• Haché menu

    Haché menu
      Haché menu

    Posté le: 06 Déc 2007 à 13:21 
    Hyatt, chaud les marrons !


    Le repas d’affaires est devenu une espèce en voie de disparition.
    Vous souvenez-vous ?
    Ces tablées dodues et cossues étirant les heures dans des carnations vermillon ;
    les chauffeurs qui poireautaient, les serveurs regardant leur montre,
    les pousse-cafés délivrant des silhouettes adoucies, poncées à l’armagnac,
    cahotant vers leur carrosse comme chloroformées.
    En 1981, les restaurateurs eurent une attaque lorsqu’on s’attaqua aux frais professionnels.
    Certains prirent le premier taxi pour Roissy, d’autres, quelques rides,
    c’en était fini.
    Aujourd’hui, tout a changé.
    C’est au lance-pierres que l’on avale les repas, les hommes et les femmes
    pressées repartent à toute blinde.
    Le devoir les attend avec de nouvelles devises gravées sur le front .
    Se lever tôt, gagner plus.

    Saint-jacques poêlées.
    En voyant les prix assez coton de la carte, tout de suite, on se rabat
    sur la file des camions.
    Hou là : certains plats à 70€, des entrées à 40 €, des desserts à 15 €,
    c’est assez poivré, même pour ces quatre saint-jacques poêlées (46 € !),
    fussent-elles de jolie facture, de sorte que tout de suite,
    ça calme les appétits.
    Du reste, est-on venu pour cela ?
    Les faims ici sont taillées au laser, il faut voir les attablés « grammant »
    leurs bouchées, fourchettant à bon escient comme si, dans leur façon
    de pelleter la purée de potiron, ils étaient en représentation,
    en train de donner un échantillon de leur vista, de leur savoir-faire.

    Desserts.

    Spectaculaires pour amuser la galerie avec notamment un macaron
    alimenté par un goutte-à-goutte (effet garanti, petite récréation aux tablées studieuses),
    mais la vedette, c’est le « non coupable », dessert 0 % composé d’une
    superposition de couches indolores (ananas, fromage blanc, mousse de thé vert…),
    c’est presque parfait, on a l’impression de ne pas manger,
    le rêve est devenu réalité : on peut becqueter sans prendre un gramme.
    Bientôt, on pourra parler sans réfléchir.
    Mais encore
    La clientèle. Joliment homogène avec des quadras en verre et acier,
    des business women sur le qui-vive (elles sont dans l’essentiel, en quelque sorte)
    et quelques tablées pittoresques : les frères Bogdanov et ce dédoublement
    ubuesque, quelques tablées atypiques baignées par une superbe lumière
    zénithale (la grande réussite du lieu).
    Vaste verrière (ou Paris en verrine) se laissant moucheter par une pluie
    d’automne.
    Elle laisse travailler l’imagination : on voudrait presque de l’inattendu, du cocasse, du tragique.
    Le service. Indolore et rudement efficace, tenu en laisse par des
    directeurs lâchant dans leur sillage des phrases métalliques.
    Est-ce bon ? A ce prix-là, manquerait plus que cela !
    Est-ce cher ? 131 € à deux pour deux cafés, un dessert transparent
    et quatre coquilles Saint-Jacques, c’est pas mal, non ? !
    Sans commentaire..
    Mais si vous voulez commenter, c'est par ici
    FRANÇOIS SIMON LeFigaroScope Texte Intégral

    crayon
    Posté le: 12 Jan 2008 à 18:57
    Se lever tôt, gagner plus
    Bientôt, on pourra parler sans réfléchir  

    Est-ce bon ? A ce prix-là, manquerait plus que cela !

    Est-ce cher ? 131 € à deux pour deux cafés, un dessert transparent
    et quatre coquilles Saint-Jacques, c’est pas mal, non ? !

    Morceaux choisis
    sujet remixé Sujet publié sur HéberGForum Mabul : Mort Mabul

      Une conversation à continuer ici.........

       
     Â suivre
     Forum
    « Installer un voile d'hivernageKig ha farz »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :