• Le grand retour de la citrouille


    Beauvais
    BEAUVAIS Le grand retour de la citrouille

    Dimanche 31 Octobre 2010

    Il y a dix ans, la fête d'Halloween débarquait en France. Aujourd'hui, cette tradition anglo-saxonne est quelque peu passée de mode. Mais elle a eu le mérite de remettre les cucurbitacées dans nos assiettes.
    Ce soir, dans des millions de foyers anglo-saxons, on évidera les citrouilles de leur chair filandreuse pour sculpter des visages effrayants, y placer des bougies et les transformer en lanternes. Ce soir, c'est Halloween. Voilà une décennie déjà que cette fête folklorique s'est exportée sur le vieux continent et a remis au goût du jour les variétés les plus imposantes de cucurbitacées.
    Potiron, pâtisson, butternut ou encore potimarron sont de retour sur les étals des marchés locaux et se vendent très bien. « Merci les Américains ! Ce sont eux qui les ont relancés », ironise Loïc Boulanger.

    Ce maraîcher bio installé depuis six ans à Villers-Saint-Barthélémy alimente les AMAP (Association pour le maintien de l'agriculture paysanne) de Paris et sa région. « La soupe de potiron, les Parisiennes ne savent faire que ça. » Sous ses serres du hameau de Marconville, les premières gelées ont blanchi les immenses feuilles vertes sous lesquelles se cachent encore des courges bien rondes. « La récolte commence surtout au début du mois d'octobre, mais nous en aurons encore quelques-unes. »
    « On veut goûter d'anciennes variétés »

                                        L'amap de Marconville


                                                          Une autre production de cette Amap

    Cette année, ce n'est pas pour le décorum d'Halloween que Loïc Boulanger a écoulé 15 à 20 tonnes de sa production de cucurbitacées mais pour remplir des paniers de légumes anciens. « Il y a une demande phénoménale, c'est la grande tendance de ces dernières années. On veut goûter d'anciennes variétés. » Avec sa centaine d'espèces différentes, la famille des cucurbitacées est la cliente parfaite pour ces consommateurs responsables.
    « Les anciens se rappellent du potiron au lait de leur grand-mère. Ils en étaient même écœurés. Aujourd'hui, on les mélange à d'autres légumes, on les fait en gratin, en purée. C'est délicieux », expliquent les Luginbuhl, cette famille de maraîchers de Seine-Maritime, connus pour alimenter en légumes la fête à carottes, de septembre dans le quartier de Voisinlieu.
    L'effet Halloween s'est également fait ressentir dans cette production normande voisine. « Les ventes ont considérablement augmenté. Au début, c'était grâce à cette fête. Maintenant, le potiron et les vieux légumes sont dans l'assiette. »
    Sur leur étal du marché de Beauvais, la musquée de Provence - une énorme citrouille verte orangée - en impose. « Celle-ci fait environ 25 kg mais nous en avons récolté une qui pesait plus de 36 kg. »
    C'est peut-être d'ailleurs son poids et sa taille qui ont freiné les acheteurs dans le passé. « Oui mais c'est un légume qui se conserve jusqu'en mai », assure Loïc Boulanger . Pour s'attaquer à sa chair épaisse et sucrée, mieux vaut toujours se munir d'un bon couteau. À l'ancienne.
    MÉLANIE CARNOT
    courrier picard
    20 tonnes de citrouilles, courges et autres courgettes.
    Une musquée de Provence de 36kg
    On est dans le domaine du Bio, du bon et du Gros.
    Bien apprêtées les citrouilles sont des légumes très intéressants pour les soupers en hiver.

    Pour en savoir plus...
    Tendance
     

     

     


    « La nepetalactoneAmendements Bio »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :