• La Jeanne ? En retraite, elle aussi

    Dernier baroud d'honneur de la "Jeanne" à Brest

    Le "Jeanne d'Arc" au large de Sumatra.

    Le "Jeanne d'Arc" au large de Sumatra.

     
    Le navire-école de Marine Nationale, la "Jeanne d'Arc", effectue jeudi son dernier retour à Brest, son port d'attache

    Le mythique porte-hélicoptères, qui a formé des milliers d'élèves  officiers, sera ensuite désarmé et déconstruit.

    La dernière campagne de la "Jeanne d'Arc" l'a menée ces six derniers mois autour du continent américain, avant d'ultimes escales à Honfleur et Saint-Malo et une dernière arrivée dans la rade de Brest prévue à 14h.


    La "Jeanne" procédera à son arrivée à un salut au canon, avant de rejoindre le quai Malbert au port de commerce, où quatre jours de festivités ont été organisés pour fêter cette icône de la Marine nationale. Le public attendu en nombre pourra visiter une dernière fois le navire samedi et dimanche de 9h à 16h.

    Le plus vieux bâtiment de la Marine, lancé en 1964 et qui a accueilli depuis quelque 6.400 élèves officiers, était en pré-retraite depuis 2004. La "Jeanne" ne poussait plus ses machines à vapeur à plein régime pour préserver sa mécanique, son sonar était hors service et les dizaines de couches de peinture grise recouvrant sa coque camouflaient mal sa vétusté.
     
    Le porte-hélicoptères rejoindra son quai à la base navale le 31 mai, date à laquelle débutera son désarmement. Là, combustible, munitions, vivres, documentations et matériel de rechange seront débarqués.


    Une procédure à suivre
    A l'issue de ces opérations, le porte-hélicoptères quittera officiellement la force d'action navale, 120 bâtiments de combat et de soutien, pour passer sous l'autorité du préfet maritime de Brest.

    Puis la Marine procèdera à la "condamnation" de la Jeanne d'Arc, une procédure administrative qui débaptise le navire et lui attribue un numéro de coque, commençant par Q. Le "Clemenceau" en son temps était ainsi devenu le Q790.

    Un marché public sera ensuite lancé pour établir "l'inventaire des matières potentiellement dangereuses" indispensable pour préparer le désamiantage et la déconstruction du navire, a expliqué l'amiral Jouot. Le porte-hélicoptères renferme d'importantes quantités d'amiante. D'ici deux ou 3 ans, un second marché public de déconstruction sera ouvert pour le démantèlement de plusieurs anciens navires de la Marine dont la Jeanne qui sera stockée en attendant dans la base navale de Brest.

    Le navire recèle un important patrimoine, plaque de baptême, ancre, barre du gouvernail, ou des cadeaux offerts lors des 800 escales et 84 pays visités depuis son lancement. Brest s'est mise sur les rangs pour récupérer une partie de la machine, d'autres éléments devraient rejoindre le musée de la Marine à Paris. Plusieurs réunions doivent avoir lieu à partir de juin pour organiser le partage. Mais c'est le ministre de la Défense Hervé Morin qui aura le dernier mot.

     

     



     

    Nostalgie.....

    Quand tu nous tiens !

    On se souvient de l'avoir vu à Rouen aux rencontres des grands voiliers.

    Quel succès!

    Jamais pu la visiter..trop de monde à faire la queue.

    Les plus attentifs ont pu voir le grément des grands voiliers, en frémir de dépit .

     

    Tendance

    « Retaite à 60 ansUne étagère pour les fleurs »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :