• Hérissons-nous!


    FOUENCAMP (80) Le sanctuaire des 1 024 hérissons

    Vendredi 12 Novembre 2010

    S'il pèse moins de 600 grammes, un hérisson ne pourra pas survivre à une hibernation. Ici, on veille sur eux.
     Certains sont restés coincés dans un grillage ou ont reçu des coups. D'autres sont malades. Chaque année, Anne Burban et Patrick Fingar soignent une centaine de hérissons.
    Jamais ils n'auraient imaginé en arriver là. Depuis la création du Sanctuaire des hérissons en 1998, Anne Burban et Patrick Fingar ont soigné 1 024 de ces petits mammifères. « On a été propulsés avec Internet », reconnaît Patrick, qui chaque soir, une fois son tablier de cuisinier rangé, prend les appels émis de tout l'Hexagone. Au bout du fil : des personnes, qui, bien souvent, recueillent un hérisson mal en point et ne savent pas comment agir.
    Dans la journée, Anne est secrétaire à l'université. Chaque matin, avant le travail, elle change les caisses de ses petits hôtes et les nourrit. Le soir, après 17 h 30, le même rituel l'attend, en plus des soins.
    Dans sa lingerie transformée en infirmerie, Sarruman, un petit hérisson borgne, mange tranquillement. Agra, elle, se remet de ses blessures au museau, provoquées par un coup de pied. Un autre animal, opéré de la mâchoire, s'apprête à passer l'hiver ici. « On va éviter qu'il hiberne, sinon, sa mâchoire va se souder et il ne pourra plus s'alimenter ».
    Des plaintes contre la maltraitance
    Au total, douze hérissons vivent chez les Fingar actuellement, mais chaque année, ils en accueillent une centaine. Pour deux jours, pour six mois ou deux ans. « Tout dépend de leur état. » Certains sont relâchés rapidement dans la nature. D'autres, plus faibles, rejoignent le jardin clos. Ceux qui sont très atteints restent au sanctuaire.
    Le hérisson est un animal protégé depuis 1976. Selon des experts anglais, il pourrait avoir disparu de leur territoire en 2025. En France, la situation n'est guère plus brillante. À cela plusieurs causes : la forte mortalité des hérissons sur le bord des routes ; l'urbanisation d'espaces qui les poussent à se réfugier dans les jardins, où sont employés des produits nocifs, et où ils sont blessés par l'homme lors de travaux de jardinage.
    Et puis bien sûr, il y a la maltraitance, contre laquelle se battent Anne Burban et Patrick Fingar. « Des vidéos stupides circulent sur Internet mettant en scène des hérissons torturés par des jeunes. À chaque fois, on dépose plainte », soupirent-ils. Alors oui, cette bêtise les décourage. Souvent. Mais ce couple se console des avancées obtenues. « Avant 1998, on ne parlait pas autant du hérisson. Aujourd'hui, son image a changé. On le voit dans des pubs, ou dans des dessins animés ».
    Et puis, il y a cette volonté chevillée en eux. Une volonté qui fait dire à Anne Burban : « Au moins je ne pourrai pas dire que je n'ai rien fait. »
    DELPHINE RICHARD
    Arrow Sanctuaire des Hérissons
     
     

    Article déjà publié le 14 novembre 2010 

    Louable initiative.
    Animal très utile au jardin.
    Il était, parait-il, chassé et consommé par les bohémiens, comme on disait à l'époque.
    Peut-être qu'en développant et en facilitant son habitat loin

    des voies de circulation, on arrivera à préserver quelques représentants de cette espèce si utile à l'homme.
    De toute façon on ne pourrait pas arrêter la circulation automobile afin de préserver cet animal.
    On peut aussi éviter  les poisons anti-limaces.
    On verra encore longtemps ces cadavres le long de nos routes.

    Arrow Bébés Hérissons
        WS

     
    « Pomme de terre et crise alimentaireExpo-Portes-Ouvertes »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :