pot, pas très joli et maigrichon, contenait 500 ml de vinaigrette à l'ancienne. Le nouveau packaging, bien plus joli et plus rebondi dans la forme, ne contient plus que 450 ml. Cerise sur lez gâteau : il est plus cher ! Il est passé de 1,41 à 1,95 euro. Belle opération...
    Autre technique fourbe de certaines marques, le changement de recette, oui ma bonne Dame ! Vous croyez savourer le même yaourt que la semaine dernière ? Mais non, s’il s’agit bien de la même marque, du même modèle et du même prix, les ingrédients qu’il contient sont juste des matières premières moins onéreuses. Résultat, vous mangez un produit sans doute moins équilibré d’un point de vue nutritif, voire moins bon au goût, mais en payant le même prix...
    L’habit ne fait pas le produit...
    Dernière technique pour nous tromper, le changement d’emballage. Cette fois, le produit que vous achetez a bel et bien augmenté, mais vous ne trouvez pas ça grave puisque l’emballage est tout beau tout neuf. Or le produit à l’intérieur reste exactement le même, mais crédule et pressé de quitter le supermarché pour rentrer, vous le jetez quand même dans le caddie. Et une fois à la caisse, vous vous jurez que vous ne vous ferez plus avoir la prochaine fois… C'est peine perdue.

      Une conversation à continuer ici......... 

       
     Â suivre

      Forum 


    votre commentaire
  •  

    Planifier les plantations de rosiers

    28/09/2008 10:49:21
    Fleurs, fruits et légumes sont en pleine production et il faut déjà songer au printemps prochain.
    Les rosiers seront plantés à fin octobre, ou même plus tard, mais vous pouvez commander dès
    maintenant vos nouveaux plants.
    En montagne, le retour de la neige sur les sommets marque déjà la fin de la saison de jardinage et les plantes gélives doivent être abritées ou rentrées pour l'hiver.
    Passer commande des plants de rosiers qui pourront être plantés dès fin octobre et durant tout l'hiver, en l'absence de neige et si le sol n'est pas gelé ou détrempé.
    Dans certains magasins, on peut déjà acheter en septembre des plants de rosiers à racines nues. Ces plants ne sont pas de qualité car ils ont été arrachés trop tôt, puis effeuillés.
    Faites plutôt confiance à votre rosiériste et patientez encore un mois avant de mettre en place de nouveaux rosiers. Faire le choix de variétés adaptées à l'emplacement et à l'altitude.
    Bulbeuses à floraison printanière: les narcisses ont besoin d'une longue période de végétation et devraient être plantés entre mi-septembre et mi-octobre.
    Dans les pelouses planter en groupes des bulbes de crocus, ou de narcisses nains précoces, qui s'épanouiront au printemps avant la première tonte.
    Annuelles: par temps sec et ensoleillé, récolter les graines des fleurs annuelles non hybrides qui seront séchées et stockées pour les semis de l'an prochain.
    En montagne, les premiers gels ont déjà mis à mal certaines plates-bandes. Dès lors, les travaux de fin de saison, arrachage, labour et plantation de bulbes, peuvent être entrepris.
    Bisannuelles: pour leur donner un coup de fouet, arroser à l'engrais liquide les repiquages de pensées, myosotis et bellis.
    Bacs et caissettes: alors que certaines plantes sont encore magnifiques et en pleine floraison, d'autres sont défleuries ou malades et leur remplacement s'impose. Choisir les plantes en fonction de leur emplacement.
    Actuellement, les étalages des jardineries sont garnis de chrysanthèmes et de cyclamens, deux plantes fleuries magnifiques mais dont les fleurs ne supportent pas de fortes gelées.
    En montagne et dans les endroits exposés au gel nocturne, on plantera des espèces supportant le froid comme les pensées, les bellis et certaines bruyères, par exemple l'erica carnea.
    En montagne: récolter et encaver, carottes, navets et céleris raves.
    Arracher les poireaux et les mettre en jauge sous un abri accessible durant l'hiver. Protéger les chicorées scaroles des gels nocturnes en les recouvrant le soir d'un sac de jute qu'on aura soin d'enlever chaque matin.
    En plaine: planter des bulbilles d'oignons à hiverner.
    L'ail planté en septembre donne un meilleur rendement que s'il est planté au printemps et la récolte sera plus hâtive.
    Sous couche ou sous tunnel, semer de la mâche à récolter durant l'hiver.
    Travaux d'entretien: c'est en buttant les poireaux que l'on provoque leur blanchiment. Quant aux chicorées scaroles, le blanchiment s'effectue également sur place, soit en liant au moyen de raphia le feuillage, qui devrait être sec pour éviter la pourriture, ou en recouvrant la scarole d'une cloche opaque.
    Une fois blanchie, la scarole doit être récoltée assez rapidement

    Barre étiquette
    Parution semaine 38, 2008 Eliane Rufener
    Arrow
    http://193.247.189.70/agrihebdo/journal/journal.cfm
    Barre étiquette
     
    Une autre saison s'avance..
    Exit de l'été..
    Les colchiques sont en fleur.
    L'automne, c'est sympa aussi...finalement......


    wsBarre étiquette

     

      Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
       
     Â suivre     Retour

       Compteur de visiteurs en temps réel


    votre commentaire
  •  

    Malédiction dans le jardin
     
    Malédiction dans le jardin  
     

    Rencontre troublante, il y a trois semaines à Chambly. J'ai vu pour la première fois des scarabées japonais. Ils étaient des centaines et des centaines à dévorer les rosiers et les vignes du jardin de mon ami Ricardo Larrivée. Avec ses reflets vert métallique, l'insecte est fort joli, il est vrai, mais ses dommages sont épouvantables.
    Le scarabée japonais s'attaque à au moins 300 espèces de plantes. Parmi ses préférées, notons les vignes, pommiers, pommetiers, cerisiers, pruniers, framboisiers, bleuets, ormes, tilleuls et rosiers, sans oublier plusieurs autres vivaces comme les zinnias et les dahlias. Les plantes potagères ne sont pas épargnées non plus: les asperges, la rhubarbe ou encore le brocoli figurent à son menu. Non seulement mange-t-il le feuillage, mais il bouffe aussi les fleurs et même les fruits.
    Quand il s'attaque à une feuille, une fois le repas terminé, il n'en reste plus que les nervures. Des lecteurs m'ont même écrit pour me dire qu'ils abandonnaient la culture des rosiers après le passage du scarabée. (Et ils n'avaient pas encore été confrontés au scarabée du rosier, une autre bestiole semblable, particulièrement active cet été.)
    Heureusement, les problèmes causés par Popillia japonica, de son nom scientifique, sont avant tout d'ordre esthétique, ce qui est désastreux évidemment puisqu'on entretient un jardin pour sa beauté. Mais la plupart du temps, l'attaque n'entraîne pas la mort du végétal et le feuillage repousse. On imagine toutefois que des agressions répétées peuvent affaiblir la plante.
    L'appétit des scarabées japonais semble sans limites.
     
    Un été propice
    L'hiver doux et enneigé, de même que le temps pluvieux qu'on a connu depuis le printemps, ont favorisé la survie des larves dans le sol et l'émergence d'innombrables adultes en juillet et août. Les affamés sont actifs durant six à huit semaines.
    D'environ 1,3 cm (1/2 po), la bête est active quand il fait chaud (21 C et plus) et que le temps est ensoleillé; ce sont d'ailleurs toujours les feuilles bien hautes et exposées au soleil qui sont d'abord dévorées. Le vol du scarabée est erratique mais il peut voyager sans peine sur une distance de plusieurs kilomètres s'il profite d'un bon vent.
    Le scarabée japonais est non seulement dommageable quand il est adulte mais, comme le hanneton européen, sa larve - un autre ver blanc - mange allègrement les racines de nos pelouses au cours de l'automne et au printemps. Avec les résultats que l'on imagine.
    Originaire d'Asie notamment de la Chine et du Japon, l'insecte maléfique est arrivé aux États-Unis en 1916. Il a ensuite été signalé en 1939 en Nouvelle-Écosse et au Québec, à Lacolle, où on avait capturé trois spécimens. Aujourd'hui, il est présent dans une trentaine d'États américains, en Ontario, (où il fait des dommages dans les vergers), au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse. Chez nous, sa progression a commencé il y a une quinzaine d'années mais elle semble limitée par les hivers rigoureux.
    L'insecte, qui affectionne les sols sablonneux, est aujourd'hui présent surtout dans le sud-ouest du Québec et les principaux foyers d'infestation sont situés à Sorel-Tracy, Bedford dans l'Estrie, à l'ouest de Montréal et à Berthier, dans Lanaudière.
    Selon les données de l'Agence canadienne d'inspection des aliments, qui suit son évolution, les scarabées japonais étaient particulièrement nombreux cet été à Bedford, de même qu'à Brossard et Candiac.

    Le scarabée japonais est non seulement dommageable quand il est adulte mais, comme le hanneton européen, sa larve - un autre ver blanc - mange allègrement les racines de nos pelouses au cours de l'automne et au printemps.
    POUR MIEUX COMBATTRE LA BÊTE
    Si les producteurs commerciaux disposent toujours de certains produits chimiques pour faire face aux invasions d'insectes, le jardinier amateur, lui, se retrouve sans défense. Depuis l'application du Code de gestion des pesticides en avril 2006, bon nombre d'insecticides lui sont maintenant interdits et il est souvent difficile d'obtenir des renseignements fiables sur les divers produits sur le marché. Les informations sur l'internet sont aussi parfois contradictoires. Le cas du scarabée japonais est assez éloquent à cet égard.
    Par exemple, dans l'excellente documentation du ministère ontarien de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales, on nous indique qu'il existe plusieurs pièges à phéromone pour capturer la bête mais que, la plupart du temps, ils attirent plus de scarabées qu'ils n'en capturent. Beau dilemme! Le hic c'est qu'aucun autre site ne mentionne ce fait. Avec l'aide de Brigitte Mongeau, conseillère à l'Institut québécois du développement de l'horticulture ornementale (IQDHO), une spécialiste qui suit l'évolution du scarabée, voici quelques trucs qui pourront vous aider.
    Contre les scarabées adultes
    Éteindre les lumières qui éclairent les platebandes pour éviter de les attirer.
    Piéger la bête, notamment par des pièges lumineux. Ou encore poser une planche sur le sol près des plantes préférées des scarabées. Ils se cacheront sous la pièce de bois. À vous de les ramasser au petit matin, avant qu'ils ne soient actifs.
    Capturer l'insecte à la main ou avec un aspirateur portatif. On dépose ensuite les scarabées dans une solution d'eau et de savon.
    Planter des alliums au pied des rosiers ou vaporiser sur les plantes une solution faite d'eau et d'ail macéré. L'ail aurait un effet répulsif. L'efficacité de la solution reste toutefois à démontrer, si je me fie à certains lecteurs qui n'ont obtenu aucun résultat avec cette méthode.
    Arroser les plantes avec une solution faite d'une macération d'eau et de feuilles de rhubarbe ou d'ail. Il faut vaporiser après chaque pluie. Le traitement tuerait les scarabées, mais son efficacité reste aussi à démontrer, selon certains lecteurs.
    Saupoudrer de la terre diatomée sur le feuillage des plantes. Attention! Il faut éviter d'inhaler ce produit.
    Les pélargoniums (géraniums) sont mortels pour les scarabées à très petites doses.
    Contre les larves
    Maintenir le gazon en santé, bien dense et faire la coupe à 3 po (8 cm) durant la période de ponte, de juillet au début septembre.
    La méthode de la pomme de terre: sous le gazon, on insère de gros morceaux de pomme de terre. Les larves en sont friandes. Au bout de quelques jours, on élimine les larves qui bouffent la patate.
    Utiliser des nématodes, surtout l'espèce Steinernema carpocapsea, celle qui serait la plus efficace contre le scarabée japonais. Il faut toutefois suivre le mode d'emploi rigoureusement et ne jamais faire de traitement par temps ensoleillé.
    En désespoir de cause, faire appel à un expert en entretien du gazon pour un traitement avec le pesticide Merit. L'utilisation de ce produit est toutefois interdite dans plusieurs municipalités.
    Le lundi 15 septembre 2008 Pierre Gingras , La Presse


    Photo
      Répondre au sujet
        Après les coccinelles asiatique, un scarabée Japonais.
    Le péril jaune Very Happy
    Les ravages semblent spectaculaires.
    Il reste à trouver un prédateur.
    Mais pas l'importer. Voir les coccinelles asiatiques.
    Il va falloir du temps pour cela.

    En attendant ...Bon appétit! Monsieur Popillia japonica......
    WS

     

      Compteur de visiteurs en temps réel  

    votre commentaire
  • Houe maraichère

      Houe maraichère

    Elle existe en double roue ( voir sur le site) ce qui la rend encore plus stable et pratique pour sarcler les deux cotés, en même temps, d'une ligne de culture.
    perso', je m'en sert surtout pour monter des nouvelles planches de culture surélevées ou pour travailler les planche qui ne sont pas en paillis permanent.

    pour ceux qui butte encore leurs pomme de terre le socle butteur est bien pratique. pour ceux, comme moi, qui voudrais que la terre ne soit buttée que d'un seul côté, il est facile de ce fabriquer un socle avec un fer de pelle ronde. ( il faut simplement savoir souder)

     
       

     

      Compteur de visiteurs en temps réel  

    votre commentaire
  •  

    Houe maraichère
    Pour ceux qui ne sont pas bricoleurs mais qui veulent profiter d'un tel engin, je vous propose l'essais de la houe maraichère prud'hommeau.



     tout d'abord, l'impression de solidité. ce n'est pas une impression. cette houe, par rapport a ce que j'ai déjà vu et essayer, est faite pour durée plusieurs génération. la vitesse avec laquelle elle abat le travail est impressionnante. 
    comme vous le voyez sur la photo, je l'ai prise avec 4 accessoires. j'ai pris ceux qui me semblais les plus utiles et adaptés a mon mode de culture. 
    le prix de reviens, port compris,de l'ensemble est de 347,50 €. ce prix est très raisonnable au vu des autre produits vendus le double , voir le triple et qui n'offres pas la même qualité. 
    si vous trouvez cela un peu cher, dit vous que c'est l'outil de toute une vie et qu'il remplace bon nombre d'outils a main classique. je ne vous parle même pas de la vitesse de sarclage ou buttage d'un rang!
    en conclusion, cet investissement est rentable pour des surfaces supérieures a 200 M² ou pour des personnes ayant des problèmes des dos ou autre. 
    les personnes ayant aussi peu de temps pour jardiner en tireront grand bénéfice car elle abat le travail a grande vitesse. je met de 4 a 10 fois moins de temps a préparer une planche de culture.


     

    http://lebiopotagiste.jimdo.com/

      Répondre au sujet
       

     

      Compteur de visiteurs en temps réel  

    votre commentaire
  •  

    PaperPots

    PaperPots




    Ces pots biodégradables sont faciles d'usage et économiques pour faire pousser un grand nombre de pieds et de les replanter en ménageant les racines. Enfin, l'absence de fond permet une bonne aération des racines.

     
      Répondre au sujet
        En fait

    Les Américains utilisent plus facilement le papier à la place du plastique..
    Même recyclable.
    WS

     

      Compteur de visiteurs en temps réel  

    votre commentaire
  •  

    Eco torche en pin

      

    Fabriquée à partir de bois mort, récolté en Estonie dans les forêts de pins, plantés pour l'industrie du meuble, cette bûche - qu'on aura bien sûr posée sur un socle ignifugé - se consumera en 50 - 60 minutes.
    £5.00

      


    £5.00 la 1/2 heure de lumière...
    Il ne faut pas que la soirée s'éternise.
    . Je dis pas

    Tendance

     

     

       Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
     
       
     Â suivre     Retour

    Forum un jardin blanc

       Compteur de visiteurs en temps réel


    votre commentaire
  • DomeShell 
    DomeShell
       Un DomeShell est un module fabriqué en structure "sandwich" à la manière des coques de bateaux. Il peut resister à toutes les conditions climatiques y compris les ouragans et même les tremblements de terre. Ceci dit, associé avec d'autres modules, il fait une jolie petite maison à installer facilement au fond du jardin. DomeShells (26/02) 
    crayon
    Un concept Australien.
    Ces réalisations d'avant-garde, ne sont pas encore pour nous....
    Désolé

    Nettoyage du forum sujet remixé Mabul : Mort

      Une conversation à continuer ici......... 

       
     Â suivre

      Forum              Retour


    votre commentaire
  •  

    Courgette et oidium

    Alain
    ModérateurModérateur12/09/2008 08:15:33 


     

    Bonjour
    Même dans un jardin blanc, j'ai fait grise mine en découvrant mes plants de courgette couverts de poudre blanche suite aux pluies de ces jours ci. J'ai donc essayé la pulvérisation de bicarbonate. Cela marche incroyablement bien, après deux applications mes courgettes ont retrouvé un aspect normal et continuent de produire. Merci Bigwoman.
    Bon Week End

      Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet 
     
       
     Â suivre     Retour

       Compteur de visiteurs en temps réel


    votre commentaire
  •               
      12/09/2008 16:18:42

    Prix des légumes  

      C'est vrai le Bio reste cher. Mais il nous invite à cultiver nos légumes Les prix ne redescendront pas. Même les prix des légumes de grande culture maraichère vont augmenter Interdiction progressive des Pesticides, des Engrais et des Herbicides les plus néfastes. Les produits de synthèses très efficaces au demeurant, ont un impact catastrophique sur la nature, la flore, la faune, notre environnement et notre santé. Donc besoin d'une plus grande main-d'œuvre Désherbages manuels Fumure et engrais bio, nécessitant plus de personnel et de temps. Traitements aux insecticides d'origine naturelle (roténone, pyrèthre etc.....) Traitement beaucoup plus soft pour la nature, mais demandant plus d'interventions pour une même efficacité. Bonne nouvelle! Création d'emplois dans ce domaine de l'agriculture.. J'ai vu des tomates cerises pas bio, à 8€ le kg. L'apéro va couter plus cher  !

     

     

     


    votre commentaire
  • Clavaire Crépue
       
     
     
     

       C'est la première fois que je trouve ce champignon, 

    Après renseignements pris auprès des copains et sur la net, on a décidé de le manger .
    Avec des tranches de filet de porc, un vrai régal.
    Le connaissez-vous? Et votre opinion sur ce champignon?

     
     
         

    Un Jardin Blanc

    votre commentaire
  • Vesce de loup

       Vesce de loup
      

     

     Champignon de 5 kg

      

     

     Énorme champignon

     

     

     


    Bigwoman
    ModérateurModérateurVoir le profil de l’utilisateur



     

    Posté le: 02/09/2008 09:19:41 

    Un jour, nous avons trouvé une "vesce de loup" gigantesque
    Je ne me souviens plus de ce que nous en avions fait, mais pas mangée , c'est sûr !
    Par ici, on trouve facilement des champignons blancs, comestibles,
    Leur nom ????? aucune idée
    Champipi, puisque tu en connais un bout, tu pourrais nous en apprendre un peu sur ce sujet !

      Une conversation à continuer ici.........

       
     Â suivre
     Forum

    votre commentaire
  • Tondeuse Mulching

      Une tondeuse spéciale et plus chère.
    Mais, maintenant beaucoup de tondeuses sont proposées en version mulching.
    Et c'est surtout intéressant pour les grandes pelouses
    Beaucoup de matière à transporter.
    J'ai assez peu de pelouse, mais je récolte déjà 2 brouettes pleines  de gazon à chaque tonte
    Et au printemps 3 à chaque fois.
    Et je n'ai pas 500 m² de gazon
    Autrefois, on avait un terrain avec près de 1000 m² de pelouse.
    2 à 3 heures de tontes.
    Mais on ne ramassait pas le gazon
    Dans les années 70 les tondeuses, trop faibles, collectaient mal le gazon.
    @+

       Photo 

      

      Une conversation à continuer ici......... 

       
     Â suivre

      Forum             Retour


    votre commentaire