• LE TROU DU DIABLE 

     

    Autant de nantis que de pauvres gens sont nombreux à se rendre à la croisée des chemins.

      Ils restent là un moment les yeux grands ouverts sur le trou sans fond. Puis tous s’en reviennent par les vieilles haies d’épines noires.

      À tout prendre, mieux vaut garder par devers soi sa misère, que de perdre son âme à la décharger dans le cul de basse-fosse du Diable.

                           Gilles Toulet

     

    ÉCH TREU D’ DIAB’

     

      Tant d’nintis qu’éd pov’ gins, is sont gramint à s’rènne à l’croésée d’chès c’mins.

      In momint, is rest’é lo à bayer d’vant ch’treu sans fond.

    Pi tertous is s’ inrviennt’t pèrt chés vieilles hailles d’épeines noères.

      À tout prènne, i veut miu warder pèrt édvers li s’mizér, qu’éd perd’ esn âme à l’déquertcher din ch’tchul d’basse-fosse d’éch Diab’.

     
     
       
     Revue trimestrielle de l’association « LIRECRIRE » de Beauvais
     N°04 - Octobre 2011 

    votre commentaire
  • Bulletins Météo du 22 au 29 avril 2012

      +3°C Ce matin 22/04/2012  à Jouy

      Couvert à dégagé -Vent fort Sud

    Hier T° Maxi +10°C -Vent Fort Sud

      Couvert à dégagé -giboulée -

    pluviomètre: 4mm

    Total Pluvio. : 136mm

       758mm/Hg  

      +12°C Le matin du 22/04/2011 à Jouy

    Beau temps -  Vent  faible

      T° Maxi +24°CTotal Pluvio. : 123mm 

    760mm/Hg  

      +C Ce matin 23/04/2012  à Jouy

      Couvert à dégagé -Vent fort Sud

    Hier T° Maxi +10°C -Vent Fort Sud

      Couvert à dégagé -giboulée -

    pluviomètre: 3mm

    Total Pluvio. : 139mm

       756mm/Hg 

      +13°C Le matin du 23/04/2011 à Jouy

    nuageux à dégagé puis Orage -  Vent  faible

      T° Maxi +25°CTotal Pluvio. : 123mm 

    762mm/Hg  

      +C Ce matin 24/04/2012  à Jouy

      Couvert à dégagé -Vent faible

    Hier T° Maxi +8°C -Vent Fort Sud

      Couvert  -Pluie -  Orage -

    pluviomètre: 13mm

    Total Pluvio. : 152mm

       751mm/Hg 

      +13°C Le matin du 24/04/2011 à Jouy

    Nuageux à dégagé  -  Vent  nul

      T° Maxi +22°CTotal Pluvio. : 123mm 

    764mm/Hg  

      +C Ce matin 25/04/2012  à Jouy

      Couvert  -Vent Fort

    Hier T° Maxi +10°C -Vent Fort Sud/Ouest

      Nuageux à dégagé  -Pluie -  

    pluviomètre: 2mm

    Total Pluvio. : 154mm

       752mm/Hg  

      +15°C Le matin du 25/04/2011 à Jouy

    Beau temps -  Vent  nul

      T° Maxi +22°CTotal Pluvio. : 123mm 

    767mm/Hg  

      +C Ce matin 26/04/2012  à Jouy

      Couvert  -Tempête Sud

    Hier T° Maxi +11°C -Tempête Sud/Ouest

      Nuageux à dégagé  -Pluie -  

    Pluviomètre: 6mm

    Total Pluvio. : 160mm

       752mm/Hg 

      +8°C Le matin du 26/04/2011 à Jouy

    Variable -Tempête Nord

      T° Maxi +22°CTotal Pluvio. : 123mm 

    765mm/Hg   

      +C Ce matin 27/04/2012  à Jouy

      Couvert  -Vent fort Sud

    Hier T° Maxi +13°C -Tempête Sud/Ouest

      Nuageux à dégagé  -Pluie -  

    Total Pluvio. : 160mm

       762mm/Hg  

      +7°C Le matin du 27/04/2011 à Jouy

    Nuageux à dégagé -Vent faible

    Orage  T° Maxi +21°C

     Total Pluvio. : 123mm 

    765mm/Hg   

       +C Ce matin 28/04/2012  à Jouy

      Couvert Pluie  -Vent fort Nord Ouest

    Pluviomètre : 12mm

    Hier T° Maxi +13°C -Vent nul -  Couvert 

    Total Pluvio. : 172mm

       761mm/Hg  

    +7°C Le matin du 28/04/2011 à Jouy

    couvert - Pluie -Vent faible

    Orage  T° Maxi +10°C

     Total Pluvio. : 123mm 

    760mm/Hg   

        +C Ce matin 29/04/2012  à Jouy

      Couvert - Pluie  -Tempête Sud

    Pluviomètre : 12mm

    Hier T° Maxi +16°C -Vent Fort N/O Couvert 

    Pluviomètre : 14 mm

    Total Pluvio. : 186mm

       756mm/Hg  

      +9°C Le matin du 29/04/2011 à Jouy

    Couvert - Brouillard - Pluie -Vent faible

      T° Maxi +16°C

    Pluviomètre : 2mm

     Total Pluvio. : 125mm 

    758mm/Hg   

     

     Tendance

    votre commentaire
  • Les carnets de Jules Hostouley du 22 au 29 avril 2012

      22/04/2012 07:47:36    

    Sénateur, Député & Cardinal
    Jouy sous Thelle a un sponsor ; le sénateur Marini. Déjà de nombreuses fois sollicité pour des réalisations, des travaux, des aménagements, des restaurations à Jouy sous Thelle. Marches de l’église, Chapelle de la Chaire à loup, salle socioculturelle ont déjà profités largement de la réserve sénatoriale ; dont le sénateur Marini est le gestionnaire. Le récent compte-rendu du conseil municipal fait état de nouvelles demandes de subventions. Pourquoi dans le passé les élus n’ont-ils pas fait appel plus souvent à cette manne sénatoriale ? Notre village ne serait pas autant en retard dans ses équipements. Dans le passé Jouy sous Thelle bénéficia des largesses d’un Cardinal pour construire son Église ; remarquable sur le plan architectural ; et classée par la suite. Ce cardinal c’était le célèbre cardinal de Péllevé, dont des membres de sa famille sont enterrés à jouy sous Thelle . Nous allons peut-être avoir, aussi, le soutien d’un député…. C’est ce que l’on chuchotait, pas plus tard qu’avant-hier, dans notre bonne commune de Jouy sous Thelle. Car un sénateur, c’est un député qui s’obstine. Alors deux sénateurs au chevet de Jouy sous Thelle ? Mais là c’est une autre histoire…

    Bis dat qui cito dat

      23/04/2012 07:57:20

    Hollande, Sarko, Le Pen et les autres.....
    Hollande fait Un ; Sarko fait deux ; Le Pen fait trois. Comme l'on dit dans les milieux de la petite reine. Tous classés ? Sauf, malheureusement pour Poutou, Arthau, joly, Dupont-Aignan et Cheminade qui passent la ligne hors délai. Bayrou qui déçoit beaucoup en cinquième position ; privé de son équipe ; les équipiers du centre ayant rejoint prématurément et depuis fort longtemps, la voiture balais. Mélenchon, la grande surprise de cette compétition, qui a caracolé souvent, en tête, sur le grand développement de la démagogie, et qui signe un très fort engagement dans le futur critérium des législatives. Le Pen qui après avoir brillamment conforté son classement, va s’inviter, hors compétition, dans l’ultime étape de la Présidentielle. Mais n’est-elle pas un peu dopée aux anabolisants racistes, qui font les délices d’un nombre croissant de supporters. L’étape d’hier a fait beaucoup de mal dans les organismes. L’ascension fut rude et pleine de rebondissements. Aujourd’hui c’est repos dans le grand prix du Palais de l’Élysée. On soigne ses bosses et commente ses erreurs .Beaucoup de soigneurs et d’entraineurs, hier soir, au chevet des deux derniers participants à l’ultime échappée. On prétendait jusqu’alors que les grandes classiques du sport cycliste ne réservaient plus beaucoup de surprise, mais cette grande Classique Présidentielle vient de contredire cette affirmation. Hollande, maintenant en jaune, qui part favori dans la dernière étape et Sarko, qui revêt le maillot vert du vainqueur par points, mais ce qui ne suffit pas pour le résultat de la dernière confrontation, qui est noté sur le nombre de suffrages remportés. Sarko court-il pour remporter la seconde place ; afin de devenir un second Poupou ? ( Poupou ! j’ai dit ! Pas Poutou……Faudrait suivre un peu, quand même !!) Donc quinze jours de spectacle palpitant sur les routes de la politique. Un « contre la montre » qui signera la carrière du futur Président de notre beau Pays, la France. Car personne n’est vraiment capable, aujourd’hui, de connaitre celui qui recevra le bouquet final et la bise de notre Marianne Républicaine, qui en a déjà vu tant d’autres. Allez, j'en garde un peu sous la pédale, pour les prochaines étapes.

    Quand le Tour de France passe, la France est sur le pas de la porte. (Tristan Bernard)

      24/04/2012 06:54:14  
    Chantons sous la pluie !   
    Mars s’étant avéré un mois de sécheresse, avril compense visiblement ce manque de précipitation. Le climat semble bien avoir changé depuis quelques décennies. Comme notre consommation d’eau augmente sans cesse, il va falloir, soit économiser ; soit capter toute cette eau du ciel délivrée gratuitement. Quand on songe au tarif auquel on va payer le m3  d’eau à l’issu de l’implantation de notre futur réseau d’assainissement, à Jouy sous Thelle. On paiera cette eau javellisée au tarif de l’eau minérale. Donc il va falloir songer à installer une citerne ; et une grosse citerne ! Car il faut pour alimenter les robinets de l’habitation, stocker les eaux pluviales sur un cycle d’au moins un an. Et disposer d’une capacité minimum de 15m3 au moins. Les tarifs d’installation peuvent atteindre au moins 10000€, actuellement pour une cuve enterrée de 15000 litres. Pas du tout rentable par rapport au tarif actuel de l’eau javellisée fournie pas Veolia, à Jouy sous Thelle. Mais si la consommation annuelle d’un ménage de 4 personnes, qui a besoin annuellement de 150m3 d’eau, revient à 1500€ par an, de telles installations sont, alors, à envisager. L’investissement pouvant être amorti sur 7/8ans ; car il faut quand même pouvoir disposer de l’eau potable javellisée Veolia, dans la maison, sur au moins 2 robinets ; la cuisine et la salle de bain. La citerne se réservant tous les autres usages de l’eau domestique. WC, machine à laver, jardin etc…Disposant d’une grosse citerne enterrée de 15000 litres, il nous arrive de n’avoir qu’une consommation annuelle de 40m3 d’eau du réseau. Le reste étant fourni par la citerne. Dans notre région, on peut espérer récupérer 70 à 80m3 d’eau de pluie pour 100m² de toiture ; ce qui est une économie importante, bien que nous soyons dans une région de France assez  arrosée ; les régions montagneuses et du littoral se taillant la part du lion, dans ce domaine. De plus l’eau du ciel a des propriétés physiques et chimiques non négligeables pour nos installations. Maintenant c’est à vous de boire de voir, si vous pouvez supporter le cout de tels investissements, en attendant les développements de notre futur réseau d’assainissement ; que nous attendons depuis plus de 30 ans. 
     
     
    Singing in the rain
    25/04/2012 06:19:48  

    Hollande ?
    Non! Ce n’est pas de notre encore très virtuel prochain Président de la République, qu’il s’agit. Mais de ce petit pays courageux que l’on nomme tour à tour Hollande, Neerlande, Pays Batave ou Pays-bas, qui se trouve lui aussi rattrapé par la crise. Après l’Espagne, un bon élève de l’Europe tombe dans la crise. Trop d’endettement et de déficit ; c’est ce qui suscite cette crise politique. Le ministre des finances qui démissionne ; un coup bas porté à l’entente du gouvernement confronté aux mesures radicales à mettre en œuvre. C’est au moment où il faut se serrer les coudes que les politiques se divisent. La situation aux Pays-bas est quand même sérieuse ; La date des législatives étant anticipée. On peut se poser la question chez nous, quand aux consignes de vote qui devraient être données par Marine Le Pen en faveur ou non de monsieur Sarkosy . La haine entre ces deux partis politiques, aussi bien en France qu’aux Pays-bas, parait immense. Si Sarkosy n’était pas réélu, il est facile d’imaginer les haines mortelles dans les partis de la droite française ; et cela pour longtemps. Comme la crise est toujours devant nous, ce n’est pas la meilleure solution pour apporter des réponses à nos préoccupations légitimes. Ils vont se massacrer pendant que nos concitoyens s’enfonceront dans les difficultés de toutes natures. Pauvre France ! Pauvre Hollande ! Pauvre Europe !
    Un crédit à long terme, ça veut dire que moins tu peux payer, plus tu payes.(Coluche

    26/04/2012 07:00:02 

    Fessebouqueux a déraillé
    Un jeune résident du Puy de Dôme vient d’être littéralement submergé par une marée d’invités. Il avait convié 29 amis à se rendre à la fête qu’il organisait. Ce sont près de 48000 jeunes qui sont, en fait, invités sur la toile. Panique de notre jeune ami ; dépôt de plainte du papa de celui-ci. « On utilise le nom de mon fils comme un fil conducteur pour créer un évènement » a déclaré ce dernier. C’est la copine de l’ado. qui a mis le message d’invitation sur Facebook. Lui, avait préféré le téléphone pour lancer ses invitations. Donc un ami de ce jeune adolescent a voulu l’aider en utilisant les services de Facebook ; mal lui en a pris ! Il a crée un « événement secret » sur Facebook. Le Hic, c’est que le groupe secret comportait déjà 16500 membres inscrits. Des inscrits qui purent inviter chacun 60 nouveaux membres. Moralité : 16500 membres multipliés par 60 invités = Beaucoup d’emmerdements au bout du compte. Donc plainte déposée contre X, pour usurpation d’identité. Le papa tente sans grand espoir de fermer les comptes les uns après les autres. 48000….C’est pas gagné ! Pire, certains invités promettent de s’inviter le jour de la fête et de tout casser dans la baraque. Les amis.. Faites gaffe, quand même, si vous avez en tête de me convier à l’une de vos fêtes (on peut rêver) ; débrouillez-vous pour ne pas voir apparaitre, au jour dit, plus de 100000 Jules Hostouley. (Nous sommes de gros mangeurs et de gros buveurs, mais nous ne cassons rien !)
    Croissez et multipliez !
     

      27/04/2012 07:12:15

    Un poutou à notre Poutou
    Les lumières du premier tour des élections se sont déjà éteintes, que l’on en garde quelques nostalgies. Nostalgie de certains personnages évincés de la Campagne, trop prématurément à notre gout. Philippe Poutou, par exemple. Qui nous laisse en mémoire un personnage sympathique, souriant et authentique ; une rareté dans le monde politique. Ce qui séduit chez ce personnage politique, ce n’est pas seulement son franc-parler, qui est déjà très grand, mais sa manière de parler et de s’exprimer. Il parle comme tout le monde ; il parle comme nous tous ; il parle comme vous et moi. Ce qui est devenu presque inconvenant en politique. Chez les politiciens actuels: Plus d’accents chantants ou rocailleux, si chers à nos oreilles de Français amoureux de nos chères régions de France. Pas d’hésitation, ni d’ânonnement, ni de balbutiement de la part de celui qui cherche ses mots pour délivrer un message honnête et compréhensible par tous. Non ! Que des personnages triés sur le volet ; frais émoulus des plus hautes études, des plus grandes écoles (ENA) ; propres sur eux et lisses comme des savonnettes ; beaux et soignés comme du linge rangé dans une armoire ; tirés à quatre épingles ; bref, ennuyeux à mourir, pour ne pas dire plus (restons corrects). On peut se souvenir de l’accent roulant et rocailleux d’un Vincent Auriol ; du parlé chantant d’un Charles Pasqua à la trombine Fernandelesque ; du phrasé provençal d’un Gaston Deferre, socialiste de son état, mais unanimement reconnu de tous, même du milieu Marseillais ; d’un certain Général; De Gaulle était son nom; au discours si original, si envoutant, agrémenté de si belles formules qui ont légitimement soulevés et galvanisés les foules en des temps plus difficiles, pour nos aïeux. Hé bien notre ami Poutou peut rejoindre le Panthéon de tous ces personnages si caractéristiques. Philippe Poutou propose ses idées et ses solutions sans ambages ni détours, même si celles-ci sont démagos et pratiquement inapplicables, On peut retenir surtout son opiniâtreté et sa simplicité pour dénoncer la misère des salariés les plus modestes, le désespoir des chômeurs de longue durée. Certains médias ont tenté de se foutre de lui ; il est réapparu, avec toujours son sourire sympathique, bien décider à dénoncer avec plus de force encore, les multiples et scandaleuses inégalités de notre époque. Je me permets de rassurer certains ; je n’ai pas voté pour lui ; mais j’apprécie le personnage ; il sonne vrai ! Donc, Je vous en prie mesdames, s’il vous plait, oui, s’il vous plait, faites-lui, à notre place, un petit poutou. Il le mérite bien…. Merci !
    Nous, on ne joue pas au sauveur en promettant aux gens de changer leur vie. (Philippe Poutou)
      

      28/04/2012 06:12:35 

      Mois après mois
    Grand rendez-vous de l’année pour les Jardinautes. Ces petits personnages besogneux, que l’on vous a présenté le mois dernier, qui labourent, hersent, ratissent et sèment dans les sillons de leur potager ; dans les filons d’internet ; dans les frontons de Facebook. Donc le mois de mai est véritablement le plus beau mois pour le jardinage. Les semis les plus délicats étant confiés à notre terre nourricière ; et aussi pointent à l’horizon, les premières récoltes en primeur, tant désirées, tant appréciées, depuis si longtemps. Mai est le mois où il va falloir se confier à la nature, encore un peu traumatisée des rigueurs de l’hiver ; un hiver qui fut assez rude dans ses derniers instants. En fait, il va bien falloir confier à la nature, nos plantes les plus fragiles ; gardées à l’abri tout l’hiver ; ou démarrées en serre, en véranda ou au coin d’une fenêtre. Il va falloir être vigilant et ne pas se laisser surprendre par la petite gelée assassine qui en l’espace d’une nuit vous envoie vos solanacées et vos fleurs les plus délicates, dans le mur ; non pas celui de Facebook, mais le mur de votre compostière. Ce n’est pas le retour de l’hiver, mais une de ces très belles journées de mai sans nuage, propice aux gelées nocturnes ; notre globe terrestre ayant au cours de ces nuits la fâcheuse habitude de laisser fuir vers l’espace ces précieuses calories collectées patiemment, pendant ces toutes premières journées de beau temps printanier. On dit ainsi que la terre rayonne, privée de son couvercle nuageux. Si Avril dernier était en jaune, mai sera en blanc ; le blanc du brin de muguet, universellement fêté ; universellement apprécié ; universellement dédié et proposé aux êtres chers. Le blanc c’est aussi Mai le mois de Marie, couleur de l’Immaculée Conception. Mai voit encore l’envol de nombreux essaims, guidés par les jeunes reines, qui convolent en justes noces dans le bleu de l’atmosphère.
    Garden party…….

      29/04/2012 09:08:59

    Avril se défile
    Un printemps glacial et avril qui perd 4° en moyenne cette année. 3° est la température moyenne relevée à Jouy depuis le début du mois d’avril. En faisant des comparaisons sur les relevés depuis une quinzaine d’années ; on s’aperçoit que la moyenne d’avril 1995 est de 6° ; un mois qui fut considéré comme frais à l’époque. L’ensemble de ces quinze dernières années révèle une moyenne de 7° en avril dans les minimas. D’où une perte de 4° en moyenne ce mois-ci ; ce qui est considérable. Même constat pour les maximas ; la moyenne d’avril depuis 1995 est de 14° ; la moyenne des températures maxi d’avril 2012 est à peine de 10°. En plus avec ces vents qui ont pratiquement soufflé tous les jours, les températures ressenties sont beaucoup plus basses. Vous avez peut-être remarqué que la météorologie nationale indique maintenant les valeurs des températures ressenties ; depuis que la présence du vent est quasi constante, chaque jour ; aujourd’hui encore, si j’en juge par le bruit dans les conduits de cheminée. La facture de chauffage va être conséquente cette année. Et le prix global de l’énergie, lui, va toujours en progressant. Si la croissance a déserté notre économie ; le prix de l’énergie, lui, est en pleine croissance. Comme toujours, il y en a qui se sucre pas mal au passage ; multinationales, compagnies et banques ne se plaignent pas du tout de cette situation. Elle vont très bien, je vous rassure. Merci pour elles !

    Sakaïcek…….

     
     
     Tendance

    votre commentaire
  • Ç’était demain 
      

      Le bâtiment est toujours là, paré de ses portes monumentales, tel que je l’avais connu. A deux pas du centre-ville, la bâtisse du XVIIe se dresse fièrement. Deux étages, pas plus. Une façade flanquée de six fenêtres de près de deux mètres. L’élégance, la sobriété calculée, le luxe d’un hôtel particulier. Au numéro 11 de la rue Paillot de Montabert.  Du bon côté. De l’autre, ils ont effacé l’ancien fief des prostituées. Dans ces ruelles étroites de la vieille ville de Troyes, il y a trente ans de cela, les filles se faisaient face, en vitrine, comme dans les capitales du Nord. Maintenant, tout est propre, aseptisé. Les mêmes enseignes dans toutes les villes. Points de repère pour ceux qui ont peur de l’Inconnu, elles ponctuent les quartiers autrefois malfamés et crasseux.

      J’aime pénétrer sous le porche par la petite porte inscrite entre ces deux mastodontes de chêne grisé. Sur les pavés, meulés par les roues cerclées de fer des calèches, on peut encore entendre résonner le pas des chevaux. La cour carrée est à l’abandon. Au centre, le massif n’abrite plus les fleurs odorantes et chatoyantes qui regardaient passer les cieux changeants de Champagne, s’amusaient des va-et-vient des calèches transportant des notables en perruques, parfumés et poudrés. La valse des maîtresses à faire rougir les pivoines. L’appartement de ma tante Kousmine se trouvait au premier étage. Son mari était linotypiste, atteint de saturnisme ; il avait mis fin à ses jours à l’âge cinquante ans d’un coup de révolver. Il m’a fallu poser bien des questions pour savoir la vérité sur sa brutale disparition. J’y venais enfant me délecter de liqueur de cassis maison. J’engouffrais les saucisses chaudes entassées sur les pics alors que les adultes parlaient, indifférents. Ma passion, pendant ces heures interminables, se trouvait dans le petit salon. J’arrangeais à ma façon « La Marche Turque », virtuose d’un jour, happée par la masse du piano demi-queue qui sentait l’encaustique. Saoule de musique et de crème de cassis, je sortais heureuse comme un enfant peut l’être de si petites choses. La nuit serait douce; j’étais une artiste.

      Dans les années 70, ce quartier médiéval devait être rasé. Parkings ou immeubles neufs. Fort heureusement après une visite à Rouen, le maire de l’époque, Robert Galley, décida qu’il conserverait lui aussi la vieille ville telle quelle. J’arpente. Les rues bordées de maisons à pans de bois. La tour du boulanger au croisement des deux rues principales. La ruelle des Chats si étroite qu’il suffit d’étendre les bras pour toucher les murs opposés. L’hôtel particulier du Vauluisant, en pierre sèche calcaire, un chef d’œuvre architectural, dont le nom m’envoûtait. Le cinéma L’Alhambra, avec son patchwork d’affiches, maintenant fermé et tagué. Partout des poutres sculptées que l’on découvre dans les hauteurs et les rues pavées glissantes où les pas résonnent. Que fais-je donc ici ?

      Août, comme juillet, sous la pluie. Depuis plusieurs années déjà. Est-ce dû au réchauffement climatique ?  Aux variations enregistrées depuis des millions d’années par notre système solaire à chaque passage dans un bras de la Voie Lactée ?

     Moi qui suis restée là, enfermée à travailler, je m’en moque un peu…

      Les nuages, masses sombres, se lient. Les colères du vent détruisent les tableaux ourlés qu’ils ont construits. La terre mouillée développe des relents de sang séché et de fer humide. Ces fragrances singulières s’exhalent sous les caresses de l’eau.

      Mes racines champenoises avec ses étés brûlants, soleil de plomb des vacances à la campagne, douces rémanences sous mes paupières d’adulte. A fleur de peau. Y en aura-t-il à nouveau ?

      Mes souvenirs d’enfant refont surface comme les poissons prisonniers des longs de filets de traîne.

      Le potager de mamie Valérie était caché par les plants d’asperges folles à côté du puits en bois bancal. L’odeur du carré de fraises ; on mangeait en silence pour ne pas être découvertes, mes amies et moi. Mais le silence ne suffit pas à masquer les larcins des enfants…

      Mon jardin se trouvait derrière un grand sapin, celui d’un Noël glacial ;  le gel brisait nos phalanges. Ses longues branches abritaient la tombe de ma souris Minnie surmontée d’une croix en bois de sureau. Au printemps, des œillets de poètes égayaient les rangées de laitues croquantes, de radis et de fines carottes pas encore dédoublées. Les tamaris délimitaient le potager dans un halo rose et vert. Derrière le grillage, la basse-cour et son coq Marcel. Il sautait sur mes jambes, ses ergots lancés vers moi, lorsque je pénétrais pour récupérer les œufs. Il me terrifiait, il me détestait peut-être aussi. Pour me consoler et me féliciter, mamie préparait un grand bol de riz au chocolat. De quoi retourner affronter à nouveau Marcel pour un autre bol.

      Dans ce village natal je passais tous mes étés. A une quarantaine de kilomètres de Troyes. Le noyer quatre fois centenaire m’accueillait chaque jour. Absorbée, je contemplais le panorama du haut de ma branche. J’étudiais les moindres changements du ciel, des chants d’oiseaux et des couleurs de la terre, des champs, des forêts. L’odeur chaude des blés mûrs m’arrivait par vagues successives. J’y devenais stylite. J’adorais la solitude. Et ne connaissais qu’elle. La maison familiale se trouvait dans un hameau isolé du centre du village. Trois cents habitants en comptant les chats errants, les chiens et les troupeaux de vaches. Grand terrain de jeu qu’un enfant parcourait librement, en toute sécurité.

    Ghyslène Robbe

     
          
     Revue trimestrielle de l’association « LIRECRIRE » de Beauvais
     N°04 - Octobre 2011  

    votre commentaire
  •  Vol de 800 m de câbles de cuivre. 

        Jouy-sous-Thelle


    13.08.2008
     
    Ce week-end, 800 m de câbles de cuivre ont été déterrés et volés sur le chantier du nouveau lotissement
    de Jouy-sous-Thelle, rue Beauséjour.
    Les voleurs ont aussi voulu emmener du câble TV mais ils n'en ont apparemment pas eu le temps.

    Le Parisien


     

     








    Pour en savoir plus.......
          

         Tendance

    Déjà publié ici.........


    votre commentaire
  •  

    Le FC Jouy sous THelle  

        

     
     

     

     
     



    votre commentaire
  •  

       L’édito de Françoise Danel en Baie de Somme  

       

      Un mois déjà que j’égrène les jours : je dois rédiger l’éditorial de la rentrée et…je repousse à plus tard la tâche. Procrastination, quand tu nous tiens…

      Plage de la Maye ? Mais où se trouve-t-elle, cette satanée plage ? Je circule dans la bourgade côtière à cette heure matutinale à la recherche d’une place de stationnement gratuite tout en évitant les sens interdits qui sont légion et en renonçant à ma trajectoire devant les grilles dressées qui abritent le marché hebdomadaire. Comme je refuse de céder à la pression du GPS et à l’abêtissement généralisé du troupeau des conducteurs, je peste contre moi-même : ah ! si j’étais partie plus tôt, ah ! si je m’étais renseignée plus amplement…et contre l’absence de d’indications précises pour les quidams de passage.

      Les minutes s’écoulent, mon impatience grandit. L’impression confuse de l’inutilité de mon périple  m’envahit. La consultation  du plan de la ville arrête le processus et distille enfin quelque espoir. Je sors du Crotoy à dix heures. La pratique du quart d’heure picard de retard m’ôterait une épine du pied et m’offrirait la possibilité d’arriver avant leur départ. Alors que je me gare, le groupe se met en marche. J’arrive à temps ! A moins d’être   indigène, tout un chacun a eu les pires difficultés à découvrir le point de rendez-vous de cette ballade picardisante qui s’avère truculente.

      Sentiers ombragés : histoire d’oiseaux et de son monarque, le roitelet.

      Sentiers sableux : marche hésitante où chaque grain qui s’insinue dans les souliers retarde chaque pas.

      Végétation dunaire : tamaris, argousier, vipérine, bouillon blanc et onagre, deux merveilleuses plantes aux fleurs jaunes  goûteuses  et délicieusement parfumées. Pause et nouvelle histoire : Adam et Eve au jardin d’Eden avant d’en être chassés.

      A mes pieds, pas de pomme insidieuse et juteuse,

      Pas de péché originel,

      Seulement des feuilles rabougries et des corolles rosées de liseron qui disputent âprement leur présence en milieu hostile


     

     


         

    Revue trimestrielle de l’association « LIRECRIRE » de Beauvais

    N°04 - Octobre 2011   


    votre commentaire

  •    C'est l'époque des morilles
    En avez-vous trouvé cette année?
     
     
     
     

    votre commentaire
  • Le Loto du Foyer Rural
    Organisé par le foyer rural, aura lieu dans la salle des fêtes de Chaumont en Vexin
    Venez tous très nombreux

    Dimanche 29 avril 2012, à 14h00 (ouverture des portes à 12h30)

        

     
      Loto du dimanche 18 avril 2010



    Loto du dimanche 11 octobre 2009



    votre commentaire
  •  

       Un village 

     

      Dans un ciel bleu pâle d’une limpidité étonnante rappelant celui de la mer assez proche, le  soleil resplendissait au-dessus des cimes des arbres qui dessinaient comme un large cercle au pied du mur d’enceinte du château renaissance ; des poules fouillaient les feuilles mortes dans la pente douce qui descend jusqu’à un bassin miroitant le soir au soleil couchant, une chèvre était assise à l’ombre des genêts, l’âne broutait à ses côtés, les tourterelles roucoulaient, autour un vrai concert d’oiseaux, c’est le tableau bucolique qu’offrait souvent ce charmant et paisible petit village.

      Les maisons s’étaient bâties toutes en briques rouges picardes, au fil des siècles, regroupées à proximité du château, mais alignées, serrées très modestement les unes contre les autres le long de la rue, presque unique, qui traverse le village de part en part. Si on tourne au coin de la ruelle portant le nom de la Comtesse de L. (très récemment disparue), bien connue  pour sa bonté, on découvre une très belle bâtisse en briques de pays bien sûr, très ouvragée, dentelée dans sa partie supérieure, c’est la mairie et l’école réunies, suivies d’une grande maison de maître elle aussi en briques roses magnifiques et enfin l’église du 12éme siècle entourée du vieux cimetière et du minuscule monument aux morts ; très bien restaurée, avec son large porche plein de charme, son petit clocher aux ardoises grises, ses murs aux belles pierres blanchies, ses contreforts épais la soutenant solidement à sa base, on remarque l’étrange alignement de hautes pierres néolithiques qui la bordent tout du long, en limite de rue, cette église mérite le détour, qu’on s’y arrête et qu’on prenne le temps de la contempler sous tous ses angles, longuement, tranquillement. Tout à côté, c’est le domaine du château, derrière la large grille noire coulissante et infranchissable, on aperçoit une mare bordée de magnolias et les habitations des gardiens, des fermiers, des granges immenses, des réserves de bois et des moutons qui paissent tranquillement dans un grand pré. Derrière se dissimulait à tous les regards le château, aux nombreuses cheminées, bien caché, trop secret (top secret pourrait-on dire) et ainsi conservant tout son mystère… même aux yeux des habitants de ce village picard si bien préservé ! C’était un peu dommage…

    Lucie 


     


       
     

    Revue de l’atelier « virtuel » d’écriture « LE CLAVIER LIBRE »  N°01 – Avril  2012


    votre commentaire
  •    50.000 invités Facebook à sa boum d'ado

    26/04/2012

      Un adolescent du Puy-de-Dôme voulait faire une boum pour ses 14 ans et comptait convier 29 amis. Voulant l'aider, l'un d'eux a créé un "événement secret" sur Facebook et plus de 48.000 jeunes se sont retrouvés "invités" sur la toile, au point que son père a porté plainte. "On utilise le nom de mon fils comme un fil conducteur pour créer un évènement", a déploré le père de Benjamin, confirmant une information du site en ligne de La Montagne.

    Son fils avait commencé à lancer les invitations par téléphone dimanche soir. Mais lundi soir, du fait de l'invitation mise sur Facebook par l'amie de l'adolescent, le groupe secret comptait déjà 16.500 membres. Chaque membre de ce "groupe secret" avait la possibilité d'inviter 60 personnes. Au total, 33.000 personnes étaient ainsi "invitées" mardi soir, et 15.000 autres sur un nouveau groupe intitulé "Fête Benjamin" Jaude.

    Alarmé par les proportions de l'affaire, le père de famille, originaire de Chamalières, dans la banlieue de Clermont-Ferrand, a déposé plainte contre X pour "usurpation d'identité".Il tente désespérément de faire clore les sites, faisant valoir que certains "invités" ont menacé de "tout casser" si la fête n'avait pas lieu.

     

     

     Une réflexion de Jules Hostouley
    Fessebouqueux a déraillé
    Un jeune résident du Puy de Dôme vient d’être littéralement submergé par une marée d’invités. Il avait convié 29 amis à se rendre à la fête qu’il organisait. Ce sont près de 48000 jeunes qui sont, en fait, invités sur la toile. Panique de notre jeune ami ; dépôt de plainte du papa de celui-ci. « On utilise le nom de mon fils comme un fil conducteur pour créer un évènement » a déclaré ce dernier. C’est la copine de l’ado. qui a mis le message d’invitation sur Facebook. Lui, avait préféré le téléphone pour lancer ses invitations. Donc un ami de ce jeune adolescent a voulu l’aider en utilisant les services de Facebook ; mal lui en a pris ! Il a crée un « événement secret » sur Facebook. Le Hic, c’est que le groupe secret comportait déjà 16500 membres inscrits. Des inscrits qui purent inviter chacun 60 nouveaux membres. Moralité : 16500 membres multipliés par 60 invités = Beaucoup d’emmerdements au bout du compte. Donc plainte déposée contre X, pour usurpation d’identité. Le papa tente sans grand espoir de fermer les comptes les uns après les autres. 48000….C’est pas gagné ! Pire, certains invités promettent de s’inviter le jour de la fête et de tout casser dans la baraque. Les amis.. Faites gaffe, quand même, si vous avez en tête de me convier à l’une de vos fêtes (on peut rêver) ; débrouillez-vous pour ne pas voir apparaitre, au jour dit, plus de 100000 Jules Hostouley. (Nous sommes de gros mangeurs et de gros buveurs, mais nous ne cassons rien !)
    Croissez et multipliez ! 
        

     Tendance

     

    Les carnets de Jules Hostouley 


    votre commentaire
  •  

      Ce matin là

        Ce matin là, en posant mon pied sur ce sentier, à l'orée du bois, je n'imaginais pas à quel point le spectacle allait être merveilleux. La chaleur est déjà présente en ce milieu de matinée, et le ru qui roucoule donne une légère fraîcheur. Le soleil se faufile entre les feuilles et fait chatoyer les verts.

      Je m'avance sur ce sentier caillouteux, bordé d'arbres, de buissons ; une légère montée, et toujours ce ru qui roucoule sur ma gauche. Quelques chants d'oiseaux m'accompagnent mais j'ai beau chercher, je ne distingue pas leurs auteurs, car la végétation est dense; je surveille aussi mes pas, la pente augmente...

     

      Le ru qui roucoulait tout à l'heure s'est élargi pendant ma promenade, son chant s'est accentué et transformé en grondement. Je découvre autour de moi des amoncellements de rochers gris et roux, des lichens, des fougères accrochées ça et là. Et me voici sur une passerelle, sous mes pieds, le torrent roule son écume blanche sur les cailloux, et arrose la végétation aux alentours, de milliers de gouttelettes.

      L'ascension commence ! La passerelle suivante est accrochée à flanc de rochers; il me faut me baisser pour avancer. Des cascades se succèdent, jaillissent en jetant leur écume comme un dragon son feu. Le grondement du torrent s'accentue, et en baissant les yeux, je découvre des gouffres inquiétants mais pourtant si clairs, remplis d'eau transparente telle un miroir. Cette eau, où va-t-elle? Elle a tracé sa route depuis tant d'années, creusé dans le schiste son lit; parfois des troncs d’arbres viennent lui faire barrage ; elle n'en a cure, elle joue à saute-tronc, elle avance, et moi, je monte, je monte...

      Je vous l'avais dit: le spectacle est merveilleux ! Le parcours est pourtant angoissant; je suis à vingt cinq mètres au- dessus du vide sur quelques planches...

    Au terme de mon ascension, entre les parois de la montagne, s'est glissé un énorme rocher, coincé, pour l'éternité ; on dirait qu'il protège cette cascade ; elle jaillit avec force, avec détermination, s'offrant aux regards des aventureux promeneurs.

      La faille continue, mais je suis arrivée au bout du sentier autorisé. Il faut repartir, faire demi-tour, à regret. Je descends sans crainte, plus lentement, pour m'imprégner à jamais de toutes ces images dont la nature me fait cadeau comme pour me remercier de l'admirer.

      Je ressens au fond de moi, le calme, le bien-être, la zenitude. Est-ce le bruit de l'eau, sa fraîcheur, la végétation, ces sapins si immenses qu'on n'en voit pas la cime, la marche, l'effort fourni ou tout à la fois ?

      Je me sens vivante dans ce paysage, mais si petite...

     

    Lilou

     


       
     

    Revue de l’atelier « virtuel » d’écriture « LE CLAVIER LIBRE »  N°01 – Avril  2012


    votre commentaire

  • Brocante 2012 
      Brocante 2010 au Foyer rural
        Brocante 2010 : La joie de chiner  
     

     Tendance


    votre commentaire
  • Grande innovation à la RATP




    Voir le texte du reportage ici

     

     
    La RATP aura toujours une rame d'avance sur vous.
    Innovation à la RATP; On peut venir prendre le métro dans sa station favorite avec son véhicule. C'est ce que rapporte ce matin le Petit bleu de Lot & Garonne. Quand on vous répète que les 4x4 n'ont rien à faire dans Paris; la preuve est éclatante ici; le véhicule en cause a un trop grand gabarit pour rejoindre les quais de la station Chaussée d'Antin-Lafayette. Les véhicules plus petits y arrivent fort bien et sans encombre; c'est ce que le Petit bleu de Lot & Garonne ne nous révèle pas dans son reportage. Le conducteur du véhicule se dit abusé par un panneau publicitaire mal placé; encore une victime innocente de la Pub. Johan, le conducteur se déclare distrait, après son contrôle d'alcoolémie négatif . Après la fatigue au volant, présentée récemment comme une cause majeur d'accident grave, c'est la distraction au volant qui s'invite au sombre tableau des causes d'accidents de la circulation. Comme on doit interdire la bibine au volant, le portable, la Télé, le non-port de la ceinture et le surmenage, il va falloir interdire la publicité. C'est à dire enlever les nombreux panneaux publicitaires qui encombre notre vision de conducteur pressé. Vous allez voir, bientôt des automobilistes se diront distraits par les feux tricolores et les panneaux du code de la route. Finalement les transports en commun et les taxis, c'est pas si bête que çà!


    Comme il était très pressé, Il descendit l'escalier du métro quatre à quatre.
    Tendance
    Pour en savoir plus
         Tendance
     


     

     

     


    votre commentaire
  • JO

     

    JO 

      Sur son vélo, ce matin de printemps, il part au village chercher son paquet de tabac gris tout joyeux d’avoir cette fois trouvé la cachette du porte-monnaie familial.  Sa forte consommation de bière obligeait la grand-mère à de telles ruses. Le béret bien enfoncé sur la tête, le bourgeron noir, la chemise écossaise et la ceinture de flanelle composaient sa tenue habituelle.

      S’il ne fait pas de rencontre, il sera de retour pour le repas du soir. Là, il s’installera dans un coin de la cuisine et vérifiera l’alignement de sa réserve de bières. La grand-mère servira la soupe qu’il aime bien épaisse et noircie de poivre. Son palais était ruiné par l’abus d’alcool. Un peu de vin pour faire « chabrot et direction la chambre pour sombrer dans un lourd sommeil.

      Dans une autre vie, il avait été un paysagiste talentueux, avait des notions d’anglais, buvait le café passé dans une chaussette et avalait les kilomètres sur sa mobylette par tous les temps. Puis un jour l’accident, la trépanation. Il avait eu son heure de gloire en étant choisi comme figurant dans un film sur George Sand et moins glorieusement en démontant, la nuit, les bordures de trottoir posées, le jour, par la municipalité. Habitant la dernière maison du village, les « Ponts et Chaussées » s’était arrêté juste avant sa maison : inacceptable pour lui !

      Il ne sentait pas toujours la rose, ne se lavait que pour la fête du village, mais je l’aimais : c’était mon grand-père.

    Francine

     



       
     

    Revue de l’atelier « virtuel » d’écriture « LE CLAVIER LIBRE »  N°01 – Avril  2012


    votre commentaire
  • Résultats du 1er tour Jouy-sous-Thelle - (22/04/2012)


    Nombre % Inscrits % Votants

    Inscrits 681

    Abstentions 111 16,30
    Votants 570 83,70
    Blancs ou nuls 5 0,73 0,88
    Exprimés 565 82,97 99,12
    Candidats Voix % exprimés
    Mme Eva JOLY 5 0,88
    M. François HOLLANDE 116 20,53
    Mme Marine LE PEN 175 30,97
    M. Nicolas SARKOZY 147 26,02
    M. Jean-Luc MELENCHON 60 10,62
    M. Philippe POUTOU 10 1,77
    Mme Nathalie ARTHAUD 5 0,88
    M. Jacques CHEMINADE 0 0,00
    M. François BAYROU 30 5,31
    M. Nicolas DUPONT-AIGNAN 17 3,0



    Le Parisien



    votre commentaire
  •  

      Plume

      Petit Jean sort de l’école, il rayonne de joie : il va rentrer à la maison retrouver sa maman, ses jouets et surtout Plume, son amie à quatre pattes. Mais Plume n’est pas au rendez-vous : Petit Jean l’appelle, la cherche dans la maison mais en vain. Alors de grosses larmes de désespoir coulent sur ses joues. Sa Maman, très sensible au chagrin de son enfant, décide de mettre tout en œuvre pour retrouver Plume : ce sont d’abord des affichettes posées ça et là, mais en vain.

      Alors, elle se rend dans la forêt si proche de la maison que Plume a pu s’y égarer, voire s’y blesser. Quelques traces sont visibles sur le chemin de terre rendu boueux depuis la fonte de la neige. Ces traces se perdent ensuite vers le matelas de feuilles mortes. La Maman appelle Plume, écarte les feuilles, scrute les arbres dont les branches dénudées frissonnent d’ennui, mais aucun ne lui apporte de réponse. Sous les racines d’un arbre abattu s’est formée une nappe d’eau de pluie ; inquiète, la Maman la sonde et pousse un soupir de soulagement : Plume ne s’est pas noyée.

      Plume reste introuvable et le chagrin de Petit Jean est toujours aussi présent. L’hiver s’installe, Noël approche ; alors Petit Jean fait sa lettre au Père Noël :

    « Petit Papa Noël, je ne veux pas de jouets, je veux que tu me retrouves Plume ».

      La Maman, comme vous pouvez vous en douter, est bien contrariée et achète malgré tout un cadeau à son fils afin d’atténuer son chagrin.

      Venu le jour de Noël, Petit Jean se lève, court au pied du sapin, mais qu’entend-t-il ?
    « miaou, miaou », alors il se précipite pour ouvrir la porte et là, Plume entre, amaigrie, boitant mais toujours ronronnant dans les bras de Petit Jean.

      Comme quoi le Père Noël existe bien, il suffit d’y croire.

    Arlette


       
     

    Revue de l’atelier « virtuel » d’écriture « LE CLAVIER LIBRE »  N°01 – Avril  2012


    votre commentaire
  •  

    Publié sur le forum le 24 avril 2012

      Résultats du 1er tour Jouy-sous-Thelle - (22/04/2012)

     

     

    Résultats du 1er tour Jouy-sous-Thelle - (22/04/2012)
      Nombre% Inscrits% Votants
     Inscrits 681    
    Abstentions 111 16,30  
    Votants 570 83,70  
    Blancs ou nuls 5 0,73 0,88
    Exprimés 565 82,97 99,12
    CandidatsVoix% exprimés 
    Mme Eva JOLY 5 0,88  
    M. François HOLLANDE 116 20,53  
    Mme Marine LE PEN 175 30,97  
    M. Nicolas SARKOZY 147 26,02  
    M. Jean-Luc MELENCHON 60 10,62  
    M. Philippe POUTOU 10 1,77  
    Mme Nathalie ARTHAUD 5 0,88  
    M. Jacques CHEMINADE 0 0,00  
    M. François BAYROU 30 5,31  
    M. Nicolas DUPONT-AIGNAN 17 3,0







        
       Répondre au sujet 
     
      Forum

    votre commentaire
  • Clint Eastwood's Rowdy Red

    Les semences de cette variété ont été offertes à Gary Ibsen par le sélectionneur Archie Millet. Celui-ci a conservé ses variétés de tomates préférées depuis de nombreuses années pour finalement produire une tomate résistante à la maladie avec une saveur intense. Red Rowdy de Clint Eastwood est une tomate à pollinisation libre (78 jours). La plante indéterminée produit un grand nombre nombre de 2-pouces (6-10 onces), de couleur rouge sombre. Fruits robustes de bonne saveur avec une chair ferme, juteuse, qui invite à grignoter dans le jardin, Variété facile pour la mise en conserve et la conservation des semences. Sa douceur fruitée est parfaitement équilibrée avec beaucoup de nuances terreuses d'acidité.

    WS

    Clint Eastwood et Tracy Griffith miss Hot Tomato

    Doc: Tomato Fest
    Cette variété est cultivée en 2009 par ananasgold
    Jours: 78
    Taille: Indéterminée
    Couleur: Rouge
    Saison: de mi-saison

    Fiche modifiée le 23 avril 2012

    votre commentaire
  • Des légumes extraordinaires dans un jardin extraordinaire



    Un chou de 22kg ; un oignon de 2kg300 ! Hé ben ça y va les engrais ; une tomate de 60cm de circonférence ; près de 20cm de diamètre ; du maïs a plus de 6 mètres de haut. Je vous dit pas. Des légumes forcés sous serre ….Justement non ! Ces légumes ont poussé naturellement. José Carmen a les dieux avec lui ; les engrais pleuvent du ciel. Sa région dominée par sept volcans est gorgée de minéraux extras pour les plantes. Pourquoi les populations s’accrochent-elles aux pentes des volcans, souvent au risque de leur vie et de leurs biens. C’est parce que ces régions sont d’une fertilité extraordinaire. Dites un peu ; vous vous voyez avec un oignon de plus d’un kilo dans votre assiette ? une vraie grenade lacrymogène !
      Tendance






    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires