• Le meilleur des carnets de Jules Hostouley 23/04/2012
     23/04/2012 07:57:20   

    Hollande, Sarko, Le Pen et les autres.....
    Hollande fait Un ; Sarko fait deux ; Le Pen fait trois. Comme l'on dit dans les milieux de la petite reine. Tous classés ? Sauf, malheureusement pour Poutou, Arthau, joly, Dupont-Aignan et Cheminade qui passent la ligne hors délai. Bayrou qui déçoit beaucoup en cinquième position ; privé de son équipe ; les équipiers du centre ayant rejoint prématurément et depuis fort longtemps, la voiture balais. Mélenchon, la grande surprise de cette compétition, qui a caracolé souvent, en tête, sur le grand développement de la démagogie, et qui signe un très fort engagement dans le futur critérium des législatives. Le Pen qui après avoir brillamment conforté son classement, va s’inviter, hors compétition, dans l’ultime étape de la Présidentielle. Mais n’est-elle pas un peu dopée aux anabolisants racistes, qui font les délices d’un nombre croissant de supporters. L’étape d’hier a fait beaucoup de mal dans les organismes. L’ascension fut rude et pleine de rebondissements. Aujourd’hui c’est repos dans le grand prix du Palais de l’Élysée. On soigne ses bosses et commente ses erreurs .Beaucoup de soigneurs et d’entraineurs, hier soir, au chevet des deux derniers participants à l’ultime échappée. On prétendait jusqu’alors que les grandes classiques du sport cycliste ne réservaient plus beaucoup de surprise, mais cette grande Classique Présidentielle vient de contredire cette affirmation. Hollande, maintenant en jaune, qui part favori dans la dernière étape et Sarko, qui revêt le maillot vert du vainqueur par points, mais ce qui ne suffit pas pour le résultat de la dernière confrontation, qui est noté sur le nombre de suffrages remportés. Sarko court-il pour remporter la seconde place ; afin de devenir un second Poupou ? ( Poupou ! j’ai dit ! Pas Poutou……Faudrait suivre un peu, quand même !!) Donc quinze jours de spectacle palpitant sur les routes de la politique. Un « contre la montre » qui signera la carrière du futur Président de notre beau Pays, la France. Car personne n’est vraiment capable, aujourd’hui, de connaitre celui qui recevra le bouquet final et la bise de notre Marianne Républicaine, qui en a déjà vu tant d’autres. Allez, j'en garde un peu sous la pédale, pour les prochaines étapes.


    Quand le Tour de France passe, la France est sur le pas de la porte. (Tristan Bernard)

     

     


    votre commentaire


  •  


     

     

      Bulletin Météo

    du 26 juillet 2012

    Ce matin  à Jouy 25/07/2012
      +17°C   15°C  
    767   766  

     
     
     
      
    0mm
    Total
    250
    0mm  
    Hier  25 juillet 2012  24 juillet 2012
    +31°C
      +28°C   
     
    Le 26/07/2011  à Jouy 25/7/2011
      +14°C
       +13°C   
      +22°C +25°C   
    766   763
      
      
      0mm   Total
    225
       3mm   

     


       
    Le 26/07/2002  à Jouy 25/7/2002
      +17°C
       +14°C
      +22°C +20°C  
    765   765  
     
     
      0mm   Total
    420
      0mm   

    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley 22/04/2012
      22/04/2012 07:47:36    

     

    Sénateur, Député & Cardinal
    Jouy sous Thelle a un sponsor ; le sénateur Marini. Déjà de nombreuses fois sollicité pour des réalisations, des travaux, des aménagements, des restaurations à Jouy sous Thelle. Marches de l’église, Chapelle de la Chaire à loup, salle socioculturelle ont déjà profités largement de la réserve sénatoriale ; dont le sénateur Marini est le gestionnaire. Le récent compte-rendu du conseil municipal fait état de nouvelles demandes de subventions. Pourquoi dans le passé les élus n’ont-ils pas fait appel plus souvent à cette manne sénatoriale ? Notre village ne serait pas autant en retard dans ses équipements. Dans le passé Jouy sous Thelle bénéficia des largesses d’un Cardinal pour construire son Église ; remarquable sur le plan architectural ; et classée par la suite. Ce cardinal c’était le célèbre cardinal de Péllevé, dont des membres de sa famille sont enterrés à jouy sous Thelle . Nous allons peut-être avoir, aussi, le soutien d’un député…. C’est ce que l’on chuchotait, pas plus tard qu’avant-hier, dans notre bonne commune de Jouy sous Thelle. Car un sénateur, c’est un député qui s’obstine. Alors deux sénateurs au chevet de Jouy sous Thelle ? Mais là c’est une autre histoire…

    Bis dat qui cito dat



    votre commentaire
  • Le godet de Notre Dame…  

       

    Bien que Sainte Vierge, on n’en est pas moins femme- humainequoique… mais ça c’est une autre histoire- soumise aux aléas de la vie, à ses contraintes et ses obligations, à ses besoins physiologiques. Marie, déjà visitée par Gabriel, cheminait seule dans la campagne picarde en mai zéro. (Et pourquoi pas la Picardie ? Elle avait bien le droit de voir du pays, de prendre du bon temps ? Avec ce qui l’attendait…) Vous auriez vu ce temps !!! Une chaleur, pire qu’en 1976, rien à voir avec 2011. La canicule, la vraie, celle où les feuilles desséchées des arbres ne demandaient qu’à s’enflammer… Marie, aglavée, la gorge sèche, aurait échangé un royaume pour une timbale d’eau fraîche. Epuisée, loin de toute habitation, elle posa céans dans l’herbe jaunie du chemin, s’en remettent à ??? Enfin aux puissances supérieures qui dirigeaient sa vie et ses pas. Un brave homme tirant une longe à laquelle était attachée une mule récalcitrante apparut dans un nuage de poussière et une volée de jurons à faire rougir une dame de qualité. Sur la mule, deux tonneaux qui brinquebalaient et qui gargouillaient. Pleins ! - Mon brave, auriez-vous l’obligeance de me rassasier…enfin je veux dire de m’abreuver, de me donner de l’eau de votre tonneau ? - Madame, une dame de votre convenance ne devrait pas s’aventurer sur ces chemins si peu sûrs ! Et je voudrais bien répondre à votre demande, mais c’est que…mes tonneaux contiennent l’un du vin, l’autre de l’eau de vie. Ca va vous mettre le gosier en feu. - Pour l’amour de Dieu, aidez- moi. Soyez charitable. Dieu vous le rendra, j’en fais le serment et je suis bien placée pour le savoir. (Du vin en Picardie ? A cette époque ? Et pourquoi pas ? Et cessez de m’interrompre pour un oui et pour un non.) - C’est que Madame, je n’ai point de verre. Vous ne pouvez pas vous abreuver à même le robinet. Vous tacheriez votre robe azurée. Sur le chemin, fleurissaient millepertuis et coquelicots et des corolles blanchâtres menaient une ronde effrénée parmi les herbes folles. L’homme arracha une fleur de liseron qu’il emplit de vin et qu’il tendit à Marie. Le récipient floral et délicat ne contenait qu’un doigt de vin. (Je me dois de faire encore un aparté : Marie, femme bénie parmi les femmes, ne fut pas choisie pour ses aptitudes au calcul. A croire qu’elle en ignorait même le nombre de ses doigts, dix, vingt, trente, quarante ???) Elle en but tant et tant qu’elle ne put repartir et, bien que désaltérée, elle passa la nuit à la belle étoile. C’est depuis ce temps, si on observe attentivement, que les corolles de liseron offrent des traits rosés…les dernières gouttes de vin, que Marie, éméchée, a négligé… … !!!


    Françoise Danel

     


         

    Revue trimestrielle de l’association « LIRECRIRE » de Beauvais

    N°07 - Juillet  2012   


    votre commentaire

  • Météo

     

     

      Bulletin Météo

    du 25 juillet 2012

    Ce matin  à Jouy 24/07/2012
      +15°C   15°C  
    766   768  

         
      
    0mm
    Total
    250
    0mm  
    Hier  24 juillet 2012  23 juillet 2012
    +28°C
      +25°C   

     
    Le 25/07/2011  à Jouy 24/7/2011
      +13°C
       +12°C   
      +25°C +21°C   
    763   762      
        
     
      3mm   Total
    225
        0mm   

     


       
    Le 25/07/2002  à Jouy 24/7/2002
      +14°C
       +16°C
      +20°C +20°C   
    765   765      
           
     
      0mm   Total
    420
      1mm   

    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley 21/04/2012
         21/04/2012 08:39:53 

      Un Député est passé…..
    LECHOJOVACIEN révèle le passage du Député Jean-François Mancel, dans notre bonne commune de jouy sous Thelle, dans le département de l’Oise en Picardie, région de notre beau pays, la France. Visite éclair ou rencontre organisée subrepticement et en catimini ; c’est souvent l’usage à Jouy. Donc pas de sonnaille à l’Église, ni de clairon au Monument aux Morts, ni de littérature dans nos boites aux lettres .Non ! La visite n’était pas officielle, parait-il. Monsieur le Maire n’a pas eu à ceindre son écharpe tricolore. Et pour cause, lui et son conseil municipal n’étaient visiblement pas conviés aux festivités de la Campagne. La Campagne Présidentielle qui s’invite à la campagne. La nôtre en l’occurrence. Tout cela est assez cocasse. Un peu comme un sous-préfet aux champs ; morceau de littérature choisi, de notre bon Alphonse Daudet…. Il n’y a pourtant pas de marché à jouy sous Thelle ; encore moins de Comices Agricoles. Faut-il que les sondages secrets et officieux de la Campagne Présidentielle, soient si mauvais que cela, pour qu’un monarque de l’assemblée Nationale descende de son trône, érigé en piédestal, et vienne ternir ses beaux mocassins vernis dans la poussière de Jouy sous Thelle. Lamentable tout cela ! Du « foutage de gueulle » ! On ne prend conscience de notre existence qu’en période critique. Allez-vous faire voir ! Beaux Messieurs et Gentes Dames de toutes les tendances ! Et circulez, y a rien à voir !

    j’étais malade, et vous m’avez visité..........

    St Matthieu


    votre commentaire
  • Pulmonaire
    Pulmonaria saccharata
     Boraginaceae
     Variété: Mrs Moon
    Vivace   -15°C  
    Hauteur   25cm
    Mars/juin
       
    Terre ordinaire voire un peu lourde.
     Mais assez fraiche
    Vivace rhizomateuse à feuilles elliptiques, vert moyen, taché de blanc,  27 cm de long.
      Fleurs en entonnoir, rose violacé, violettes ou blanches,  à calice vert sombre.
    Le Jardin Du Pic Vert
    Le Jardin Du Pic Vert
      Forum

     


    votre commentaire
  • Faire, encore faire, toujours faire…  

       

    Faire son petit-déjeuner, faire sa toilette, faire la poussière, faire le repassage, faire la cuisine, faire la vaisselle, faire son lit, faire le jardin et même on dit faire sa promenade…! C’est illimité la liste des choses à faire, nous passons tout notre temps, toute notre vie à « faire » Mais tout de même, la promenade ça se savoure, on s’en délecte comme un mets délicieux, ce n’est que du plaisir, la promenade ne se fait pas… elle se vit, c’est dire comme l’idée de plaisir est toujours mal acceptée… on lui préfère : «travaillez, prenez de la peine, soyez dur à la tâche, dieu vous le rendra, travaillez, travaillez, travaillez … !!! Mais si on décidait de ne plus faire, d’arrêter de toujours faire, de ne plus rien faire du tout le temps d’un moment privilégié pour soi, que l’on s’est autorisé, que l’on s’est attribué… qu’on a osé prendre… ! Ainsi, ce matin de mai, un lundi, jour férié, la journée promettait d’être vraiment chaude ! Après avoir biné, ou plutôt rebiné des herbes indésirables au pied de l’immense érable, après avoir procédé à l’arrosage devenu une urgence, après avoir attaché quelques grimpants qui tombaient un peu partout, après avoir éclairci mes trois petites rangées de radis, après maintes corvées accomplies dans la maison dont je vous épargne l’évocation, l’heure du déjeuner arriva, espagnol bien sûr, jamais avant 14H chez eux ! Je mangeais. Puis, une fois restaurée, l’après-midi bien installé dans les heures les plus chaudes, le moment était venu d’arrêter de faire, de tout lâcher, tout débrancher et de s’abandonner le cul posé sur une chaise, immobile, ne plus se lever surtout, ne plus penser, entendre soudain le tic-tac de la pendule, le gazouillis incessant des moineaux par la porte-fenêtre à demi ouverte et ce délicieux silence, aucune voiture, la trêve… même pas le vent, respirer lentement, une paix intérieure a remplacé l’agitation habituelle, le bien-être est bien là… résultant du ne plus faire, ne plus rien faire, ne plus rien faire du tout pour seulement être, être dans le ressenti de l’instant et un instant seulement enfin oublier de FAIRE… !!!


    Lucie Centro

     


         

    Revue trimestrielle de l’association « LIRECRIRE » de Beauvais

    N°07 - Juillet  2012   


    votre commentaire

  •  

      Bulletin Météo

    du 24 juillet 2012

    Ce matin  à Jouy 23/07/2012
      +15°C   14°C  
    768   771  

         
          
    0mm
    Total
    250
    0mm  
    Hier  23 juillet 2012  22 juillet 2012
    +25°C
      +24°C   
     

     

    Le 24/07/2011  à Jouy 23/7/2011
      +12°C
       +12°C   
      +21°C +21°C  
    762   762      
        
     
      0mm   Total
    222
        6mm   
       
    Le 24/07/2002  à Jouy 23/7/2002
      +16°C
         +15°C   
      +20°C +23°C   
    765   765      
             
     
      1mm   Total
    420
     0mm   

    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley 20/04/2012
       20/04/2012 09:16:05  

      Moustique tigre
    Grosse inquiétude chez les autorités sanitaires. Un nouveau moustique aborde sur nos côtes. Présentation :  « Le Moustique Tigre » (déjà un nom à faire rugir). Il débarque donc dans la baie d’Arcachon avec dans ses bagages de nombreuses maladies infectieuses, comme la dengue, la fièvre jaune et le chikungunya. Aedes albopictus (c’est son nom dans les labos) est activement recherché, non pas par les douaniers, mais par l’Établissement public interdépartemental pour la démoustication du littoral atlantique (le temps de prononcer tout çà et hop ! Envolé le « tigre moustiqué »). En outre il est surveillé étroitement par l’ARS (Agences régionales de santé). Il en arrive des choses sur nos côtes ; après les méduses et les pauvres hères du Maghreb en quête de boulot, c’est maintenant un moustique très vorace qui s’installe chez nous ! Les nouveaux moyens de transport faciliteraient son exode ; le réchauffement climatique pourrait être un facteur de prolifération déterminant pour cet enragé; c’est ce qui se dit dans les labos. Déjà connu sur nos côtes méditerranéennes depuis quelques temps, il avait fait parler de lui, dans l’ile de la Réunion en 2010 . Cet été, vous aurez un loisir de plus, pendant vos vacances au bord de mer : Chasser le tigre ; pas un tigre en papier, mais une sorte de Messerschmitt qui aura tout le loisir de vous empaler et de se faire de fastueux cocktails avec votre sang. A vos tapettes !
    Bzzzzzzzzzzzzzz !



    votre commentaire
  • Quand faut-il semer la pelouse ?
     
    le Vendredi 5 Octobre 2007






     
     
     
     

    votre commentaire
  • Un rêve à la place  

       

    J'y étais pour la première fois, le premier. Le premier du mois s'entend, le premier du mois de juin. J'étais en avance car j'aime attendre. Un couple d'hirondelles volait bas, plongeait droit (plouf !) à tour de rôle dans la grande flaque. Elles ne se souciaient pas des silhouettes qui, tout doucement commençaient à descendre le terre-plein, affleuraient sagement comme colonie de fourmis, sourdaient presque de terre. J'y étais déjà, sur place. Sur la future place. Et je regardais. J'aime regarder. La grille avait été entrouverte pour laisser passer les uns et les unes qui dégringolaient, parfois par deux, parfois en petits groupes, parfois de la main. Qui, portant un panier en osier, qui, un gamin dans les bras, qui, son voisin. En arrivant tout à l'heure, avant de prendre le chemin de la place, je l'avais déjà remarquée : la belle rouge, sa jupe-corolle au vent d'ouest, bien plantée sur le talus à l'entrée. Elle ne semblait pas se soucier d'où elle mettait les pieds et ses sandalettes n'étaient plus immaculées du tout. On est en Picardie mademoiselle, je l'ai appris : terre d'argile, terre de boue ! La soirée était belle, la soirée commençait. Moi je ne connaissais pas grand chose de cette ville. Ou si. J'avais déjà pu profiter au petit matin de l'exubérance des fleurs du boulevard saint André. Les boules d'ail mauves, les bouquets de bourrache bleue près des feux (rouges ou verts, et même parfois orange), les gerbes insensées d'espèces sauvages. Il fallait oser : tous ces roseaux en ville ! Quelle main verte aux espaces verts avait un oeil si avisé (j'allais dire amoureux)? Un tel accueil réservé aux compagnons blancs à croire qu'ils n'avaient pas été plantés mais invités, des pavots aux ronds points, placés de sorte à se faire transpercer par le soleil levant, et à te planter là, toi piéton, droit vers la rue de Clermont. Ça alors... C'était donc le paradis, ici ? A la vue du pleureur saule (ou vice versa, je suis dyslexique du nom des plantes) qui dirigeait la circulation au carrefour, les cheveux coupés droits... Je me disais Une chance, une aubaine. Nous sommes en pays poésie ici ? On me disait Belvais. Je disais Eh ben ! Pas beau parleur, moi. Préférant la lecture du bout du doigt sur la page et le silence des Ah ! A mon arrivée c'était mai. C'était bien. Cultiver des épilobes, des sauges folles qui caressaient les mollets des enfants sur le chemin de l'école, j'étais épaté. Que dis-je, j'étais élevé, l'âme abeille et bourdonnière, l'âme mésange bleue. Emerveillé j'étais (et je le suis encore). Donc vous voyez, en mai j'étais en émoi, hors de moi déjà. Avant même de l'avoir rencontrée, elle. Le premier. Le jour J du premier juin donc, le soleil se coulait avant de se coucher (et c'est somme toute logique), rue du 27 juin. Rue ainsi baptisée, cela ne fait pas un pli, pour que l'on profite d'un coucher idéal, les derniers rayons dardant les colombages, traversant les feuillages, ricochant dans les yeux de la belle glacière assise à la terrasse... Puisque je vous dis que je n'ai pas les yeux dans ma poche. Etait-ce une parade qui se préparait ? Un temps d'arrêt comme dans le temps ? La place allait-elle devenir Porte du soleil levant comme la Puerta del Sol de ma ville natale ainsi appelée car j'y vis le jour un jour de mai ? Avec, plein nord, un bâtiment fièrement planté (j'ai appris depuis qu'il s'agit d'un lycée). Dans cette grande esplanade creusée par moments comme par torrent insolent, un ancien pont semblait raconter des histoires de galops sur l'eau, de villes sauvées, de retrouvailles. De l'eau justement il y en avait (flaque de pluie ou flaque de nappe ?) pour le travail de nids et pour celui, de joie, de Nils et des gamins qui déjà s'en approchaient, un bâton à la main. Un poisson est vite arrivé, dans une mare ou dans une ornière, il suffit d'essayer. Surtout quand la soirée est belle, sans rien d'autre à faire que d'être heureux. Alors que je ne suis pas d'ici, alors que je viens d'ailleurs, on m'offrit une serviette mauve (mauve comme la sauge) à mettre à mon cou, et on me fit goûter le vin d'un panier à vin que j'acceptai. L'instant était délicieux. L'esplanade terrassée semblait semée de fleurs. La boue jaune, la boue brune des autres temps, tout était coloré et invitant. Je compris qu'il s'agissait de planter des fleurs. Chacun des invités à la fête avait le droit de semer une graine de talus ou une graine de plaine pour que se prolongent à jamais des instants pareils. Le réveil viendrait-il après le rêve ? Le réveil serait aussi beau. Car le projet me parut le plus formidable jamais conçu dans une ville de ce siècle : transplanter brin à brin les herbes des sentiers, les matricaires de Plouy pour que poussent poussettes, éclatent éclats de rires et caracolent arcs-en-ciel. Chemins à graminées, à fétuques et autres brizes proliféreraient fières et libres sous le regard aimant de chacunchacune- jardinier. Ce serait donc un jardin. Le Jardin d'Eden du Jeu de Paume. Le paradis d'avant la pomme. Mais moi je n'avais d'yeux que pour elle. La fleur rouge seule sur son talus, la belle sans talons. Elle se tournait vers les derniers rayons. Il l'avait bien dit l'homme à la queue de pie, l'homme au porte-voix. Tomber amoureux ici. Elle avait bien raison sa chanson. Car depuis, je le suis !


    isabel Asúnsolo

     


         

    Revue trimestrielle de l’association « LIRECRIRE » de Beauvais

    N°07 - Juillet  2012   


    votre commentaire
  •  
     

      Bulletin Météo

    du 23 juillet 2012

    Ce matin  à Jouy 21/07/2012
      +14°C   11°C  
    771   772  

       
          
    0mm
    Total
    250
    0mm  
    Hier  22 juillet 2012  21 juillet 2012
    +24°C
      +21°C   
     
    Le 23/07/2011  à Jouy 22/7/2011
      +12°C
       +13°C   
      +21°C +20°C  
    762   764      
       
     
      6mm   Total
    222
        2mm   
       
    Le 23/07/2002  à  22/7/2002
      +15°C
         +14°C   
      +23°C +22°C   
    765   766      
             
     
      0mm   Total
    419
     0mm   

    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley  - 19/04/2012
       19/04/2012 07:36:47  

    Présidentielles annulées..........
    Une rumeur qui enfle ; une rumeur qui prend corps ; une rumeur qui monte…Le premier tour des élections présidentielles pourrait être annulé. Un an que la campagne est lancée et voilà que l’on entend parler d’annulation de nos bulletins de vote. Et pas une petite rumeur ! Non ! Car elle courre déjà à grande vitesse sur Facebook et Twitter et aussi sur certains grands médias étrangers. Les résultats des derniers sondages pouvant être publiés à partir de 18h00, sur ces médias, il est permis d’envisager la tournure du vote dans les 2 dernières heures, dimanche soir. Et comme les 2 principaux candidats se tiennent sur la ligne d’arrivée à un demi-boyau d’écart (comme on dit dans le milieu de la pédale (cycliste)), on peut imaginer l’influence déterminante des 100 ou 200.000 derniers bulletins déposés dans les urnes, dimanche soir, 22 avril 2012, entre 18h00 et 20h00. Quelque soit l’issu de la consultation, il y en aura au moins un pour déposer une plainte, un recourt, auprès du conseil constitutionnel. (Un mot que tous les candidats, les médias et les chroniqueurs, ont de plus en plus de mal à prononcer ; « consitionel » entend-on le plus souvent ; il va falloir demander à nos Académiciens de réformer ce terme, après les élections ; quelle énergie économisée, pour tous ces professionnels de la parlote ; et je referme ici la ( ) : plus rapide à écrire que « parenthèses »). Pour en revenir à notre rumeur, il serait bon de signaler que nous sommes en 2012 ; à l’ère d’Internet et du formidable pouvoir des réseaux dit « Sociaux ». Les mécanismes et les dispositions électorales de ce scrutin présidentiel datent largement du siècle dernier ; la nuit des temps, l’âge des cavernes sur Internet. J’espère largement me tromper dans ma petite analyse, mais ces rumeurs persistantes ont de quoi nous foutre le bourdon. Si on doit passer le mois de mai en pénitence dans les isoloirs, ce ne sont pas ces dispositions qui feront remonter les taux de participation au scrutin présidentiel. Taux toujours en baisse de scrutin en scrutin. Que tout cela ne perturbe pas votre volonté de voter dimanche prochain !
    morituri te salutant (on saura lequel des deux, le 6 mai à 20h00)

     

     


    votre commentaire
  •  

    L’édito de Catherine Tolleron  

       

    A toi l’honneur ! », m’a dit Marc, élégamment vêtu de clair et chapeauté pareillement. En version plus familière, ça donnait : « C’est toi qui t’y colle ! » Je fais ma mijaurée : Ouh, là là, My God, mais comment vais-je m’y prendre ? Alors qu’en fait, je crève de fierté d’être l’éditorialiste de ce numéro du Liseron, d’être l’ELUE ! C’est MOI qui (ki). En plus j’ai appris ça le jour du FMNH. Non, pas le Front Mondial des Nudistes Hencolères, mais le jour du Festival de la Micro-Nouvelle et du Haïku qui s’est déroulé (puis a été enroulé de nouveau) fin mai à Plouy, sous un soleil RA-DI-EUX et des auspices favorables (un pigeon avait crotté à six heures trentedeux dans mon bol de café). Je sautai (passé simple) donc de joie (pas trop haut vu mon surpoids et mon âge mûuur) tentant ainsi d’imiter (mais sans succès) les gracieuses créatures qui dansaient sous la houlette de Roberto (prononcer lobelto avec un peu de r quand-même) telles des copines d’Isadora Duncan dans les pâquerettes et sous les saules (disparus). J’étais ravie, donc encore, et partageai (passé simple, bis, j’aime bien) ma joie avec les participants qui s’égayaient sous les arbres (terme générique pas trop littéraire mais je sais pas trop c’est quoi comme race). Il me fallut user de quelques bribes de mauvais anglais pour me faire comprendre (Moi Jane, toi Tarzan) car cette année, le festival était dépaysant, insolite, cosmopolite (toimême, mal poli !). Nous eûmes successivement un premier prix, enfin, une première prise québécoise qui s’écria « c’est tiguidou !» (si vous ne savez pas ce que ça veut dire, cherchez sur la toile, bande de feignants) à l’annonce des résultats, un très joli auteur espagnol vivant à Albacete (je l’ai retenu, vu qu’il fut obligé de répondre avec un sourire charmant et de bonne grâce à une vingtaine de personnes lui posant immanquablement la même question : « et sinon, vous venez d’où ? », une juive russe, errante et sympathique, brillante et charmante, ayant vécu dans une dizaine de pays, exercé une douzaine de métiers, parlant couramment une treizaine de langues (ce qui me fit l’effet curieux d’être un misérable ver de terre) et enfin, parce qu’il ne faut pas lasser le lecteur, une adorable et précieuse japonaise qui nous fit le cadeau d’un chapelet de perles délicatement glissé de sa bouche : un vrai haïku, en vrai japonais. Sinon, pour faire coucou à mes potes, Alan nous charma de son phrasé parfait et de ses accords guitaresques (euh ?), Framboise fut publiée cette année et le beau Vincent nous ensorcela de sa voix divine. Bref, j’en passe, et des moins bonnes. Mais voilà, je digresse, je digresse (tu dis quoi ?), fais de mauvais jeux de mots (laids), tout ça au lieu de faire l’édito (to) d’une revue que je vous recommande, car c’est comme qui dirait un lieu de rencontres de gens à peu près aussi fêlés que moi (voire plus) qui au lieu de se taper dessus tapent sur des bambous et des touches de clavier. Bref en gros, je ne fais pas mon boulot, mais je m’amuse bien. C’est important, non ? Allez, à vos plumes !


     

     


         

    Revue trimestrielle de l’association « LIRECRIRE » de Beauvais

    N°07 - Juillet  2012   


    votre commentaire
  •  
     

      Bulletin Météo

    du 22 juillet 2012

    Ce matin  à Jouy 21/07/2012
      +11°C   9°C  
    772 770  

       
          
    0mm
    Total
    250
    0mm  
    Hier  21 juillet 2012  20 juillet 2012
    +21°C
      +19°C   
     
    Le 22/07/2011  à Jouy 21/7/2011
      +13°C
       +14°C  
      +20°C +19°C  
    764   761      
       
      
      2mm   Total
    216
        0mm   
       
    Le 22/07/2002  à  21/7/2002
      +14°C
         +12°C  
      +22°C +21°C  
    766   765      
             
     
      0mm   Total
    419
     0mm   

    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley 18/04/2012
      18/04/2012 07:31:15 

    Ethnonyme
    L’ethnonyme de notre commune ne semble pas officialisé. C’est ce que rappelle le compte-rendu de la dernière réunion du conseil municipal. Rassurez-vous, on n’est pas tout seul dans cette situation.
    Le Conseil général de la Somme a procédé au lancement, à la mi-novembre 2011, d’une consultation citoyenne pour que les habitants de la Somme proposent un nom ; un gentilé pour les habitants de la Somme. Samariens, Sommois, Sommiens, Samarois sont les quatre propositions les plus souvent exprimées parmi 600 autres. D’après le site http://donnonsnousunnom.fr ces quatre ethnonymes ont été validés par « un jury d’universitaires, élus, représentants des médias partenaires de cette consultation, auteurs, citoyens de la Somme ». Depuis début janvier 2012 les habitants de la Somme s’appellent des Samariens et des des Samariennes. C’est dire le sérieux de l’entreprise. Faudra-t-il en passer par là pour le gentilé des habitants de Jouy sous Thelle ; j’en doute fort ! Heureusement, d’ailleurs. Les habitants de Jouy sous Thelle disposent déjà d’un gentilé unanimement approuvé par tous ; et depuis des lustres. Pour une fois que tout le monde est d'accord..... Il est intéressant de voir comment la composition d’un ethnonyme, à partir du toponyme du lieu concerné, révèle une alchimie très alambiquée ; des calculs mathématiques hors de porté des simples mortels que nous sommes. Ainsi au Québec… Au fait !Petite question ! Savez-vous où se terrent les Ypsiloniens et les Ypsiloniennes ? Vous ne savez-pas ? Aller on va vous aider un peu : C’est en France, en Picardie dans la Somme. Près de chez nous, en somme !
    Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley 17/04/2012
     17/04/2012 07:29:21  

    L’ADUEC ? Vous connaissez ?
    Non ? Hé bien vous allez apprendre à connaitre. Un projet d’assainissement est en cours dans notre commune ; et déjà bien avancé si l’on observe le montant des sommes allouées par les communes. 30000€ par communes concernées ; pas moins pour un projet enfoui, depuis des décennies, au fond des poubelles administratives de la commune de Jouy sous Thelle. Un projet démentiel que l’ADUEC avait réussi à faire capoter en son temps. Visiblement on a fait les poubelles de la Mairie, car on nous ressert un projet tout poussiéreux et chiffonné, à l’odeur nauséabonde. Avec les mêmes caractéristiques que celles du projet originel. Pourquoi accepterions-nous de payer la flotte 10€/m3 dans les prochaines années, alors que l’ADUEC a refusé un projet, tout à fait identique, en 2001. Qu’est-ce qui est nouveau dans ce projet pour supporter un cout au m3 aussi prohibitif. Peut-être vont-ils nous installer des tuyaux en plaqué-or ? Ou alors nous servir de l’eau minérale sur nos robinets ; pourquoi pas Vichy, par exemple ? Ce serait bon pour nos cellules. Les dirigeants de la commune auraient-ils des ambitions dignes des folies des Émirats du Golfe ? Il va falloir se mobiliser, de nouveau, derrière l’ADUEC. Et peut-être adopter le discours radical d’un « Poutou » communal. Discours outrancier et un peu extrémiste, certes. Mais qui pourrait mettre un peu de sagesse dans le crane des élus de Jouy sous Thelle. En attendant, offrons aux buveurs d’eau, le verre de l’amitié, qui pourrait devenir, un jour, trop onéreux pour notre porte-monnaie. Vous verrez que dans un futur proche le pinard sera plus abordable que l’eau javellisée de nos robinets. Serions-nous tous condamnés à finir poivrots ?
    Et nunc bibendum est


    votre commentaire
  •  

      Bulletin Météo

    du 21 juillet 2012

    Ce matin  à Jouy 20/07/2012
      +C   11°C  
    770 767
      

           
         
    0mm
    Total
    250
    0mm  
    Hier  20 juillet 2012
    +19°C
     
       
    Le 21/07/2011  à Jouy 20/7/2011
      +14°C
          +12°C  
      +19°C +16°C  
    761   760      
     
     
      
      0mm   Total
    214
        2mm   
    Le 21/07/2002  à Jouy 20/7/2002
      +12°C
          +12°C  
      +21°C +25°C  
    765   764      
         
       
      0mm   Total
    419
     0mm   

    votre commentaire
  • Tiarelle
    Tiarelle wherryi
     Saxifragaceae
     
            
     
    Vivace
     
    -15°C
     
    Hauteur
     
    20cm
     
    Mai/juin
       
    Terre ordinaire et légère
     
    Vivace compacte, à pousse lente, sans stolons.
     Feuilles duveteuses, ovales, trilobées, cordiforme à la base, vert pâle teinté de brun, 14 cm de long. Inflorescence en épis de 15-35 cm.  Fleurs blanches, parfois teintées de rose,  étamines brunes, minces.  
      Forum

     


    votre commentaire