•    

        31/05/2012 06:11:01  

    Irréparables outrages

    Le beau temps est là ! C’est l’été ! il faut être présent partout pour réparer des semaines d’irréparables outrages. Ressemer et repiquer. Tondre et arracher les herbes envahissantes. Le beau temps permet tout cela, mais l’été est là, en avance ; et la chaleur aussi. Il vaut mieux travailler tôt le matin et tard le soir, car le soleil est déjà haut dans ce ciel bleu radieux et généreux, depuis plus d’une semaine. Se méfier de la chaleur sur les petits plants fraichement repiqués. Malgré un sol encore gorgé d’eau, leurs racines ne sont pas vraiment installées et ont besoin d’un apport d’eau en soirée. Même chose pour les jeunes semis. En arrosant parcimonieusement au pied de chaque plant avec un petit arrosoir, on ne gâche pas son eau. Les gros arrosoirs délivrent trop souvent une cataracte qui endommage les racines ou transportent les graines de semis chez le voisin

     


     

    votre commentaire
  •   L’édito de Marc Méret

     A Mers-les-Bains quand Denis Dormoy m’a proposé de prendre en charge l’atelier d’écriture qu’il animait à Voisinlieu, je n’ai pas répondu immédiatement. Je n’avais jamais réalisé ce genre d’animation bien qu’y ayant participé à plusieurs reprises en tantqu’auteur invité.
    J’ai fait comme d’habitude dans ce cas (c'est-à-dire quand je suis bien emm…bêté) j’ai pris mon bloc et noté tout ce que pourrait faire un groupe de personnes pour peu qu’elles soient
    motivées et aient envie de s’exprimer par écrit. J’ai eu tôt fait de remplir une page.
    C’était bon, je pouvais le faire. Voici quelques exemples de ce que je leur ai proposé :
    - D’abord explorer quelques méthodes simples pour répertorier
      et planifier l’écriture d’un texte quel qu’il soit.
    - Description de personnages,
    - de paysages.
    - Ecrire un texte historique,
    - la lettre d’amour qu’on aurait aimé recevoir.
    - Rédiger des dialogues,
    - un reportage.
    - Ecrire un polar – chacun son épisode à tour de rôle.
    - Visiter toutes les formes de poésie...
    La liste est longue avec ce dernier projet :
    - Publier un petit journal contenant les meilleurs travaux des
    participants. Cela a eu l’air de leur plaire mais il fallut trouver un titre. Trois ont été proposé : « La Malle à Drerie » « Le Démarqué » et « La Voix d’un Lieu » C’est ce dernier qui a été retenu. Donc longue vie à « La Voix d’un Lieu » et bon courage aux rédacteurs.
    C’est le N° 1 que voici que voilà…


     

     

     
         La voix d’un lieu 
    Revue de l’atelier d’écriture de « Voisinlieu pour tous »
    http://www.voisinlieupourtous.net
    N°01 - Décembre 2011

    votre commentaire
  • Les Post-its de Marmandin

    9 mai/31 mai 2012

    09/05/2012 08:31:26

    Que d’eau en ce printemps, que de nuages, que de fraicheur assassine. Trêve de soupir ; plus prosaïquement, on est très en retard ! L’année dernière nos arrosoirs pleuraient leur désespoir. Cette année ils craignent la dépression, la mise au rencart, le chômage, tant est grande leur oisiveté. Amis Jardiniers et Jardinautes, soyez vigilants, car les petits mollusques de nos jardins ne se sont pas encore vraiment manifesté, du fait de la grande fraicheur de ces dernières semaines ; les prochaines températures annoncées et en forte hausse, conjuguées à cette grande humidité, sont leur berceau préféré, leur domaine de prédilection. Il est temps de ressortir tous les moyens de lutte, à incidence écologique, bien sur, afin de rompre l’hébergement hivernal, que nous avons involontairement accordé à tous ces petits gris, toutes ces pelures d’oranges à la muqueuse visqueuse, qui viennent trop souvent glisser, patiner et butiner sur nos Reines de mai, nos semis et nos premiers œillets d’inde. (La rédaction évite de nommer le nom de cette engeance de nos potagers, par pure superstition) .

    10/05/2012 05:15:46

    Adventices

    Les adventices, terme utilisé en botanique et remis en vedette pour désigner les « mauvaises herbes » ; mauvaises herbes qui ne sont pas si mauvaises que cela ; certaines sont mêmes comestibles ; rares sont celles qui hébergeraient un poison. Les poisons étant souvent au cœur de quelques-unes de nos fleurs les plus adulées et dont, le plus souvent, nous ne soupçonnons pas l’existence. « Une adventice est, en botanique, une espèce végétale étrangère à la flore indigène d'un territoire dans lequel elle est accidentellement introduite et peut s'installer. » Ainsi parlent les manuels ! Cette année, cet afflux, bienvenu, d’humidité, engendre déjà un important développement de toutes ces herbes indésirables. Soit on arrache et bine le sol, ensuite ; soit on applique la méthode des pros en culture naturelle ou Bio . Le brulage des indésirables avec un chalumeau à gaz spécialement conçu pour cet usage. Pratique qui réclame un certain investissement. Essayons d’éviter les herbicides, qui ne se contentent pas de détruire ces herbes incongrues, mais ont des effets secondaires terriblement dévastateurs sur la flore microbienne de nos jardins ; sur la faune traditionnelle et utile de nos potagers. Si on a pris soin de le déposer sur un sol propre avant la germination des adventices, le paillage est aussi une solution dans ce domaine. 

      11/05/2012 03:50:57

    Pelouses & gazons 

    Ce printemps s’engage résolument sur la voie de l’humidité. Donc prenez garde à ne pas vous laisser surprendre par la pousse du gazon. Â cause de la conjugaison des pluies et de la chaleur, les gazons repoussent très rapidement. Il faut compter plus d’une tonte pas semaine, quand ce n’est pas deux tontes chaque semaine, pour avoir un gazon très soigné. Depuis quelques années, les printemps étaient plutôt secs ; ce n’est plus le cas, maintenant. Quand cela est possible, il convient de garder et de composter les tontes de gazon. Mais il faut quand même, disposer d’un terrain suffisamment important pour ne pas être incommodé par les odeurs générées par la putréfaction du gazon  

      12/05/2012 05:22:01 

      Plants en godet 

     Le repiquage des plants en godet est un immense progrès en matière de jardinage. Mais il peut comporter quelques inconvénients, si l’on n’y prend pas garde. Les pépiniéristes ont l’habitude de cultiver sur de la tourbe. Celle-ci possède un très grand pouvoir de rétention d’eau ; mais si la motte est desséchée, la santé du plant est gravement mise en cause. C’est pourquoi il est toujours recommandé d’immerger les plans jusqu’au rebord supérieur des godets. Cela peut prendre plusieurs dizaines de minutes ; mais il faut absolument le faire. On regagne son temps perdu, par la suite, en termes de réussite de ses plantations. Ha ! Oui ! Une dernière recommandation ; au moment de la plantation, essayez d’écarter, avec de très grandes précautions, les racines de la motte cubique ; c’est plus facile si la motte est détrempée. Cette pratique évitera la formation d’un « chignon » de racines, néfaste au bon développement de la plante. Les racines ainsi écartées, s’ancreront d’autant mieux dans la terre de votre jardinière.

    13/05/2012 06:53:43  

    Muguet & Fraises  
    Bientôt l’époque de sucrer les fraises. Les floraisons d’avril font place à des petits fruits verts. Des akènes, comme l’on dit, en langage botanique. Ceux qui on mit quelques pieds à l’abri ou en serre, peuvent commencer à savourer quelques fruits. L’arrivée massive du soleil de ces derniers jours y contribue fortement. Un soleil, si paresseux en avril…. Même poussées en serre, mais sans être forcées, ces nouvelles fraises ont de la saveur et déjà un peu de sucre. Mais dans quelques jours, celles cultivées, naturellement, en extérieur, développement en plus un parfum incomparable. Mais les premières fraises, même un peu insipides, véhiculent vers nous un peu d’émotion de ce nouveau printemps ; comme le muguet, par exemple 

    14/05/2012 06:26:55

    Couleurs de Pétunias 

      Les jardineries débordent de couleurs en ce moment. Les marchés aux fleurs offrent leurs feux d’artifices. Les pétunias sont en très bonne place dans cette palette multicolore. Les pétunias se repiquent en ce moment. Faites gaffe aux gelées, quand même. Les pétunias aiment un sol riche à enrichir avec un engrais à dominante potassique. Petite piqure de rappel tout les 15 jours ; avec le même type d’engrais, mais liquide, cette fois-ci ; pas trop quand même ! Ils aiment aussi beaucoup l’eau ; ne pas laisser la motte se dessécher (cela peut être mortel). Les pétunias aiment beaucoup le soleil ; donc évitez l’ombre (çà parait évident). Vous pouvez les semer et les cultiver, vous-même ; mais il fallait s’y prendre il y a 3 mois ; et à l’abri et au chaud. Il faut semer clair en barquette et ne pas recouvrir les graines ; elles sont tellement fines ! L’avantage de semer soi-même, c’est de pouvoir choisir sa variété et d’obtenir un grand nombre de plants. Ce qui n’est pas toujours possible en avril/mai, en jardinerie. On risque souvent le bariolage.

      15/05/2012 06:52:34 

    Les paillages 

      Dans le but d’économiser l’eau d’irrigation de nos potagers, une pratique ancienne reprend des couleurs. Â savoir le paillage. Comme très prochainement, dans notre commune, le prix de l’eau potable risque de se multiplier par trois ou quatre ; il parait évident qu’il va falloir restreindre l’irrigation de nos sols. Plusieurs moyens pour cela ; récupérer l’eau du ciel ; recouvrir les sols découverts par différents matériaux. La paille, qui fut le plus souvent utilisée ; actuellement, les écorces d’arbres traitées à cet effet ; les paillettes de lin, de chanvre ; Les composts ; les broyats d’origines arbustives ; les tontes de gazon ; les minéraux comme le gravier ou la pouzzolane ; des coquilles d’huitres, de moules, de coquilles St Jacques ; les tôles usagées ; certaines toiles (toiles de jute (devenues rares)) ; le BRF ; billes d'argiles ; ardoises concassées ; débris de poteries ; Feuilles mortes ; copeaux de bois et aussi les toiles synthétiques et biodégradables que l’on trouve dans le commerce. Et, en plus, d’autres matériaux biodégradables dont vous aurez découvert l’utilité.

      16/05/2012 07:52:28 

    Les capucines 

      Une fleur à redécouvrir ; largement utilisée par nos Grand-mères . Belles et comestibles, elles ne ménagent pas leurs effets ; elles peuvent même devenir envahissantes ; pour notre plus grand bonheur. Très faciles à semer, tant leurs graines sont importantes. Des graines qui sont aussi très aisées à récolter et à conserver. Elles ont en plus, la faculté de capter sur elle un grand nombre de pucerons. Le semis : C’est en ce moment et quand vous voulez ; à l’abri ou en place. Donc, une très belle fleur que la grande allée des jardins de Monnet, à Giverny, a immortalisé…..Pour toujours !

      17/05/2012 07:32:43

    Le haricot 

      Le mois de mai au jardin est le mois de tous les espoirs. Pratiquement tous les semis en place sont possibles. Les semis en serre peuvent encore servir à rattraper du retard dans certaines cultures. Les haricots sont les légumes que le mois de mai va enfin permettre d’installer au potager. En principe la terre est suffisamment réchauffée pour confier à la terre, les grosses graines d’une plante pourtant si fragile. Qui demande à la fois de l’eau et de la chaleur. Une plante qui occupait un des 4 piliers du potager, à savoir : Pomme de terre ; bulbes ; Poireaux et Haricots. La culture de la tomate, s’étant, massivement développée, dans les régions du nord, que depuis les années 50, du siècle précédent.

      18/05/2012 06:18:42

    Topinambours oubliés  

      Un des légumes oubliés redécouvert à la faveur de la promotion de ces aliment riches en fibres, dans notre alimentation. Une alimentation plus saine et plus naturelle. Le topinambour suscite encore quelques réticences auprès de nos ainées. Et c’est tout à fait légitime. Imaginez-vous, passer quatre ans de votre vie, privés, quotidiennement, des substances alimentaires les plus riches, au profit de quelques légumes, très vite exécrés. Ces générations dont la santé a fortement pâti de toutes ces privations. Un légume qu’il est encore possible de propager les tubercules, en ce moment, tant sa culture est aisée. Une culture qui peut devenir envahissante. Un légume, au gout délicat, à ne pas consommer trop souvent ; sa saveur fine pouvant rapidement provoquer l’écœurement.

      20/05/2012 17:18:42

    Démariage 

      Pour éviter un trop grand travail de démariage, depuis 2 ans je sème ensemble œillets d'Inde, carottes et chicorées. Très près des planches de tomates. Vers les mois de juillet/août. Je repique les frisées et les scaroles. Je transplante quelque pieds d'œillets d'Inde, trop envahissants. Et j'enlève aussi quelques 

    plants de carottes superflus. Au final les œillets d'Inde sont en fleur jusqu'en novembre. Les carottes de taille assez honnête. Les tomates en partie protégées de certains parasites, par la présence des œillets d'Inde. Les carottes profitent de la proximité des tomates qui sont très fortement nourries d'Or Brun et d'engrais organique.

      21/05/2012 10:33:32 

    Évitez de tondre trop court  

      La tonte rase (moins de 5 cm), pratiquée par tradition, est une calamité pour la pelouse et, au final, pour le jardinier. Tondu trop court, le tapis herbeux recouvre moins le sol, laissant apparaître des trouées ici ou là. La terre se dessèche plus vite. Les racines restent en surface au lieu de s'enfoncer profondément. Inévitablement, les herbes indésirables en profitent pour s'engouffrer dans les interstices laissés par le gazon affaibli, suivies par la mousse qui prolifère en hiver. Pour remédier à ce désastre inexorable, vous devrez ensuite dépenser beaucoup d'énergie et d'argent.

        31/05/2012 06:11:01  

    Irréparables outrages

    Le beau temps est là ! C’est l’été ! il faut être présent partout pour réparer des semaines d’irréparables outrages. Ressemer et repiquer. Tondre et arracher les herbes envahissantes. Le beau temps permet tout cela, mais l’été est là, en avance ; et la chaleur aussi. Il vaut mieux travailler tôt le matin et tard le soir, car le soleil est déjà haut dans ce ciel bleu radieux et généreux, depuis plus d’une semaine. Se méfier de la chaleur sur les petits plants fraichement repiqués. Malgré un sol encore gorgé d’eau, leurs racines ne sont pas vraiment installées et ont besoin d’un apport d’eau en soirée. Même chose pour les jeunes semis. En arrosant parcimonieusement au pied de chaque plant avec un petit arrosoir, on ne gâche pas son eau. Les gros arrosoirs délivrent trop souvent une cataracte qui endommage les racines ou transportent les graines de semis chez le voisin

      Vos réflexions sur ces post-its sont les bienvenues

    votre commentaire
  •  

     Si Facebook m'était conté
     Facebook
     
      
    Jouy sous Thelle and Co
       
     
     
    Fête de Jouy - Juillet 1982 - Char fleuri "Le Petit Train"
     
    · · · 1 mars 2009, 16:26
     
        Tendance
     
     

    votre commentaire
  •     
     Informations aux habitants de jouy sous Thelle
    et du hameau Les Horgnes

     

     

     Voir ici L'excellent article de LECHOJOVACIEN
     
     
        Donc dans nos boites aux lettres, le document, depuis si  longtemps attendu
    Comme LECHOJOVACIEN et aussi Il est temps de siffler la fin de la partie
        
    Ne vous laissez pas endormir par de belles promesses sur ces futurs travaux; c'est vous qui paierez, finalement.
         
    Ne jouez pas votre avenir au jeu. Allez à la Mairie avant le 12 juin 2012 pour y exprimer votre désaccord.
      Être un citoyen responsable et un électeur avisé, c'est très sérieux. Ce n'est pas un jeu.  Car de toute façon, vous serez toujours le perdant.
      Ce projet d'assainissemnt n'est pas viable . Voila le sort qu'il mérite
      Rendez-vous à la Mairie pour balayer ce projet insensé.
      Tendance

     


    votre commentaire
  •     

    L'assainissement individuel

    Ce que dit la réglementation

    Code de la santé publique
    Art L 33
    Le raccordement des immeubles aux égouts disposés pour recevoir les eaux usées domestiques et établis sous la voie publique à laquelle ces immeubles ont accès, soit directement, soit par l’intermédiaire de voies privées ou de servitudes de passage, est obligatoire avant le 1er octobre 1961, ou dans un délai de deux ans à compter de la la mise en service de l‘égout si celle-ci est postérieure au 1er octobre 1958.

    Un arrêté interministériel déterminera les catégories d’immeubles pour lesquelles un arrêté du maire, approuvé par le préfet, pourra accorder soit des prolongations de délais qui ne pourront excéder une durée de 10 ans, soit des exonérations de l’obligation prévue au premier alinéa.

    Il peut être décidé par la commune qu’entre la mise en service de l’égout et le raccordement de l’immeuble ou l’expiration du délai accordé pour le raccordement , elle percevra auprès des propriétaires des immeubles raccordables, une somme équivalente à la redevance instituée en application de l’article L2224-12 du code général des collectivités territoriales.

    Les immeubles non raccordés doivent être dotés d’un assainissement autonome dont les installations seront maintenues en bon état de fonctionnement. Cette obligation ne s’applique ni aux immeubles abandonnés, ni aux immeubles qui, en application de la réglementation doivent être démolis ou doivent cesser d’être utilisés.

     

    Art L35-10
    Les agents du service de l’assainissement ont accès aux propriétés privées pour l’application des articles L 35-1 et L 35-3 ou pour assurer le contrôle des installations d’assainissement non collectif et leur entretien si la commune à décidé de sa prise en charge par le service

    Loi sur l’eau du 3 janvier 1992
    Les communes voient leurs missions s’étendre, notamment par la définition du zonage en matière d’assainissement collectif et non collectif, et par le contrôle des assainissements non collectifs.

    Arrêté du 6 mai 1996 (journal officiel du 8 juin 1996 page 8472)
    Fixant les prescriptions techniques applicables aux systèmes d’assainissement non collectif

    Arrêté d’application du 6 mai 1996 (J.O. du 8 juin 1996 page 8475)
    Fixant les modalités du contrôle technique exercé par les communes sur les systèmes d’assainissement non collectif

    D.T.U. n° 64-1 norme N.F.P 16-603

    Vous voulez réaliser un assainissement individuel

    Un dossier est à retirer et à déposer en mairie

    Un minimum de renseignements est à rassembler :

    • Indiquer sur le plan de masse, la surface et l’emplacement du terrain réservé à l’assainissement
    • Topographie du terrain (terrain plat, en pente)
    • La nature du sol de 0,50 cm à 1 m de profondeur , perméabilité du sol
    • Présence ou non d’une nappe d’eau souterraine
    • Si le terrain est inondable
    • Alimentation en eau potable (communale ou privée)
    • Existe-t-il un captage d’eau potable à proximité ?
    • Nombre de pièces principales, nombre d’usagers
    • Existe-t-il un schéma directeur d’assainissement sur la commune ?
    • La filière choisie et la capacité des différents appareils à mettre en place

    Une installation d’assainissement individuel comprend deux parties :

    1- Le pré traitement de l’effluent

    Fosse septique toutes eaux (3m³ pour 5 pièces + 1m³ par pièce supplémentaire ) ou autre

    2 - Le traitement et rejet de l’effluent (après étude du sol)

    • sol filtrant et perméable : épandage souterrain à faible profondeur : 15-20 mètres de drains par pièce (conseillé)
    • sol calcaire et moyennement perméable : épandage souterrain sur sol reconstitué 15-20 mètres de drains par pièce ou lit filtrant non drainé : 5m² par pièce principale avec un minimum de 20 m²
    • sol à dominante sableuse : lit d’épandage à faible profondeur
    • sol argileux, peu perméable : lit filtrant drainé ou filtre à sable drainé : 5m² par pièce principale avec un minimum de 20 m² (l’exutoire doit être prévu)
    • cas particulier : sol rocheux, inondable,  présence d’une nappe phréatique : obligation d'un tertre d’infiltration

    N’oubliez pas que :

    • rejet interdit dans puits perdu ou désaffecté
    • rejet exceptionnel vers milieu hydraulique superficiel (ruisseau, fossé ou égout pluvial)
    • dérogation préfectorale pour un rejet en puits d’infiltration
    • Les eaux de pluie ne doivent en aucun cas être mélangées aux eaux usées , même dans l’épandage souterrain

    Quelques principes qu’il ne faut pas oublier :

    L’assainissement des eaux usées est obligatoire.S’il existe un réseau d’eaux usées domestiques le raccordement est obligatoire, sinon les maisons non raccordées doivent être dotées d’un assainissement autonome.

    Le traitement des eaux usées est alors assuré par le sol.

    Réseau d’eaux usées domestiques (égout communal) : en principe l’égout communal ne peut recevoir des eaux usées que s’il est muni d’une station d’épuration des eaux usées. S’il s’ agit d’un réseau recevant des eaux pluviales il est interdit d’y rejeter des eaux usées sans traitement complet des effluents.

    La fosse septique toutes eaux 

    Ce n’est pas un appareil qui traite les eaux usées mais qui les liquéfie ; 70 à 80% de la pollution qui y est entrée en ressort ! Pour les fosses toutes eaux, toutes les eaux usées doivent y être raccordées mais surtout pas les eaux de pluie ! ! Les eaux de pluie ne doivent en aucun cas être mélangées aux eaux usées, même dans l’épandage souterrain !

    Il faut vérifier lors de la pose le sens de la fosse pour que l’arrivée et le départ soient bien disposés.

    La fosse doit être accessible facilement pour toutes les opérations de contrôle (fonctionnement ou vidange) la vidange doit s’effectuer tous les trois ou quatre ans, avec remise en eau de la fosse avant réutilisation.L’entreprise de vidange doit fournir une attestation précisant la date, le volume et le lieu de dépôt.

    L'aération des fosses septiques est indispensable pour éviter les mauvaises odeurs

    L’épandage souterrain

    A la sortie de la fosse un traitement doit être réalisé, par exemple avec un épandage souterrain (dans le sol naturel ou sol reconstitué) assurant aussi l’évacuation des eaux, ou par un ouvrage filtrant plus élaboré (filtre à sable), avant d’évacuer les eaux traitées.A ce titre une étude du sol avec test de percolation est nécessaire.

    Les drains ne doivent pas être placés profondément.Il faut donc faire attention à ne pas avoir à passer avec un véhicule sur cette partie de terrain.

    Il est conseillé de ne pas planter d’arbres à proximité, de rester en retrait des terrains voisins.

    Il est préférable de réaliser l’épandage souterrain en boucle plutôt qu’en épi, pour éviter tout risque de colmatage des drains et pour un rendement maximum de ceux-ci.

    Les eaux de pluie ne doivent en aucun cas être mélangées aux eaux usées dans l’épandage souterrain.

    Voir ici...
                            
     

    guide de l'assainissement non collectif

      Tendance       Forum     Répondre au sujet

     


    votre commentaire
  •  L'ANNEE BISSEXTILE

      Pour que soit rigoureux notre calendrier
    Certains ans l'on octroie au mois de Février
    Une journée de plus mécanique subtile
    Drôle d'année que l'année bissextile
    Indéniable fait de civilisation
    Que d'être avec son temps en parfaite équation
    L'indigène Zoulou, Robinson sur son ile
    Ne connaissaient pas l'année bissextile
    Les six heures qui font d'habitude défaut
    Nous sont restituées pêle-mêle sitôt
    Le vingt-neuf février, équilibre fragile
    Drôle d'année que l'année bissextile
    Le 29 février c'est comme une accalmie
    Comme une parenthèse, une trêve, un sursis
    A la fuite des jours, à la vie qui défile
    Drôle d'année que l'année bissextile
    Déjà les philosophes en ont fait l'analyse
    Et pour bien distinguer ce jour-là préconisent
    Une fête du temps, je n'y suis pas hostile
    Drôle d'année que l'année bissextile
    Alors tout un chacun ferait et c'est normal
    Le 29 février son bilan quadriennal
    Quitte à son testament greffer un codicille
    Drôle d'année que l'année bissextile
    Le 29 février appelle l'ironie
    Au pire le sarcasme, au mieux la fantaisie
    Ca ne fait pas sérieux, ça fait 1° Avril
    Drôle d'année que l'année bissextile
    Le mordu de tout poil aussitôt en profite
    Pour se consacrer à sa passion favorite
    Croquant à pleine dent la journée volatile
    Drôle d'année que l'année bissextile
    Et le collectionneur d'objets hétéroclites
    Toujours à la recherche de la pièce insolite
    Trépigne d'impatience quand au loin se profile
    Le bout du nez de l'année bissextile
    L'artiste amateur plein d'une joie sans partage
    Donne le dernier coup de main à son ouvrage
    Comme une signature une marque de style
    Drôle d'année que l'année bissextile
    Le 29 février cela dit pour conclure
    N'a jamais ressemblé à une sinécure
    Quel trésor quel régal pour le bibliophile
    Les annales de l'année bissextile...
    Drôle d'année que l'année bissextile !

     

    PATRYS

     

     

     

     

     
       
     Revue trimestrielle de l’association « LIRECRIRE » de Beauvais
    N°06 - Avril 2012

    votre commentaire
  •     
    Le tout-à-l’égout parfois impossible

    07.10.2010, 07h00
    Dans certaines petites communes, l’assainissement collectif, appelé communément tout-à-l’égout, est attendu comme le messie. Malheureusement, le collectif n’est pas réalisable partout. Des maisons trop isolées, des hameaux ne pouvant être raccordés à la station d’épuration : autant de problèmes techniques et financiers.

    Dans ce cas, les habitants doivent donc se contenter de l’assainissement autonome. Mais, suivant la nature du sous-sol, notamment quand il y a de l’argile (le Pays de Bray est un bel exemple), cet assainissement trouve rapidement ses limites. Les filtres se colmatent, les fosses sont à ras bord, ça sent mauvais… bref, c’est la galère. Les propriétaires ont alors recours au système D. Ils installent des pompes afin de renvoyer leurs eaux usées dans la rue. Jusqu’à présent, beaucoup d’élus fermaient les yeux mais, avec le  Spanc, il est désormais difficile, voire impossible, d’ignorer le problème.

     

    Le Parisien

    Les petites communes procèdent à l'installation de leur assainissement collectif, en ce moment.
    Une grande sagesse en ces temps difficiles.
    Où, il n'est plus question de gaspiller la contribution fiscale des citoyens, dans des investissements festifs et souvent inutiles.

    Tendance

     
      
     

            Tendance

      Article déjà publié le samedi 27 novembre 2010 Par Tendance

     


    1 commentaire
  • L'Arc-en-Ciel de Kétanféty
     

     

      28/05/2012 06:17:54   

    Mai 2012 se termine sur une note optimiste avec des températures de saison. + 26°C hier. Très supportable ; nous ne sommes pas encore sous le soleil de juillet ou du mois d’août. Mai 2002, quand à lui est assez fortement arrosé et cela va s’intensifier en juin, grâce à de nombreux orages et des températures moyennes de saison, mais assez soutenues. Rien à voir avec la première quinzaine de 2012.


    votre commentaire
  • L'Arc-en-Ciel de kétanféty

     


      14/05/2012 13:22:59     

    Très belle journée
    Le vent est tombé. Plus de ce temps glacial, des jours derniers. Un printemps particulièrement froid, ces derniers temps. Une végétation luxuriante, mais du retard dans les jardins. Des fleurs qui se prolongent durablement. Les bulbeuses et les vivaces aiment bien ce temps frais pour prolonger leur floraison. La forte chaleur et le soleil hâtent leur dépérissement. Allez on ne va pas se plaindre du beau temps! On peut remarquer que la pluviométrie est normale pour ce printemps. l'année dernière fut catastrophique. La baisse du baromètre pourrait indiquer un retour des minimas en hausse; mais la météo prévoie encore des températures fraiches au petit matin. Rien à voir avec les températures de mai 2011.

    Bonne journée!

       15/05/2012 07:41:14     

    Changement de temps ; un peu de pluie cette nuit ; pas de quoi remplir le pluviomètre. Toujours ce temps frais alimenté par ces vents froids de nord ouest. Très belle journée hier, pour remettre aux normes le potager ; beaucoup de temps perdu en avril. En 2011 la sècheresse continue son œuvre ; le beau temps et les températures douces perdurent ; et pour longtemps, encore. La météo prévoie de la pluie surtout cet après-midi. Elle prévoie des températures nettement en baisse pour aujourd’hui et pour demain. Ne sortez pas encore vos tomates ; c’est risqué !

      16/05/2012 07:37:14 

    Orage, grêle, pluie, décidément un printemps mouvementé. Les nappes sont restaurées, mais les beaux jours du printemps se comptent sur les doigts de la main.Toujours des nuits fraiches. En 2002, par exemple, les moyennes des minimas du mois de mai sont de 10,0°C ; en 2012 elles sont de 7,7°C. Les gazons poussent plus vite et nous amènent à tondre plus d’une fois par semaine. L’intérieur des maisons est toujours glacial ; les températures de la mi-journée étant trop faible pour la saison.

     17/05/2012 07:42:32 

    Les températures matinales restent toujours fraiches. Les températures maximales, quant à elles, assez basses pour la saison. Si l'on compare avec 2011, on remarque une température maxi de 22° contre les 14° d'hier.

    Et en 2002 cela est encore plus éloquent; 27° pour les maximas, sous un vent fort et de la pluie.

    Bonne journée

     19/05/2012 07:24:47

      La plus forte précipitation enregistrée à Jouy depuis 1995 est de 65mm. Avec 100m² de toiture, si vous avez une citerne, vous auriez 6.5m3 d’eau récupérés. Vous auriez, au prix actuel de l’eau , économisé 2.73€ x 6.5m3 =17.75€. Au tarif du syndicat du Rû du Mesnil, vous auriez économisé 65€. Cette forte précipitation eu lieu le 7 juillet 2001, au cours d’un orage, évidemment. Cette année là, la pluviométrie fut la plus forte depuis 1995, avec 1014 mm de précipitation (moyenne annuelle en Picardie ~ 700mm/an)

       20/05/2012 17:14:32

    Bizarre. Bizarre ! Comme c’est Bizarre ! Ce temps est vraiment bizarre ! De la fraicheur avec un vent de Sud Est assez soutenu durant la première partie de la journée du 20 mai 2012 ; Ensuite un début d’après-midi où la température monte, et maintenant un orage avec une pluie assez soutenue. Les Saints de glace occupent tout le mois de mai. Depuis plus de 2 mois : Un temps complètement déréglé ; déjanté !

      21/05/2012 10:20:18  

    Si l'on l’observe l’année 2002 ; avril fut relativement sec avec 19 mm de précipitation. Mai reçu 60mm et juin, 62mm. Tandis que juillet recevait 81 mm. Août se contentait de 38mm. Septembre, encore moins avec 14mm. Un début d’automne bien sec, mais un mois d’octobre pourri avec 97mm. On releva pour l’année 2002, 808 mm de précipitation pour 163 jours de pluie. En attendant on ne quitte pas l’humidité et la fraîcheur des nuits dans les maisons.

      28/05/2012 06:17:54  

    Mai 2012 se termine sur une note optimiste avec des températures de saison. + 26°C hier. Très supportable ; nous ne sommes pas encore sous le soleil de juillet ou du mois d’août. Mai 2002, quand à lui est assez fortement arrosé et cela va s’intensifier en juin, grâce à de nombreux orages et des températures moyennes de saison, mais assez soutenues. Rien à voir avec la première quinzaine de 2012.

      Si vous avez apprécié ces observations , vous pouvez présenter vos commentaires ici.

    2 commentaires
  •     
     Réunion Publique de l'ADUEC dans la Salle des fêtes de FRESNEAUX MONTCHEVREUIL

     10 heures, ce matin du 26 mai 2012, devant la salle des fêtes de Fresnaux Montchevreuil.
    Une salle des fêtes très discrète, mais dont seule l'intérieur révèle l'ambition.
      Beaucoup de monde dans cette grande salle des fêtes. Comme à Fleuy le soir du 3 mai , une assistance très nombreuse, très attentive,
    très motivée, très déterminée.
     Le public va poser de nombreuses questions très pertinentes sur l'objet de l'association, sur l'action passée et future de l'ADUEC.
    Le principal soucis des participants à la réunion, étant le  futur tarif de l'eau au sein des 5 communes adhérentes du syndicat du rû du Mesnil.
    Un tarif qui pourrait bien détrôner celui de Saint Sulpice; un des plus cher de notre département.
    Triste record!
     Les communes adhérentes se sont fait représenter par leurs Premiers Adjoints.
    Ceux-ci n'ont pas failli à leurs responsabilités, et ne se sont pas soustraits aux questions légitimes afférentes aux travaux du syndicat du Rû du Mesnil.
    Une information franche et honnête mais très tardive. Un dialogue constructif et apaisé. Le manque d'information sur les travaux préparatoires du syndicat du Rû du Mesnil apparait comme le principal grief de l'ADUEC envers nos élus. Pas d'information sur les enjeux et les études en cours pendant de nombreux mois, voire des années.
    D'autre part L'ADUEC a solennellement réaffirmé son concours pour un projet d'assainissement collectif moins couteux . Elle  a aussi stigmatisé le caractère social du projet, qui n'a jamais vraiment été  pris en compte par les concepteurs du projet. Â savoir: comment les budgets  des habitants vont-ils pouvoir supporter une telle augmentation et comment  les plus faibles de nos concitoyens pourront-ils assumer un tel surcout de leur consommation d'eau.
    Elle a aussi reconnu l'utilité d'un assainissement collectif; mais pas aux conditions actuelles, absolument prohibitives en matière de tarif.
    Elle pense que toutes les solutions  ont été envisagés par les concepteurs du projet, mais demande qu'à l'avenir, toutes les solutions connues et envisageables, soient étudiées, en partenariat, à fond et dans le détail.
    Beaucoup de mises au point techniques et juridiques  ont été communiqués par l'ADUEC, en direction d'un public avide d'information et aussi très souvent érudit en matière de gestion de l'eau. Le soir du 3 mai à Fleury, Mr Gérard Lemaître, Maire de Senots et président de la communauté de communes, avait  souhaité que chaque commune organise la consultation de ses électeurs. Cela n'a, visiblement, pas encore été entrepris par toutes les communes.
     En résumé un débat de qualité et une assistance très attentive aux propositions de part et d'autre; aux informations des uns et des autres.
     

      Mais si l'on se tourne vers ce miroir, on peut déjà imaginer tout le travail accompli dans ce projet et aussi tout le chemin, immense, qu'il reste encore à parcourir
    En clair : L'assainissement collectif dans nos communes: C'est pas gagné!

    Tendance

      Forum      Tendance    Répondre au sujet

     


    votre commentaire
  •     
     

     

     

     

    3 fois plus qu’aujourd’hui !!!! 

      et en plus lors du raccordement 

      Une taxe de raccordement de 1000€

      Des travaux de raccordement pouvant atteindre 6000€

      Vidange, désinfection, remblaiement de la fosse existante

    environ 400€

     

     

                      NON MERCI !!!

     

    Le Syndicat Intercommunal d’Assainissement de la Vallée du Ru du Mesnil a rendu public

    le 3 mai 2012 un« projet » d’assainissement collectif retenu par nos élus

    pour les communes

    de Jouy-sous-Thelle, Le Mesnil Théribus, Senots, Fresnes–l’Eguillon et Fleury :

      24km de canalisation pour le réseau ; 

      14 Km de canalisation de refoulement ; 

      17 postes de relèvement. 

      station d’épuration à Fleury.  

     

     

    Le coût de ces travaux est, à ce jour, estimé à 22 millions d’euros pour 3300 habitants ce qui représente un investissement de plus de 6500€ par habitant.

    Messieurs les Maires,nous voulons un projet d’assainissement raisonnable adapté à nos moyens et à ceux de nos communes
      Pour vous informer

       Pour défendre votre avis

       Pour participer à une pétition

     Pour nous rejoindre

     Réunion Publique

    Samedi  26 Mai à 10h

    Salle des fêtes 8 rue du Mesnil

    FRESNEAUXMONTCHEVREUIL

     

    Présentation du 3 mai 2012

     

    Sous la présidence de M. Louvet, Président du Syndicat Intercommunal d’Assainissement de la Vallée du Ru du Mesnil, et en présence des maires des communes concernées, M. Coppeaux, Directeur Général de l’ADTO (Assistance Départementale pour les Territoires de l’Oise). après une présentation sommaire du projet s’est livré à une comparaison entre le prix de revient de ce projet d’assainissement collectif et un assainissement individuel entièrement réhabilité.

    Pour l’assainissement collectif, l’augmentation de 6,60€ par mètre cube du prix de l’eau conduirait à un surcoût annuel de 740,00€ Hors Taxes rapporté à une « consommation type » de 120 m3.

    En comparaison, pour un assainissement individuel, M. Coppeaux qui est parti d’un coût de réhabilitation de 13000€ (subventionnée à 50%) à amortir sur 20 ans et, en y intégrant les frais d’entretien (vidange tous les quatre ans et contrôles périodiques du SPANC (Service Public de contrôle des Assainissements Non Collectifs), est arrivé à un prix de revient de 770€ par an.

    Ceci pour nous démontrer le bien fondé du projet collectif tel que présenté.

      Mais il est important de savoir que :

      - l’assainissement collectif n’est pas obligatoire pour les communes de – de 2000 habitants (Loi sur l’eau) ;

    - les installations individuelles des villages concernés n’ont pas encore fait l’objet d’une vérification du SPANC et que, de ce fait, nous ne connaissons pas le nombre d’installations à réhabiliter ;

    - le coût d’une installation individuelle entièrement réhabilitée est plus proche de 8000€ que de 13000€. De plus, même si au bout de 20 ans, des travaux d’entretien du système filtrant sont à envisager, ce n’est pas tout le dispositif qui sera à remplacer.

    - une installation non-conforme aux normes actuelles n’est pas à réhabiliter si elle ne présente pas de risque de pollution ou de nuisances sanitaires.

     Le projet d’assainissement collectif présenté le 3 Mai dernier est identique, voire  pire que celui présenté il y a 10 ans, (avec Fresneaux-Montchevreuil et Tourly en moins) et reste inacceptable.
     Par son action, l’ADUEC a contribué à une prise de conscience de certains de nos élus et au report du projet de 2001, nous vous espérons nombreux le Samedi 26 Mai pour vous informer et signer la pétition.
     

    ADUEC: 5, rue de Gournay-Lormeteau  60240 FRESNEAUX-MONTCHEVREUIL 03.44.47.68.40.

    ADUEC@orange.fr     

    Sites associés :

      http://www.jouy-sous-thelle.org/spip.php?rubrique25 

     

                                               http://www.lechojovacien.fr/

    Nota : En 2001, un devis du montant des travaux de raccordement propres à chaque habitation a été réalisé par la SOGETI. Cette étude a été financée par une taxe supplémentaire de 2 Francs par m3 que nous avons acquittée pendant plusieurs années. A notre connaissance, seule la commune de Fresneaux –Montchevreuil a adressé ce document aux habitants. Nous vous encourageons à vous adresser à votre mairie pour obtenir ce document, il vous permettra d’avoir une idée (à actualiser) de ce que vont vous coûter les travaux de raccordement.

      Sujet publié le 20 mai 2012 - Sujet déplacé le 26 mai 2012 pour actualité
      Répondre au sujet
     
     

     


    votre commentaire
  • Auneuil

    Auneuil : 1 million € pour rembourser les emprunts


    Article du 08/06/2009 à 09:31

    Pour Robert Christiaens et les Auneuillois, le montant du remboursement de la dette pourrait être de 350 euros par habitant.
    Auneuil provisionne 1 007 809,37 € pour rembourser le passif de la communauté de communes du Thelle Bray.

    1007 809,37 €. C'est la somme qu'a provisionnée le conseil municipal d'Auneuil pour rembourser sa part des dettes contractées par l'ancienne communauté de communes du Thelle-Bray.
    Une somme considérable mais qui selon Robert Christiaens, maire d'Auneuil, n'aura pas une grande influence sur le budget de la commune.

    Un passif de 2 697 653 €

    Dissoute en 2006, la C.C. du Thelle-Bray qui regroupait 13 communes a laissé un passif de 2 697 653 € dû essentiellement aux emprunts souscrits par Christiane Renault, l'ancienne présidente, pour les besoins de la structure.


    Mais rien n'est encore décidé quant à la répartition du remboursement.
    Après l'arrêté pris par Philippe Grégoire, préfet de l'Oise, les communes qui contestent les montants des remboursements ont déposé un recours devant le tribunal administratif d'Amiens. Etudié vendredi 29 mai par les magistrats, le délibéré devrait être rendu dans une quinzaine de jours.

    Des remboursements inégaux

    Le problème est que cette répartition ne semble pas avoir pris en compte les possibilités financières de chaque commune dont certaines ne comptent que quelques centaines d'habitants.

    Plus la commune est petite et plus la facture par habitant sera élevée.
     Ainsi, le remboursement par habitant s'échelonne de 173,27€ pour la commune du Mesnil-Théribus, (122 499 euros pour 707  habitants) à 783,16 euros pour Troussures, (120 606 euros pour 154 habitants).

    La décision de justice est donc attendue avec impatience car si le recours est débouté, il faudra se plier à verser des sommes très importantes en regard des budgets de chacun.
    Bien évidemment et toujours dans le cas où le recours est débouté, il faudra ajouter les pénalités de retard et les intérêts.

    Pour en savoir plus.......

     

     
     

    Tendance        l'observateur   photo l'observateur

     
       Article déjà publié le  Mercredi 30 juin 2010 Par Tendance

    votre commentaire

  • 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
    189 182 183 189 186 169 157 170 162
    Évolution de la population, suite (1)
    1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
    166 167 161 151 162 145 130 140 138
    Évolution de la population, suite (2)
    1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
    146 143 148 124 129 117 113 96 81
    Évolution de la population, suite (3)
    1962 1975 1982 1990 1999 2006 2009 -
    71 84 75 125 208 256 278 305 -


    1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
    734 815 852 814 860 848 808 808 813
    Évolution de la population, suite (1)
    1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
    778 755 740 722 720 721 686 648 591
    Évolution de la population, suite (2)
    1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
    624 591 603 556 560 544 507 455 455
    Évolution de la population, suite (3)
    1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2009 -
    458 469 466 604 742 819 875 926 -
     Wikipédia
      Sources : Base Cassini de l'EHESS jusqu'en 19621, base Insee à partir de 19682,3,4.

      L'examen rapide de ces 2 tableaux permet d'établir que depuis l'année 1962 Porcheux a multiplié sa population par 4; Jouy sous Thelle a multiplié sa population par 2.

    Tendance

     Tendance

    Forum

    1 commentaire
  •   CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE PICARDIE
     
     

     Amiens, le 5 février 2009
    LE PRESIDENT
    ---
    Madame le Maire,
    En application de l’article L. 243-5 du code des juridictions financières et à l'expiration du délai d'un mois fixé par ledit article, je vous notifie par la présente, le rapport d'observations définitives de la Chambre régionale des comptes de Picardie sur la gestion de la commune de Porcheux.
    Ce rapport devra être communiqué par vos soins à l'assemblée délibérante de votre collectivité dès sa plus proche réunion, faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de celle-ci et être joint à la convocation adressée à chacun des membres de l'assemblée et donnera lieu à débat.
    Je vous rappelle qu'aux termes de l'article R. 241-17 du code des juridictions financières, les observations définitives de la Chambre régionale des comptes sont communicables aux tiers dès qu'a eu lieu la première réunion de l'assemblée délibérante suivant leur réception par la collectivité.
    Afin de permettre à la Chambre de répondre aux demandes éventuelles de communication des observations définitives, je vous serais reconnaissant de bien vouloir me faire connaître la date de cette réunion.
    Je vous prie d’agréer, Madame le Maire, l’expression de ma considération distinguée.
    Le Président par intérim
    Frédéric ADVIELLE
    Madame Christiane RENAULT, Maire
    Mairie de PORCHEUX
    29, rue Saint-Nicolas
    60390 - PORCHEUX
    RAPPORT D’OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DE LA
    COMMUNE DE PORCHEUX
    ---------
    Par courrier du 3 juillet 2008, le maire de la commune de Porcheux a été informé de l’engagement de l’examen de la gestion de la commune à compter de l’exercice 2005, aux termes de l’article L. 211-8 du code des juridictions financières.
    L’entretien préalable prévu à l’article L. 241-7 du code des juridictions financières a eu lieu le 7 août 2008 par téléphone avec Mme Christiane Renault, maire de la commune.
    La commune de Porcheux a fait l’objet d’une saisine budgétaire par la préfecture de l’Oise reçue à la Chambre Régionale des Comptes le 5 juin 2008 au titre des articles L. 1612-14 et L. 1612-5 du Code Général des Collectivités Territoriales.
    Par deux avis n° 2008-047/510A et n° 2008-047/510B, en date du 02 juillet 2008, notifiés le 07 juillet, la Chambre Régionale des Comptes de Picardie a conclu à la recevabilité de la saisine au titre de l’article L. 1612-14, mentionnant cependant l’absence de déficit et la non nécessité de proposer des mesures de redressement et à l’irrecevabilité de la saisine au titre de l’article L. 1612-5.
    Compte tenu de ce contexte, l’examen de gestion a porté principalement sur la sincérité des documents budgétaires et sur la situation financière à partir de 2005.
    Suite au délibéré du 15 septembre 2008, la Chambre régionale des comptes a formulé des observations provisoires communiquées à Mme Renault. Aucune réponse n’a été apportée.
    Dans sa séance du 11 décembre 2008, la Chambre a finalement arrêté les observations définitives qui portent sur les points suivants :
    -
    Evolution de la situation budgétaire de la commune depuis 2005
    -
    Tenue de la comptabilité d’engagement et fiabilité des documents budgétaires
    I - Evolution de la situation budgétaire de la commune depuis 2005
    La commune de Porcheux est située dans le canton d'Auneuil (département de l’Oise).
    Elle compte 258 habitants (recensement de 1999) et 278 habitants selon les résultats de l'enquête annuelle de recensement effectuée en 2005, ce qui représente une évolution à la hausse de 7,75% depuis 1999.
    Cette évolution démographique est un élément important à prendre en compte dans l'analyse financière.
    La commune de Porcheux a figuré au réseau d’alerte de la Préfecture en 1999, 2000, 2002 et 2003 et y figure encore depuis 2005, en raison d’investissements importants et d’un recours soutenu à l’emprunt.
    La commune adhère à la communauté de communes du Thelle Bray jusqu'au 31 décembre 2006, avant d'intégrer, suite à la dissolution de la CC du Thelle Bray, la communauté de communes du Vexin Thelle (CCVT)1.
    1 Annexe 1 : compétences obligatoires et optionnelles de la CCVT.
    La commune a conservé sa compétence en matière d’assainissement ; cependant, compte tenu de l’importance de ce poste de dépenses2, une réflexion mériterait certainement d’être menée dans ce domaine.
    Par ailleurs, la commune adhère également à trois autres structures intercommunales sans fiscalité propre :

    Suite du document ici...........

     



    La commune de Porcheux a figuré au réseau d’alerte de la Préfecture en 1999, 2000, 2002 et 2003 et y figure encore depuis 2005, en raison d’investissements importants et d’un recours soutenu à l’emprunt.
    La commune adhère à la communauté de communes du Thelle Bray jusqu'au 31 décembre 2006, avant d'intégrer, suite à la dissolution de la CC du Thelle Bray, la communauté de communes du Vexin Thelle (CCVT)1.

     
     
     En conclusion, il apparaît que les marges de manœuvre de la collectivité sont très réduites pour l’avenir. La Chambre recommande donc à la commune une meilleure maîtrise de ses charges de fonctionnement afin de dégager de l’autofinancement nécessaire pour assurer à la fois le remboursement de l’annuité en capital des emprunts et limiter le recours à l’emprunt en ce qui concerne les investissements nouveaux.

      Sans commentaire

    Tendance


    votre commentaire
  • Quelles épluchures dans le compost ?
    Le Jeudi 4 Octobre 2007



        
    (Ré)écouter cette émission Bientôt disponible
     
    Celle des pommes de terre ou des agrumes est-elle nocive ? France Info lève le doute...

    Des auditeurs jardiniers redoutent à la fois les traitements préventifs de la germination des pommes de terre et ceux qui enrobent souvent les agrumes. Pommes de terre et agrumes sont plus difficiles à composter que des feuilles de salade mais il suffit de les couper en petits morceaux, et surtout de bien les mélanger avec les autres apports, en quantité modérée. Le bon compost-maison se fait avec un peu de tout et de tout...un peu!
     
     
     Forum

    votre commentaire
  •     
    Réflexions en 2012............

    23/05/2012

    Un sujet récurent dans notre village.....Que notre Maire a stigmatisé dans son discours du 3 mai dernier. Notre village pue! Jouy sous Thelle sent mauvais! Disait-il. C'est un fait, mais ce n'est pas pour cela qu'il faut accepter un projet beaucoup trop couteux, trop vite étudié, très mal ficelé et qui finalement sent pas très bon....Pour notre budget

    Tendance

    Réunion PubliqueSamedi  26 Mai à 10h - Salle des fêtes-  8 rue du MesnilFRESNEAUXMONTCHEVREUIL
     
              
     
     

     


    votre commentaire
  •     
    Si ?

    23/05/2012

    On ne s'est jamais vraiment étendu sur le départ de ces cinq communes du syndicat d'assainissement. Il faut rapprocher cet évènement de la gestion scandaleuse de la communauté de commune du Thelle Bray. Mais si ces 5 communes, qui ont fait partie du syndicat du rû du Mesnil, pouvaient revenir pour nous épauler dans notre projet insensé d'assainissement. Et si en plus les communes de Tourly et Fresneaux-Montchevreuil étaient restées au sein du syndicat. 12 communes pour supporter les frais pharaoniques de cet entreprise... On pourrait peut-être repartir sur de nouvelles bases de financement et surtout de taxation du prix du m3 d'eau...... Mais on peut rêver!

    I have a dream

     

    Tendance

     

     

     

     

    votre commentaire
  • Le fiasco du Thelle Bray 

     

     Archives
    23.10.2006
    APRÈS une lente agonie, la communauté de communes du Thelle Bray (CCTB), au sud de Beauvais, sera dissoute à la fin de l'année, neuf ans après sa création. Un coup dur pour Christiane Renault, présidente de la CCTB et maire de Porcheux. Fustigée de toute part pour sa « gestion hasardeuse », accusée d'avoir « tondu les contribuables » par un mystérieux corbeau, elle doit aujourd'hui justifier l'ardoise de 2,7 millions d'euros du Thelle Bray. « La CCTB était peut-être boiteuse, mais la création de la communauté d'agglomération du Beauvaisis (CAB) n'a pas arrangé ses affaires », déclarait il y a quelques semaines le vice-président de la CAB, Henri Bonan. En 2004, six des dix-neuf communes ont en effet quitté le Thelle Bray pour rejoindre l'agglo. Emportant dans leur sillage 40 % des bases fiscales. Et tout autant en termes de population. Restait alors treize communes et à peine 8 800 habitants. Trop peu pour offrir des perspectives de développement aux élus. Chaque membre a donc voté la dissolution du Thelle Bray ces dernières semaines. Ils rejoindront une nouvelle communauté de communes en janvier 2007. Le préfet devrait entériner définitivement la fin de la CCTB par arrêté préfectoral en décembre prochain.
     

    C'est un scandale


    Le Parisien
     
     
      Pour en savoir plus...... 

      Un scandale trop vite oublié. Beaucoup d'argent perdu dans cette dissolution. Le budget de la commune en a fait les frais. Il a fallu emprunter pour rembourser la dette de la communauté de commune du Thelle Bray. Déjà une histoire de dette.... Décidément Jouy sous Thelle sera toujours au top  dans ce type d'affaire

    Tendance

    Tendance


    votre commentaire
  •  Bijou perdu

     Où sont passés mes pendants d'oreille en onyx ? Bon sang,
    dîner avec le Préfet, et juste pile je perds les boucles de Mémé
    Marianne ! « Sigmund, dis-moi pourquoi ! »
    « Eh bien » répond-il « Tu veux bousiller ta soirée, c'est évident... La dernière fois que tu les as vues, c'était où et quand ? » « Ah ben oui, dimanche dernier, à l'heure de la messe: pendant que mon mari fait ses dévotions, je vois mon jeune amant... elles sont sans doute toujours sous l'oreiller,
    et tu serais trop content de savoir pourquoi ! A propos, mon jeune amant, c'est justement... le fils du Préfet, haha! »
    Mais laissons là Sigmund ! L'an dernier, dans une expo d'art
    surréaliste, je ne connaissais pas encore ce délicieux jeune homme. Nous étions tous deux à l'arrêt devant le même tableau, où un escalier tout mou montait au ciel, laissant s'envoler de sa plus haute marche un groupe de chapeaux
    melons. En bas, une plage à carreaux noirs et blancs, avec au
    premier plan un amas de bois flotté, suggérait une tristesse
    contredite par le joyeux envol des couvre-chefs moirés. Une
    silhouette de femme, toute menue, ponctuait le bord de mer. En y regardant de plus près, on remarquait sous la robe comme
    des griffes de renarde, et audessus du sage col Claudine un
    joli museau velu. En arrière- plan, un phare en forme de gâteau de mariage, dégoulinant de crème d'écume, titillait le spectateur iconoclaste, tandis que les deux époux en plastique plantés en son sommet rivalisaient de sottise compassée.
    « Viens », me dit l'inconnu qui contemplait avec moi cette oeuvre absconse, « on va rentrer dedans !». D'un même pied, nous franchissons gaiement le cadre. La plage nous avale, puis nous rend à nous-mêmes au bas du mol édifice. Le dernier chapeau,effrayé, s'envole. « Ils vont où, tu crois? » « Ben, ils passent l'hiver à Paris, sur les porte-manteaux des restaurants chics... » «C'est idiot, ils sont dans le courant d'air, avec la porte tambour qui tourne sans arrêt! » «Ils aiment ça, ça leur rappelle tous ces dessins où on les fait s'envoler de la tête du monsieur » Ce garçon hors du commun m'amusait décidément plus que mon triste sire de mari. J'eus envie d'aller au phare. Un, deux, trois, partez! On a couru là-bas, foncé dans la crème fouettée, la crème pâtissière, la crème crémeuse, on s'en est mis partout, puis on est montés arracher les deux figurines
    à la con, ça m'a fait du bien, mais du bien! Si je racontais tout ça à mon mari, il ne me croirait jamais! Je lui ai juste dit que j'avais perdu les boucles de Mémé Marianne dans un gâteau à la crème en haut duquel il était perché, en costume de pingouin. Maintenant, toute la semaine j'attends avec impatience l'orgasme du dimanche matin...


    Dominique Langlet

     

     


     
       
     Revue trimestrielle de l’association « LIRECRIRE » de Beauvais
    http://www.lirecrire.fr/  N°06 - Avril 2012

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires