•  

      Répartition du parc éolien Français en 2011
       
    Répartition du parc éolien Français en 2011





    Le parc éolien français est actuellement uniquement constitué d’éoliennes terrestres, la mise en service des premiers parcs offshore étant prévue à l’horizon 2017/2018. A fin 2011, la capacité installée de 6 792 MW se répartit entre près de 1 035 « installations » connectées au réseau électrique(1). La notion d’ « installations » employée par le Commissariat général au développement durable est large, elle désigne aussi bien une petite éolienne de quelques kW qu’un grand champ d’éoliennes de plusieurs dizaines de MW. 
    Le parc éolien français est assez inégalement réparti d’un point de vue géographique. Cette inégalité de répartition n’est pas uniquement due aux conditions climatiques, les régions les plus ventées (par exemple, le Languedoc-Roussillon) n’étant pas celles qui disposent des plus grandes capacités installées. Elle s’explique également par des facteurs économiques, politiques ou sociaux. 
    Près de 56 % de la capacité du parc éolien français est installée dans 5 régions (par ordre de puissance) : 
    • la Champagne-Ardenne (970 MW) ;
    • la Picardie (875 MW) ;
    • la Bretagne (678 MW) ;
    • le Centre (666 MW) ;
    • la Lorraine (621 MW).
    A fin 2011, l’Alsace et l’Aquitaine sont les deux seules régions à ne pas avoir encore implanté d’éoliennes de grande puissance sur leur territoire. 
     
    Â suivre ici   Fleche   Connaissance des énergies
       Répondre au sujet
     
       

    votre commentaire
  •   L'éolien a le vent en poupe
       
    Le nombre d’éoliennes devrait tripler
     Publié le 09.11.2011
    C’est le moment de donner votre avis. La préfecture et la région Picardie ont l’ambition de tripler le nombre d’éoliennes d’ici à 2020. Une volonté qui devrait amener des emplois et des finances supplémentaires.

    Rester la première région éolienne de France, profiter des emplois qui découleront d’un développement de la filière et, pour les collectivités, profiter des ressources financières générées par l’implantation des éoliennes. Autant de raisons pour lesquelles la Picardie s’est lancée dans un schéma de développement de l’éolien très ambitieux ; à ce jour, la région compte 465 éoliennes installées et 400 autres ont déjà été autorisées mais doivent encore passer les diverses étapes administratives.
    En 2020, c’est 1100 éoliennes qui devraient tourner dans le ciel picard.
    La concertation est lancée
    Le schéma éolien est maintenant connu, avec des zones délimitées pour la création de parcs éoliens (voir la carte). Les prochaines éoliennes devront s’installer dans ces zones et pas ailleurs. S’ouvre maintenant une période de deux mois pour recueillir le plus d’avis des élus, associations et habitants sur ce dossier (se rendre sur le site Internet dédié, à l’adresse www.srcae-picardie.fr/public). Cette phase de consultation s’achèvera début janvier 2012. « Le conseil régional pourrait alors délibérer en février, et le schéma serait lancé en mars 2012 », précise le préfet de région.
    Des rentrées financières pour les collectivités
    « Les élus sont demandeurs d’éoliennes sur leurs territoires, affirme le préfet de région. Certains m’interrogent même pour savoir pourquoi leur commune n’est pas dans les zones favorables à l’éolien. » Nos élus seraient-ils convertis au respect de la planète ? Sans doute. Mais, plus simplement, ils attendent des sous. Pour ces communes souvent rurales, pas d’industries, et la taxe professionnelle n’existe plus. Or une éolienne, ça rapporte, « 7000 € le mégawatt », calcule le préfet. Une éolienne nouvelle génération, c’est environ 2,5 mégawatts, soit 17500 € par an. Pour un parc moyen de 5 éoliennes, ce sont 87500 € de recettes supplémentaires chaque année. « Les communes ne récupèrent pas tout mais, pour elles, c’est intéressant financièrement », note Michel Delpuech. Et une éolienne, ça ne se délocalise pas comme une entreprise.
    Des emplois espérés
    « Notre conviction, c’est que c’est une chance pour la région, avec l’installation de centres de maintenance sur le territoire, l’usine de fabrication de mâts d’Enercon à Longueil-Sainte-Marie, et des emplois à la clé », assure le préfet. Effectivement, la région Picardie entend bien saisir cette opportunité avec de nouvelles filières pour faire de la Picardie un bassin d’emplois liés à l’éolien.
    Les écolos régionaux emballés
    Si certains écologistes au niveau national s’interrogent sur la pertinence des éoliennes, les élus Europe-Ecologie-les Verts de la majorité du conseil régional semblent convaincus. Ainsi, François Veillerette, vice-président en charge de l’environnement, explique : « Il faut trouver une solution énergétique pour demain ; le pétrole se raréfie, on ne veut pas du gaz de schiste et il faut amorcer la sortie du nucléaire. Du vent et du soleil, il y en aura toujours. Si on place les éoliennes suffisamment loin des habitations, elles ne génèrent pas de nuisances exceptionnelles, mais elles créent des emplois non délocalisables. » Et il raille les réticences de certains : « La plupart du temps, les habitants se découvrent une fibre environnementale quand on veut planter une éolienne en face de chez eux. C’est le syndrome Nimby ( Not in My Back Yard). »
    Pour en savoir plus......
    Le Parisien
       Répondre au sujet
     
         
     

      Emplois créés, recettes fiscales pour les communes, énergie propre, écologie rassurée...
    Tout cela est fort séduisant; mais on sait que l'éolien revient cher à court et moyen terme.
    N'y a-t-il pas de solution moins chère parmi les énergies renouvelables?
    Dans la précipitation actuelle, on n'a pas véritablement posé le problème en terme de cout.
    L'éolien a le vent en poupe.

     
                Tendance               
     

     


    votre commentaire
  •   Vive le Vent! Vive le Vent! 
       

    12 éoliennes à Saint-Just-en-Chaussée
    Le 08 Décembre 2011


    Plus rien n'empêchera la Compagnie du vent d'édifier 12 éoliennes aux alentours de Saint-Just-en-Chaussée, puisqu'un arrêté préfectoral vient d'annuler la fin de non-recevoir de quatre demandes de permis de construire concernant les communes d'Angivilliers, Lieuvillers, Le Plessier-sur-Saint-Just et Valescourt. Une satisfaction en cachant une autre, le tribunal administratif a également décidé que l'Etat verserait 1 000 € de dommages à la société déjà présente sur le site de Litz-Rémérangles.

    Pour en savoir plus............



    Tendance

       Répondre au sujet
     
       


    votre commentaire
  •  

      Première pierre de l’usine de mâts béton ENERCON
        Pose de la première pierre de l’usine de mâts béton ENERCON GmbH en France




    06.07. 2011

    ENERCON GmbH a posé la première pierre de son usine de mâts béton, en France, dans la commune de Longueil-Sainte-Marie. Le Directeur Général ENERCON GmbH, Hans-Dieter Kettwig était présent à la cérémonie qui s’est tenue le 24 juin dernier sur le site situé à proximité de la ville de Compiègne, en compagnie du Sénateur et maire de Compiègne, Philippe Marini, du maire de Longueil-Sainte-Marie, Stanislas Barthelemy, et des clients et salariés d’ENERCON GmbH. L’usine devrait voir le jour pour l’été 2012 et avec elle, débutera la production en série de mâts en béton préfabriqué.

    Avec une surface d’env. 15 000 m², cette usine − le premier site de production d’ENERCON GmbH en France − prévoit une production annuelle de l’ordre de
    40 000 m3. Jusqu’à 90 nouveaux emplois seront créés, à court terme, avec l’ouverture de l’usine, dans la commune de Longueil-Sainte-Marie. L’effectif peut tout-à-fait croître, si le marché se développe en conséquence. La nouvelle usine n’est pas seulement une première pour ENERCON GmbH : ce complexe dans le département de l’Oise, en Picardie, est tout simplement le tout premier site de production d’un constructeur d’énergie éolienne en France.


    La nouvelle usine d’ENERCON GmbH est le parfait exemple que la France et l’énergie verte ne sont depuis longtemps plus une contradiction, a déclaré le Directeur Général ENERCON GmbH, Hans-Dieter Kettwig, lors de son allocution. Certes une révolution énergétique systématique avec l’abandon du nucléaire, comme c’est actuellement le cas en Allemagne, n’est pour l’instant pas à attendre, mais de plus en plus de monde en France réfléchit également à d'autres possibilités. Les récents événements en Allemagne ont pu laisser la place à la réflexion, ce qui pourra à l’avenir aussi se passer en France.


    Avec plus de 1500 MW installés, la France est le troisième plus grand marché au monde, ce qui représente pour ENERCON GmbH une part de marché de 25 %. Depuis fin 2004, l’entreprise allemande originaire d’Aurich a installé 20 centres de service dans différentes régions de France. ENERCON GmbH espère ainsi que le marché va continuer à se développer positivement.


     
       Répondre au sujet
     
       

    votre commentaire
  •   A bas les moulins à vent!
       
    Eoliennes : le géant allemand Enercon parie sur la Picardie

    Publié le 08.12.2011

    Amiens (Somme) est devenue pour une journée la capitale de l’éolien en France. Pas moins de 450 personnes, industriels, élus et promoteurs, ont participé aux premières rencontres Windustry, jeu de mots pour évoquer l’industrie du vent. Au menu, « renforcer le savoir-faire éolien en France, notamment en Picardie, et encourager les créations d’emplois dans ce domaine ».
    La Picardie, première région éolienne de France, veut tirer tous les profits possibles de ce développement. « Nous avons beaucoup d’ambitions », assure Claude Gewerc, président PS du conseil régional. « La Picardie peut retrouver une dynamique industrielle par la recherche et l’innovation. » « La Picardie, c’est la référence », a insisté de son côté Nicolas Wolff, président de France Energie Eolienne, représentant des industriels. « Depuis le début de l’année, il y a une nette baisse des autorisations d’implantation d’éoliennes en France, sauf en Picardie », note-t-il.
    Une attitude pro-éoliennes qui semble beaucoup devoir au préfet de région, Michel Delpuech, particulièrement actif. « Toutes les demandes arrivent maintenant sur mon bureau, et j’ai débloqué pas mal de dossiers », se réjouit-il. Mais pourquoi la Picardie attire-t-elle autant les promoteurs de l’éolien? Le mieux placé pour en parler est certainement Peter Schuster, directeur d’Enercon France, présent hier à Amiens.

    Bientôt 90 nouveaux emplois à Longueil-Sainte-Marie

    Enercon, c’est le géant allemand de l’éolien, en troisième position mondiale, qui emploie 22000 personnes pour un chiffre d’affaires d’environ deux milliards d’euros. La société, qui exploite déjà plusieurs parcs éoliens dans la région, vient de recevoir le feu vert pour un nouveau site autour de Saint-Just-en-Chaussée et construit actuellement une usine de fabrication de mâts d’éoliennes en béton à Longueil-Sainte-Marie, près de Compiègne. « La Picardie est parfaitement placée en Europe, près de Paris, avec l’autoroute et à terme le canal Seine-Nord. Nous exploitons déjà 130 machines en Picardie, avec 200 emplois à la clé et la future usine de Longueil créera 90 nouveaux emplois. »
    Le Parisien
       Répondre au sujet
     
      
     
    Information inquiétante pour les opposants au éolien.
    Cela apporte de l'eau au moulin du Maire d'Enancourt le Sec.
    Les socialistes ont beaucoup d'ambitions dans ce domaine.
    S'il veulent séduire les élus écologistes qui rêvent de démanteler une grande partie du parc nucléaire Français et Européen.
    Le gouvernement actuel, par le biais de son représentant, le préfet de région Michel Delpuech, a aussi intérêt à séduire d'éventuels suffrages écologistes.
    Elles fleuriront les grandes marguerites sur la plaine du pays de Thelle.
    Faut pas rêver!
    .
     
                Tendance            
     

     


    votre commentaire
  •   On va leur souffler dans les bronches!
       


    Mobilisation contre les éoliennes du Vexin

    Le préfet de l'Oise et le commissaire-enquêteur avaient rendu un avis défavorable au projet d'éoliennes.
     Pourtant, à la surprise générale, le préfet de la région Picardie à signé

    On croyait le dossier enterré. Pourtant, l’implantation de cinq éoliennes sur le territoire d’Enencourt-le-Sec, en plein cœur du Vexin, est aujourd’hui relancée. Le projet a été exhumé par Michel Delpuech, préfet de région.
    Le 4 avril, ce dernier a signé, à la surprise générale, un arrêté autorisant l’installation des cinq aéromoteurs dans le secteur.
    De leur côté, les opposants au projet préparent leur contre-attaque. Une réunion publique est programmée demain,
    à 20h30, à la salle communale de Jaméricourt.
    « Nous pensions tous que ce dossier était abandonné. Et on avait de bonnes raisons de le croire, gronde Bertrand Gernez, le maire de Jaméricourt et vice-président de la communauté de communes du Vexin-Thelle (CCVT).
    Le commissaire-enquêteur et le préfet de l’Oise ont rendu un avis défavorable.
    Même la Direction régionale de l’environnement est opposée à............

    Pour en savoir plus..........
    DAVID LIVOIS | Publié le 26.05.2011
    Le Parisien
    Danger sur notre Environnement!
    Danger sur notre Pays!
    Danger sur notre Région!
    Danger sur notre Village!
    Danger sur notre Vie quotidienne!
    Danger sur notre Tranquillité!

    Tout cela nos décideurs s'en fichent complètement!
    On n'implantera jamais de tels Aérophages dans les beaux quartiers Parisiens!
    Qu'ils se débrouillent avec les actuelles retombées économiques très néfastes du Tout Nucléaire!
    Après tout, ce sont eux qui ont pris toutes ces funestes décisions!
    Autant en emporte le vent!

    Je jette mon bonnet par dessus les moulins!
    Tendance
     

     

    Pas de nouveaux messagesCet article est visible sur ce Frorum   

     

      Les Eoliennes En Picardie, on observe de nombreux projets d'installation d'éoliennes...Les administrés sont légitimement préoccupés... Un dossier important..

       Répondre au sujet
     
       


    1 commentaire
  •   Autant en emporte le vent! (2)
       

    Haute epine
    Trente-cinq éoliennes en projet

    Lundi 16 Mai 2011
    Le terrain de Didier Ricard jouxte cinq éoliennes implantées depuis 2006 sur les communes de Lihus et Blicourt.

    Alors que les projets de constructions d'éoliennes se développent dans le nord du Beauvaisis, des associations dénoncent leurs nuisances. Notamment dans la commune de Haute-Epine.
    Didier Ricard, le président de l'association pour la préservation de l'environnement
    et du charme de Haute-Epine (APECHE), ne décolère pas: alors que des bruits circulaient depuis
    plusieurs mois concernant un projet d'implantation d'éoliennes à proximité du village, un dossier est arrivé en mairie début avril.
    Le résumé d'un dossier soumis à enquête publique dans les communes de Lihus et Blicourt, qui accueilleraient dix nouvelles éoliennes, venant s'ajouter aux cinq machines déjà présentes.
    Des nuisances seulement pour les habitants de Haute-Epine
    Bien que situées sur les territoires des deux communes voisines, ces éoliennes sont très éloignées de leurs centres bourgs et ne provoquent de nuisances que pour les habitants de Haute-Epine! « Lihus et Blicourt implantent des éoliennes pour augmenter de manière significative leur revenu, mais Haute-Epine, commune la plus touchée par le projet, n'en retire aucun bénéfice et subit un maximum de désagréments», s'insurge le conseiller municipal, habitant le village depuis toujours.
    Depuis la mise en service des .........
    Pour en savoir plus......
    courrier picard
    35 éoliennes, c'est un parc complet; ce n'est plus un simple moulin à vent du temps jadis.
    Pas plus moche que des pylônes...Qu'ils disent.......
    Évidemment, quand on réside à plusieurs kilomètres des Ventilateurs et qu'on empoche les bénéfices, on ne peut que vanter cette manne céleste.
    Tout vous est Aquilon tout me semble Zéphirs....
    Et quand la Bise fut venu..ou encore: Vive le vent! Vive le vent d'hiver!......
    Les superlatifs et les louanges ne manquent pas en littérature et en poésie!
    Mais va-t-on laisser ces géants aux bras virevoltants envahir nos chères contrées pour le profit de quelques-uns; bien planqués!
    Cervantes envoyait en son temps son héros pourfendre moulins à vent et autres géants imaginaires..
    S'il vous plait, faites-moi plaisir; devenons les Don Quichotte du nouveau millénaire....
    au revoir
    Tendance

     

    Pas de nouveaux messagesCet article est visible sur ce Frorum   

     

     Les Eoliennes En Picardie, on observe de nombreux projets d'installation d'éoliennes...Les administrés sont légitimement préoccupés... Un dossier important...

       Répondre au sujet
     
       

    votre commentaire
  •   Vent nouveau : Vent divin !
       

    Un vent nouveau pour l'éolien
    Mardi 03 Mai 2011
     
    Le projet de Conchy-les-Pots compte cinq éoliennes. La production attendue est de 25 millions de kilowatts heure.

    Un an après le refus de permis de construire, une nouvelle enquête publique va être lancée à Conchy-les-Pots, confirmant que les éoliennes poussent lentement dans le secteur.
    Il y a un an, le préfet de l'Oise refusait la demande de permis de construire déposée pour la construction d'un parc de neuf éoliennes sur le territoire de Conchy-les-Pots.
    Le motif ? Les éoliennes se trouvaient trop proches de l'autoroute, de la ligne de TGV et étaient visibles depuis l'église de Roye-sur-Matz. Un an et quelques modifications plus tard, le projet de parc revient sur le devant de la scène. Une nouvelle enquête publique va se dérouler du 10mai au 9juin.
    Cette fois, les promoteurs du projet ont bon espoir qu'il aboutisse à un avis favorable du commissaire enquêteur et à une décision positive du préfet. «Le pouvoir décisionnel est passé au préfet de région, qui est plutôt pro-éolien, note René Mahet, président de la Communauté de communes du Pays des Sources. Du coup, il ne devrait plus y avoir deux poids deux mesures entre l'Oise et la Somme. Une limite de département, ça n'est jamais que quelques pointillés sur une carte.»

    «Les gens ont fini par s'habituer à leur présence»

    René Mahet fait allusion à l'imposant parc éolien qui a vu le jour autour de Roye, dans la Somme. «De chez moi, par temps clair, je peux voir jusqu'à 60 éoliennes», observe l'élu.
    De ce côté de la frontière, et de l'aveu même de WPD Énergie, la société qui porte le projet de Conchy-les-Pots, le développement est «maîtrisé». «La Zone de développement éolien du Pays des Sources, telle qu'elle a été approuvée en mai 2010 est moins importante que prévu, relate Érik Weissgerber, chef de projet chez WPD Énergie. Elle ne compte finalement que trois zones avec des projets d'implantation à Candor, Crapeaumesnil et Conchy-les-Pots.»
    Ce dernier parc, tel que le projet sera proposé dans l'enquête publique, devrait compter cinq éoliennes de 126m de haut, dont les mâts seront en acier et non plus en béton, pour aller dans le sens des recommandations faites par l'architecte des Bâtiments de France.
    La production d'électricité attendue devrait être de 25 millions de kilowatts heure, soit de quoi assurer la production d'énergie pour l'équivalent de 2 3000 personnes.

    «Les éoliennes seront plus éloignées de l'autoroute et de la ......

    Pour en savoir plus.......
     

    ORIANNE MAERTEN

    courrier picard


    barre
    Un point de vue très optimiste sur le développement de l'éolien.
    Mais les vrais problèmes de l'éolien demeurent et sont visiblement peu évoqués dans cet article.

    • Rendement (Seulement quelques mois d'activité par an)
    • Dépréciation du paysage
    • Nuisances sonores et hertziennes
    • Dépréciation des propriétés individuelles

    Tendance

       Répondre au sujet
     
       

    2 commentaires
  •   MW+EDF+CSPE= Un impôt en plus!
       


    La Cour des Comptes critique le financement des énergies renouvelables

    Jeudi 17 Février 2011
    La Cour des Comptes critique dans son rapport annuel publié jeudi le mode de financement des énergies renouvelables, qui fait peser une lourde charge sur les comptes d'EDF et repose sur un "quasi-impôt" dont le niveau n'est pas soumis à l'approbation régulière du Parlement.
    Le soutien aux énergies renouvelables (solaire,
    éolien, etc.) est financé par la Contribution au service public de l'électricité (CSPE).
    Rappelant qu'il s'agissait d'un "prélèvement assis sur la consommation électrique, payé par tous", la Cour des Comptes estime que "le taux, et au-delà les conditions de prélèvement de ce quasi-impôt devraient faire l'objet d'une autorisation périodique et d'un contrôle du Parlement".
    Ce n'est actuellement pas le cas, le Parlement ayant confié fin 2010 à la Commission de régulation de l'énergie (CRE) le soin de fixer la CSPE, sauf décision contraire du gouvernement avant le 31 décembre de chaque année.
    Les sages de la rue Cambon soulignent aussi que le niveau de la CSPE n'a pas été modifié entre 2004 et 2010, quand bien même les charges qu'elle sert à financer augmentaient rapidement, du fait notamment du fort développement de l'énergie solaire.
    Le déséquilibre qui en découle "pèse sur le fonds de roulement d'EDF", note la Cour. Cela représentait une charge cumulée de 2,8 milliards d'euros fin 2010, selon le groupe public d'électricité. Et la situation pourrait s'aggraver car les charges de la CSPE devraient encore augmenter pour atteindre 5 milliards d'euros en 2020.

    La Cour plaide donc pour une maîtrise des charges, critiquant notamment des tarifs d'achat de l'énergie solaire "trop attractifs" et fonctionnant "à guichet ouvert" pour des "filières peu matures où l'évolution des technologies conduira à une évolution rapide des coûts de production".

    Le gouvernement doit justement annoncer une réforme du système de soutien à l'énergie solaire d'ici au 8 mars.

    Les sages estiment aussi qu'il faut "s'interroger sur l'opportunité" de soutenir la cogénération (production simultanée d'électricité et de chaleur), qui représente environ 20% des charges de la CSPE en 2011, alors que ce n'est pas une priorité gouvernementale en matière de politique énergétique.

    Enfin, elle se demande s'il est "justifié" de faire reposer le financement des énergies renouvelables "sur le seul consommateur d'électricité".

    Dans leur réponse à la Cour, les ministres de l'Economie et de l'Energie, Christine Lagarde et Eric Besson, défendent le système actuel en affirmant qu'il est "vertueux et équitable" que le coût complet de la production d'électricité "soit internalisé dans les prix de vente".

    Le ministre du Budget François Baroin partage, lui, l'analyse de la Cour et estime que "le Parlement devrait être en mesure de contrôler le dispositif et son équilibre" au vu "des enjeux budgétaires et financiers".

    Enfin, le patron d'EDF Henri Proglio "adhère aux observations de la Cour" en observant que les augmentations de facture nécessaires au financement des énergies renouvelables "ne pourront avoir qu'un effet préjudiciable à l'image d'EDF auprès du consommateur final".

    Il souligne que ces hausses de facture "devront s'ajouter aux hausses tarifaires nécessaires" au "bon fonctionnement" de l'outil industriel d'EDF.

    La CSPE est passée de 4,5 euros par mégawatheure (MWh) à 7,5 euros/MWh le 1er janvier 2011, provoquant une augmentation de la facture des consommateurs de 3%, qui est venue s'ajouter à une hausse des tarifs de 3% le 15 août.

    http://picardie.stop.eolien.free.fr/index.php?option=com_content&view=a…
    picardie environnement durable

    Pour en savoir plus.......
    picardie environnement durable   Tendance   

        Répondre au sujet
     
       

    3 commentaires
  •   Combat au Chemin des Dames
       

    Aisne
    La protection des paysages justifie le rejet du parc éolien

    Jeudi, 10 Février 2011 00:00
    Les élus de la communauté de communes des Vallons d'Anizy vont sans doute perdre leur combat contre le préfet de l'Aisne. Mardi matin, Guillaume Vandenberghe, le rapporteur du tribunal administratif d'Amiens, a demandé à la cour de rejeter la requête contre le refus, en 2008, du préfet d'autoriser la création d'une zone de développement éolien (ZDE).
    Une atteinte aux sites historiques
    Les élus avaient prévu d'installer les aérogénérateurs, notamment, sur les communes de Vauxaillon, Anizy-le-Chateau et Merlieux-et-Fouquerolles. Le préfet avait alors évoqué plusieurs raisons principales à son opposition, dont la présence d'un couloir de migration pour les volatiles et la protection des sites historiques et paysagers.
    Guillaume Vandenberghe n'a pas retenu la première raison. En revanche, il estime que les éoliennes « porteraient atteinte au Chemin des Dames, se trouveraient à moins de 10 km du château de Coucy et à 5 km de Laon et de sa butte emblématique, ce qui serait préjudiciable ». En conséquence, il a demandé le rejet de la requête. Jugement d'ici quinze jours.

    Pour en savoir plus.......
     
    picardie environnement durable L'Union

    Tendance

       Répondre au sujet
     
       

    1 commentaire
  •   Autant en emporte le vent!
       

     

    somme
    SAISSEVAL - Ils ne veulent pas d'éoliennes


    Mardi, 01 Février 2011
    Scandalisés par le projet de parc éolien entre Saisseval et Fourdrinoy, des habitants ont créé une association pour se mobiliser contre cette fausse bonne idée selon eux.
    Nos élus n'ont visiblement pas beaucoup réfléchi sur la vie qui attend les habitants de Saisseval et de Fourdrinoy après l'installation de ces cinq éoliennes!» En colère, de nombreux habitants du secteur ne comprennent pas le bien fondé du projet de parc éolien mené par l'équipe municipale de Saisseval et son maire Gilles Godin.
    «La mairie a nié le système démocratique en votant pour le projet sans tenir au courant les habitants. Certes, il y a eu des réunions publiques mais bien après le vote de la Zone de développement éolien, lorsque les jeux étaient faits, déplore Grégory Hembert président de Sauvons la vallée Madame, association réunissant des habitants opposés au projet. Sur le fond, l'énergie éolienne n'est pas une solution, elle est énergivore, c'est d'ailleurs pour cela que les Allemands et les Hollandais n'en veulent plus. La question à poser est comment doit-on utiliser l'énergie dans le monde d'ultra consommation qui est le nôtre?»
    Grégory Hembert et Kevin Demarest, habitants du hameau de Saissemont située à 700m du futur parc éolien, pointent une étude mal pensée par l'exploitant du parc Énergie 21. «Lors des réunions, on nous a montré des photos montages du projet, totalement farfelues avec des éoliennes de 126m de haut qui apparaissaient toutes petites
    Des photos truquées et déformées de façon à minimiser l'impact visuel de ces monstres de fer sur le territoire, selon l'association. «Comme l'a suggéré un ancien Président de la république, Valery Giscard d'Estaing, farouche opposant aux éoliennes, les habitants des communes concernées devraient pouvoir se prononcer par referendum. L'exploitant a oublié de dire que les éoliennes peuvent provoquer des troubles du sommeil, du stress, de l'anxiété. Il y a aussi le problème du bruit qui ne doit pas excéder 3dB (décibel), or une étude nous montre déjà que les futurs éoliennes devraient être au-dessus des normes autorisées
    Un habitant de Fourdrinoy qui souhaite rester anonyme dénonce, lui, la proximité des futures éoliennes avec le monument dédié aux morts de1940 et leur impact sur le paysage. « Imaginez cinq Tours Perret à deux pas de chez vous! On ne peut pas l'accepter.»
    Grégory Hembert ajoute que «l'implantation de ce parc éolien pourrait entraîner une dévalorisation des biens immobiliers de 20 à 40%. Les tribunaux de Rennes et d'Angers l'ont constaté récemment après la plainte de plusieurs personnes.»
    courrier picard 
      Tendance
    Pour en savoir plus.......
     

       Répondre au sujet
     
       

    votre commentaire
  •   Eoliennes contestées
       

     


    LE FAY-SAINT-QUENTIN - Un projet contesté de vingt-cinq éoliennes
    Mardi, 18 Janvier 2011
    Quatre communes pourraient bien voir pousser l’un des plus grands parcs éoliens de l’Oise. Les 25 machines nouvelles s’ajouteraient aux 62 déjà en service dans le département et aux 114 autres autorisées.
    Malgré son nom de sympathique troupe de théâtre, la Compagnie du vent s’est attiré, en un temps record, beaucoup d’inimitiés. Pionnière dans la production d’énergie renouvelable, cette filière du groupe GDF Suez, déjà à la tête d’un ensemble de 16 parcs éoliens, prévoit d’installer 25 éoliennes sur le territoire de 4 communes de la grande banlieue de Beauvais : Bresles, Laversines, Haudivillers et Le Fay-Saint-Quentin.
    Problème, les éoliennes sont presque aussi impopulaires que les antennes-relais implantées par les opérateurs de téléphonie mobile. Et c’est dans la plus petite des quatre localités concernées que la résistance s’organise. Au Fay-Saint-Quentin, une poignée d’habitants, opposés au projet, se sont déjà réunis au sein de l’association Halte-Eole.
    « Nuisances sonores et dépréciation immobilière »
    Leur message est limpide : pas question, d’ici à quelques mois, de se retrouver encerclé par 25 aéromoteurs de 150 m de haut. « On n’a pas envie de vivre au milieu d’un champ d’éoliennes, résume Christian Tintellier, le président d’Halte-Eole. Il y a d’abord l’impact visuel qui va dénaturer le paysage, sans parler des nuisances sonores et de la dépréciation immobilière qui risquent de frapper nos maisons. » A dire vrai, ces angoisses sont partagées par une large majorité des habitants de la commune. En seulement quelques jours, 130 des 171 foyers sondés ont signé la pétition hostile au projet. « Le problème, c’est que l’on manque d’informations, regrette Françoise Mayadoux, l’un des membres fondateurs d’Halte-Eole. Y a-t-il eu une enquête publique ? Un appel d’offres ?

    On ne sait rien ou presque. Dans le village, par exemple, beaucoup ont été surpris en apprenant l’ampleur du projet. Nous avons réclamé une réunion publique mais on nous l’a refusée. C’est d’ailleurs ce qui nous a poussés à créer l’association… »

    Au Fay-Saint-Quentin, la surprise est d’autant plus grande qu’un projet de même nature avait été abandonné en 2002 à cause du passage des avions. « La Direction générale de l’aviation civile avait émis un avis défavorable en raison des servitudes aéronautiques », se souvient le président d’Halte-Eole. Mais, étrangement, ce qui était valable en 2002 ne l’est plus aujourd’hui… »

    Les antiéoliens savent que le temps joue contre eux et que, par conséquent, ils doivent agir vite. Pour l’instant, les quatre communes concernées ne sont pas dans les zones favorables dessinées lors de l’avant-projet du schéma régional éolien. Mais ce schéma ne sera définitivement adopté qu’à partir du second semestre 2011 et, d’ici là, rien n’empêche les conseils municipaux de réclamer la création d’une zone de développement éolien (ZDE).

    Le 15 décembre 2010, le conseil municipal du Fay-Saint-Quentin s’est prononcé en faveur du projet de la Compagnie du vent, même si Nelly Debrie, la maire, a voté contre. A Bresles, les élus n’ont pas encore délibéré. Ils ont, en revanche, délibéré pour la réalisation d’études sur le projet.

    Pour en savoir plus.......
    Tendance
    Le Parisien

       Répondre au sujet
     
       


    votre commentaire
  •   Pas de Ventilos à Enencourt?

       
    ENENCOURT-LE-SEC (60) Le projet de parc éolien rejeté

    Jeudi 30 Décembre 2010
    Le commissaire-enquêteur qui travaillait sur un projet de parc éolien à Enencourt-le-Sec (sud de Beauvais) a émis un rapport public défavorable.
    Le document a été remis au préfet de région qui devrait donner une réponse définitive en janvier 2011.
    La municipalité de Chaumont-en-Vexin plutôt défavorable au projet, s'y attendait un peu.
    Le rapport reprend les critiques qui avaient été lancées par l'ensemble des municipalités du Vexin qui se positionnaient contre ce projet.
    Pour en savoir plus.......
     
    courrier picard
       Tendance

       Répondre au sujet
     
       

     


     


    votre commentaire
  •   Eoliennes à Thil-en-Vexin
       


    Thil en Vexin: le projet d'éoliennes abandonné
    Dimanche 16 janvier 2011


    Le Conseil municipal du Thil en Vexin a dit non aux éoliennes sur sa commune. En effet, la réunion de conseil municipal  du mercredi 29 septembre 2010 a entériné l'abandon du projet de construction de cinq éoliennes situées à au-moins 800 mètres des habitations du Thil en Vexin. Ce projet était porté par la société Direct Energie...une bonne nouvelle pour les opposants aux "grands moulins à vent" (qui sont tout de même trois fois plus hauts que la cheminée de l'UCDV!).
    Cependant, selon Laurent Vermersch, conseiller municipal de Nojeon en Vexin et ardent opposant aux éoliennes, le maire du Thil en Vexin, Bernard Personnat, demeure convaincu que le Thil en Vexin sera inclus dans le projet départemental en préparation...A suivre donc!
     
    Laurent Vermersch souhaite rajouter les informations suivantes sur les projets en cours : " Celui d'Houville (12 kms de Saussay la Campagne) est bien avancé, un autre est prévu sur Flipou (18 kms de Saussay la Campagne)...le maire de Bourg-Beaudouin (21 kms de Saussay la Campagne) n'arrive pas à faire reculer les implantations de Mesnil Raoult prévues le long de son territoire."
    D'autres projets sont-ils prévus? il a eu confirmation que  "sur notre canton, un promoteur a sollicité tous les propriétaires du secteur pour leur proposer des promesses de bail avec des promesses de rémunérations indécents pendant des décennies en contrepartie de l'aliénation de leur territoire pour eux et leurs descendants"...A suivre, donc également!


    Fleche http://vivreasaussaylacampagne.over-blog.com/


    Tendance

       Répondre au sujet
     
       

    1 commentaire
  •   Saccage de l'identité d'une région
       

    Eolien en Picardie : Chronique du saccage de l'identité d'une région
    Eolien français : Record d'inefficacité...
    Samedi, 11 Décembre 2010
    Faute de vent, les 2600 éoliennes industrielles françaises sont quasiment à l'arrêt depuis le 14 novembre : C'est l'équivalent d'une ville comme Paris sans électricité pendant 15 jours alors que les températures extérieures sont négatives !!!
    Par temps très froid, le système anticyclonique ne génère pas de vent alors que la consommation électrique augmente sensiblement : Donc impossible de compter sur les éoliennes industrielles pourtant très coûteuses aux citoyens français.
    Le 11 novembre, le Syndicat des Energies Renouvelables se vantait d'avoir battu son record de production électrique éolienne pendant quelques heures, mais la réalité de cette technologie est qu'elle est totalement inefficace la majorité du temps. Particulièrement quand l'électricité manque...


    picardie environnement durable
    Il est, une nouvelle fois, évident de recourir à l'économie, plutôt qu'à des investissements couteux et peu efficaces.
    Tendance

       Répondre au sujet
     
       

     

     


    votre commentaire
  •   Les éoliennes de la discorde
       
    Les éoliennes de la discorde


      
     
     
               

        

       VEXIN16.10.2010

      
    Christophe Barreau, maire d’Enencourt, s’est mis à dos presque tous ses voisins avec son projet d’implantation de cinq éoliennes, comme ici à Bonneuil-les-Eaux.



    Depuis son feu vert à l’installation de cinq éoliennes sur ses propres terres, Christophe Barreau, maire d’Enencourt-le-Sec, est sans conteste l’élu le plus isolé du Vexin. Snobé par ses homologues, il n’a pas été convié à l’amicale de l’union des maires du canton, début septembre. Et le maire d’Enencourt, craignant les regards obliques de ses voisins, n’ira pas non plus au prochain conseil communautaire du Vexin-Thelle à la fin du mois.

    Il faut dire que le malaise est profond et dépasse de très loin la simple guerre de clochers. Au choix, l’idée de voir cinq éoliennes de 150 m de haut se dresser dans le ciel du Vexin agace, exaspère ou horripile.

    A Jaméricourt, Hardivillers-en-Vexin, Thibivillers ou encore Chaumont-en-Vexin, les conseils municipaux ont déjà voté contre le projet. Ardents protecteurs du patrimoine naturel local, les élus font corps et parlent d’une seule voix. Leur message : pas question de défigurer le paysage avec l’implantation d’un parc éolien. « Notre région abrite un panorama magnifique voué à accueillir des activités de tourisme, insiste Pierre Rambour, le maire de Chaumont. Il n’est pas envisageable de porter atteinte à ce patrimoine avec des éoliennes. »

    En face, Christophe Barreau et son frère Bruno acceptent le débat mais refusent en revanche d’être désignés comme les bourreaux du panorama local. « Je ne vois pas en quoi cinq éoliennes portent plus atteinte au paysage que la ligne haute tension », se défendent les frères Barreau qui s’étonnent de la virulence des propos tenus à leur égard. « Qu’on soit opposé au projet, OK. Mais ce qui ne passe pas, ce sont les attaques personnelles. On nous accuse de privilégier nos propres intérêts, de ne penser qu’à nous en mettre plein les poches. Ce n’est pas supportable. On a travaillé toute notre vie, on n’a pas attendu les éoliennes et la société Innovent pour assurer nos retraites! »

    A l’origine d’une manifestation contre l’éolien ce week-end (voir encadré), Bertrand Gernez, maire de Jaméricourt, tente de calmer le jeu. « C’est vrai que dans ce dossier, certains élus ont pu adopter un comportement brutal ou maladroit vis-à-vis de Christophe Barreau, admet-il. Mais c’est un maire respectable qui gère très bien sa commune. Il ne mérite pas cette agressivité. »

    Surtout que sa mise au ban des élus du canton, n’a pas fait fléchir le maire d’Enencourt. D’ailleurs ce dernier persiste et signe : « Pas question de faire machine arrière! lâche-t-il. Je me suis engagé auprès de la société Innovent, je ne veux pas revenir sur cet engagement. Le dossier est aujourd’hui entre les mains du commissaire-enquêteur et au final, c’est le préfet qui tranchera. »


    http://www.leparisien.fr/chaumont-en-vexin-60240/les-eoliennes-de-la-discor…

       Répondre au sujet
     
       

    votre commentaire
  •  

      Conseil municipal du Mesnil Theribus (Parc éolien )
       

    Compte-rendu de la réunion du conseil municipal du Mesnil Theribus, le 24 septembre 2010 .




    PARC EOLIEN

    Vu l’enquête publique portant sur la demande de permis de construire d’un parc éolien sur la commune d’ENENCOURT-LE-SEC,

    Vu la demande faite en 2007 par la même société, INNOVENT, pour une implantation de parc éolien sur les communes de JAMERICOURT, BOUTENCOURT et THIBIVILLERS,

    Vu la position du Préfet de l’Oise qui, à l’époque, renvoyait le dossier et demandait une étude sur l’ensemble du territoire de la Communauté de Communes du Vexin-Thelle et la création d’une ZDE (Zone de Développement Eolien),

    Vu le risque pris par la Société INNOVENT de s’implanter sans ZDE,
    Considérant que les textes ne prévoient pas l’obligation par EDF de racheter la production électrique en l’absence de ZDE,
    Considérant le risque de se voir imposer une ZDE élargie à Jaméricourt si le projet sort compte tenu du montant des investissements, rappel du projet de 2007, par la même société sur JAMERICOURT, BOUTENCOURT et THIBIVILLERS.

    Vu la demande de permis de construire de la Société INNOVENT qui s’exonère d’une étude approfondie de l’impact de cette implantation sur l’ensemble du territoire du Vexin-Thelle.

    Vu l’exposé de Monsieur le Maire portant sur une analyse globale de la production électrique éolienne à savoir :

    Le dossier INNOVENT annonce 2000 heures de fonctionnement par an soit 3 mois sur 12.

    Absence de vent pendant les périodes de grand froid, périodes anticycloniques, donc pas de production électrique par l’éolien et remise en route des centrales thermiques très grosses productrices de CO2.

    Le classement du secteur Vexin-Thelle en zone de vent moyen, aléatoire, intermittent,

    Le caractère privé du projet et l’aspect privé des retombées financières,

    L’arrêt n°253 du 8 juin 2010 de la 1ère Chambre de la Cour d’Appel d’Angers constatant la dépréciation du prix de vente d’une maison passant du prix « net vendeur » de 270 000 € à 180 000 € à raison de la présence d’éolienne.

    L’arrêt n°06/02355 du 20 septembre 2007 de la 3ème Chambre de la Cour d’Appel de Rennes confirmant la réduction du prix de 30 000 € sur un bien de 145 000 € accordé par le 1er juge comme apparaissant particulièrement pertinente et donc confirmée,

    L’arrêt n°08/09250 du 16 avril 2009 de la 3ème Chambre de la Cour d’Appel de Douai ordonnant l’enlèvement d’une éolienne pour nuisance et la résolution de la vente pour la S.A. FRANCE EOLIENNES,

    Vu la qualité paysagère du Vexin – Pays de Thelle,

    Vu l’impact visuel des mâts de 90 m de hauteur et des pales de 100 m de diamètre pour une hauteur visuelle finale de 140 m,

    Vu l’impact des flashs lumineux clignotants en permanence, blanc le jour, rouge la nuit pour la sécurité aérienne,

    Vu la nuisance du bruit caractéristique des pales par vent fort,

    Vu le dossier déposé en Mairie et ses incohérences,

    Page 11 : raccordement électrique « poste source dans le village de BIACHE-SAINT-VAAST se plaçant à moins de 3 kms de ce poste sur lequel la ferme éolienne serait raccordée »
    Ce village n’existe pas dans le secteur : un copier-coller qui souligne bien la légèreté de l’étude.

    Dans ce même dossier, les photographies montages qui sont une escroquerie visuelle : Incohérence entre la vue de la Tremblée et celle du silo de THIBIVILLERS, Photographie prise depuis CHAUMONT-EN-VEXIN derrière un bosquet masquant la vue des éoliennes,
    - Considérant l’enjeu majeur des paysages du Vexin-Pays de Thelle à proximité de la Région parisienne, moteur économique du tourisme sur le territoire,
    Le conseil municipal décide :
    - De voter CONTRE ce projet sur la commune d’ENENCOURT-LE-SEC.
    - De s’opposer à sa réalisation.
    - De déposer ladite délibération entre les mains du Commissaire Enquêteur à ENENCOURT-LE-SEC.
    Par 12 voix opposés au projet et une abstention.

    http://lemesniltheribus.pagesperso-orange.fr/Fichiers HTML Mesnil/CR de reu…
       Répondre au sujet
     
       

    votre commentaire
  •   Pas d'éoliennes!
       

    Jouy

     

    Le conseil municipal ne veut pas des éoliennes

    Les élus de Jouy-sous-Thelle s'oppose à la mise en place d'un parc d'éoliennes à Enencourt-le-sec.

    Lors de la séance du Conseil Municipal du 5 octobre 2010, une très large majorité des Conseillers s'est prononcée contre l'implantation d'un parc de 5 éoliennes sur la Commune toute proche d'Enencourt-le-Sec. Pouvoir a été donné au maire, Hervé Lefèvre, d'ester en justice le cas échéant. La délibération du Conseil Municipal a été remise au commissaire-enquéteur le samedi 16 octobre en la Mairie d'Enencourt-le-Sec.
    Enquête publique ouverte
    Les habitants de la Commune sont instamment appelés à venir consulter les éléments liés à ce projet en Mairie, lors des permanences hebdomadaires, afin d'apposer leurs remarques sur le registre d'enquête publique, et ce impérativement avant le mardi 2 novembre à 19 heures.
    Une pétition refusant ces implantations leur sera également proposée pour que «notre belle région ne soit pas défigurée par ces "drôles de moulins à vent" qui devront être activés sans vent comme l'atteste une carte très officielle dont la DREAL Picardie est à l'origine».
    De nombreuses nuisances
    Lors de la séance, Hervé Lefèvre a soulevé les nuisances occasionnées par les éoliennes. «Il y a d'importantes nuisances sonores et visuelles, une dépréciation des biens immobiliers, des perturbations sur la réception de la télévision et l'installation de ces machines constitue un bouleversement considérable pour les habitants, la faune et la flore».
    2/3 des habitants opposés au projet
    Bien que l'éventuelle installation d'un parc éolien puisse rapporter 270 000 euros de taxe professionnelle à la commune d'Enencourt-le-Sec, Hervé Lefèvre a indiqué que «près des 2/3 des habitants et qu'une majorité des maires des 20 communes concernées par l'enquête d'utilité publique, étaient contre ce projet».
    D. B.
    l'observateur

    Pour en savoir plus....



    On a déjà évoqué dans ces pages, le moyen de se passer de cette nouvelle technologie.
    En économisant l'énergie...
    On veut installer des éoliennes, pour encore plus gaspiller le courant électrique.
    Une centrale atomique, c'est 1000 mégaWatts, une éolienne 5 mégawatts, et pas tout le temps, nous dit-on.
    Les nouveaux systèmes de chauffage individuels peinent à se mettre en place.
    Donc on a recourt au chauffage électrique.
    L'avenir passera par une plus grande maitrise de nos consommations électriques..
    Pas par un déploiement tout azimuth des technologies de production d'électricité.
    L'électricité mérite mieux, que de se dissiper dans des convecteurs voraces
     et des illuminations nocturnes totalement inefficaces sur le plan de la sécurité......
    E....co.....no.....mi....sons!
    Tendance

       Répondre au sujet
     
       

    4 commentaires
  •   Vent de protestation

         


    Vent de protestation contre un projet d’éoliennes
    VEXIN THELLE
      06.10.2010
    L’installation d’éoliennes sur le territoire d’Enencourt-le-Sec est-elle au centre d’un conflit d’intérêts? Dans le Vexin, Christophe Barraut, agriculteur et maire d’Enencourt, est l’unique partisan du projet. Et pour cause. C’est sur ses terres que la société Innovent souhaite implanter cinq aéromoteurs de 140 m de haut d’une puissance de 15 mégawatts.
    Le préfet devra trancher mi-novembre, à l’issue d’une enquête publique entamée cette semaine. En attendant, un violent vent de protestation souffle déjà sur les communes environnantes.
    En première ligne, Jaméricourt et Hardivillers-en-Vexin, qui ont déjà voté, à l’unanimité, contre ce projet. Une motion allant dans le même sens devrait être adoptée au prochain conseil communautaire du Vexin Thelle.
     Et, ce soir, les opposants ont toutes les chances de recevoir le renfort de Chaumont-en-Vexin, dont le maire, Pierre Rambour, est lui aussi farouchement opposé à la construction d’éoliennes. « On vit dans une région magnifique avec un panorama que beaucoup nous envient, explique-t-il. A Chaumont, on a consacré des sommes considérables à l’enfouissement des réseaux électriques, on ne va tout de même pas défigurer le paysage et porter atteinte à notre patrimoine avec des éoliennes. C’est tout simplement inconcevable! »
    Au-delà des critères esthétiques, Pierre Rambour s’appuie sur des considérations plus techniques : « Notre secteur n’a jamais abrité de couloirs de vent et, à ce que je sache, nous ne sommes pas dans une zone de développement éolien. »
     A l’inverse des grandes plaines de Picardie verte, le Vexin ne semble pas réputé pour ses vents violents. « Même si le projet est viable, le site d’Enencourt est loin d’être le meilleur de France, admet-on à la société Innovent. Mais il a l’avantage de nous offrir des facilités de raccordement électrique. Pour nous, c’est donc une possibilité de réaliser des économies d’échelle. »
    Les économies d’échelle de la société Innovent, les communes du Vexin concernées semblent s’en moquer. « Ce que souhaitent nos administrés, c’est préserver notre patrimoine naturel, assure Victor Grammatika, le maire d’Hardivillers-en-Vexin. D’ailleurs, nous encourageons tout le monde à s’exprimer dans le bureau du commissaire-enquêteur. »


    Certains habitants vont plus loin. « Le seul gagnant dans cette affaire est le maire d’Enencourt . Avec la disparition de la taxe professionnelle, même sa commune n’a rien à y gagner . Mais pour lui, il est apparemment plus rentable de faire pousser des éoliennes que du blé. »
    Contacté, Christophe Barraut n’a pas souhaité répondre à nos questions.

    David Livois
    Le Parisien

    ligne
    Mobilisation générale.
    Plus de désagréments que d'avantages.
    Respect de l'environnement ? D'accord!
    Mais pour se passer de cette production électrique moins polluante, il est vrai, ne pourrait-on pas économiser de l'électricité dans des domaines d'utilisation superflus?
    Les illuminations de Noël vont se déchainer dans quelques jours et ce jusque fin janvier, au moins.
    Est-il nécessaire de voir cette débauche lumineuse, qui s'accroit chaque année.
    Les illuminations communales suffiraient amplement.
    La fête n'en serait pas moins belle!
    Recourir plus souvent, quand cela est possible, à des moyens de chauffage peu polluants, autres qu'électrique.
    Néanmoins, il faut se mobiliser, et aller en mairie, proposer des alternatives à ce projet
    A bientôt


    Pour en savoir plus.......
    Tendance
    Le Parisien

       Répondre au sujet
     
       

     

     

      


    votre commentaire
  •   Vous a-t-on tout dit ? 
       

    Projet éolien à Enencourt-le-Sec
    Vous a-t-on tout dit ?
    Par exemple :
    1.
    Que la DDE de l’Oise ne trouve pas « un potentiel venteux » suffisant dans notre canton et nous classe en « Zone peu favorable au développement éolien ».
    [Source : oise equipement.gouv.fr reflexion_cadre_eolien 2006]
    Donc le côté écologique de ce projet est très très faible puisque des centrales thermiques devront intervenir pour fournir un courant constant à l’EDF .   [Source : lire Science et Vie, septembre 2010]

    2.
    Que le projet bloque déjà toutes les ventes d’habitations et que le risque de dépréciation de nos maisons est de 20 à 40% si le projet aboutit. Attention des éoliennes s’installent pour 25 ans.
    [Source : les agences immobilières de Chaumont en Vexin, la rupture de vente de M. Sciandrone (Oise
    Hebdo du 8 septembre, et courrier de l’acheteur.) et les arrêts des Cours d’appel : Rennes 20/09/07 ;
    Douai 16/04/09; Angers 08/06/10…]
    3.
    Que l’Académie de Médecine recommande un éloignement minimum de 1.500 m pour des machines supérieures à 2,5 MW.
    4.
    Que la société Innovent, responsable du projet, présente des comptes très inquiétants : pertes de 2006 à 2008; en 2008 un montant de dettes supérieures à 11 fois le chiffre d’affaire ; pas de comptes en 2009 ce qui est illégal.
    5.
    Que ce dossier rapidement établi est rempli d’erreurs, d’omissions flagrantes et présente des chiffrages totalement erronés.
    Page 11 : le « poste source » « permettant la rentabilité du projet » est situé dans un village du Pas-de-Calais… C’est absurde !
    Page 18 et 19 : les chiffres imprimés sont calculés selon les modalités d’un impôt disparu, la Taxe Professionnelle, qui est remplacée en 2010 par l’IFER.
    Ce qui change considérablement les rentrées d’argent pour la commune d’Enencourt le Sec. Des 277.200 € annoncés, le calcul légal en 2010 est de 2.913 € par MW installé; Donc 43.695 € à partager (30%-70 %) avec les communes limitrophes.
    Soit pour 5 machines de 3 MW 13108,50 €, uniquement, pour Enencourt. [Source :
    article 1519 B du code général des impôts.et loi de finances 2011] C’est fort peu d’argent pour détruire la qualité de vie de nos villages.
    Il s’agit donc soit d’un dossier « bâclé », soit d’un désir, « surement inconscient » de présenter des chiffres inexacts mais valorisant le projet. Pourquoi ne pas promettre des baisses ou même une suppression d’impôts ? Avec des chiffres faux c’est simple !

     


    6.
    Que l’intérêt personnel se cache derrière la défense des « intérêts généraux ». Pourquoi le principal défenseur de ce projet, M. le Maire, ne dit-il pas à « ses » électeurs combien la location d’une infime partie de ses terres lui ferait toucher par an et par pied d’éolienne ?
    Si le projet, qui n’est écologique qu’en « vitrine » en raison du manque de vent, était adopté, la commune ne gagnerait pratiquement rien, nos maisons perdraient définitivement 20 à 40 % de leur valeur, si elles trouvent preneur et nos paysages seraient saccagés.
    Le projet n’apporterait un intérêt financier qu’aux seuls propriétaires fonciers et détruirait le cadre de vie des habitants d’Enencourt et des communes environnantes.

    Pour toutes ces raisons, et d’autres que vous connaissez (bruit, laideur, taille des éoliennes : 140 m; réception TV et portables plus difficiles), allez donner votre avis au commissaire enquêteur.
    ligne
    vendredi 1er octobre
    de 10 à 12 h en mairie d’Enencourt-le-Sec.
    ligne
    samedi 16 octobre
    de 10 à 12 h en mairie d’Enencourt-le-Sec.
    ligne
    mardi 2 novembre
    de 10 à 12 h en mairie d’Enencourt-le-Sec.
    ligne
    Ou allez remplir le registre dans votre mairie pendant tout le mois d’octobre afin d’empêcher définitivement la réalisation de ce projet, non
    écologique, et nuisible pour le cadre de vie en Vexin-Thelle.

    Association pour le Développement Durable et
    la Protection de l’Environnement en Vexin-Thelle.

    Pour toutes informations complémentaires ou rejoindre l’association :
    brigittebertho@wanadoo.frjm.baillou@wanadoo.fr - marc@milhoud.com

    Pour en savoir plus.......
    Tendance

       Répondre au sujet
     
       

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique