• Le meilleur des carnets de Jules Hostouley - 10/05/2012

    Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  10/05/2012

    10/05/2012 07:06:54  

      Taisez-vous !
    Il semblerait que la liberté de communication, sur internet, dans notre village, soit conditionnée, contingentée, voire réprimandée.  LECHOJOVACIEN nous rapporte cet état de chose. Nous ne pouvons pas rester indifférents à son cri. Si tel est le cas, c’est l’indice d’une audience de plus en plus importante, des différents sites de notre village qui communiquent sur internet. Donc un certain succès dans notre effort de communication. Les grands médias journalistiques quotidiens et hebdomadaires peuvent communiquer, apparemment, en toute impunité. Certains même, sont parfois à la limite de l’incorrection, voire de la diffamation (L’Observateur de Beauvais). On peut pratiquement tout dire sur le papier ; sur internet, ce n’est pas encore le cas, visiblement. (comme à la télévision, d’ailleurs) Et pour cause : les journaux, dans une semaine ou deux auront rejoint la pile des parutions au fond d’un placard, dans les toilettes, près de la cheminée ou dans le bac de recyclage prévu à cet effet. Dans un an ou deux, plus aucun de ces journaux ne sera disponible pour le public ; ayant servi à alimenter la cheminée .Ces publications seront tout au plus encore disponibles pour quelques rares collectionneurs. Tandis que sur nos sites, si on n’efface pas les messages après leur consultation, tout ce qui aura été publié restera vivant et consultable, à tout instant, par tous, à l’infini et cela jusqu’à la mort d’internet ; la nuit des temps, certainement ; l’éternité, peut-être, si l’humanité ne fait pas de gaffe, avant. Cela, on s’aperçoit très bien que quelques-uns commencent à s’en rendre compte ; ils ont mis du temps quand même ; Internet a 27 ans ! J’avais dés le début de mes publications, précisé, que je m’attachais plus à un devoir de mémoire sur mes blogs et forums, plutôt qu’à une mission d’information, de critiques et d’objections. Ce qu’il m’arrive, quand même, de réaliser, parfois. D’autres sites sur Jouy, depuis déjà quelques temps, s’acquittent de cette tâche avec brio. Sur internet, c’est comme si toutes les publications s’étalaient en lettres de feu sur fond de ciel bleu, au dessus de nos têtes ; consultables par tous et  visibles à tout moments ; en bien comme en mal ; en positif comme en négatif. On comprend très bien que certains ne supportent plus de voir au dessus de leur tête, en permanence, le script de certaines de leurs erreurs ; le rapport de leurs bévues. Un peu comme dans la Bible, le doigt de Dieu qui les suit imperturbablement au gré de leurs pérégrinations. Il en résulte que l’autodafé électronique semble être devenu leur tentation. Le média papier peut toujours être finalement et durablement éliminé ; souvenez-vous de Fahrenheit 451. Le média électronique a, lui, la capacité fantastique de s’auto-multiplier ; bien plus vite que les rotatives. Une info, malfaisante ou non, parait sur Internet et dès lors qu’un quidam tente de faire supprimer cette publication auprès de ses auteurs ; la tâche se révèle rapidement impossible, tant le copié-collé aura dupliqué ces documents. En cela Facebook y parvient en quelques minutes, grâce à son milliard d’abonnés. C’est un peu, comme si ce quidam devait tenter de récupérer des tracts accusateurs, lancés dans le vent de la juste information, à des milliards d’exemplaires. Quelle entreprise; ma pov'dame !

    Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.( Voltaire..peut-être..)
     

     

    « Bulletin Météo du 12 août 2012La lettre de Madame de Résigné du 13 août 2012 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :