• Le meilleur des carnets de Jules Hostouley - 17/08/2012

     

    Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  17/08/2012

    17/08/2012 07:52:14  

    La Femme du boulanger
    Plus de pain à Jouy sous Thelle. C’est les vacances, ma Bonne Dame ! Il y en a à Auneuil ou à Chaumont ! Â Beauvais, même ! C’est tout simple, vous prenez votre véhicule ; vous vous rendez en ces lieux ; recherchez la boulangerie la plus proche (ça se repère à l’odeur ( Mmmhhh ! la bonne odeur du bon pain cuit)) ; vous commandez 10 pains ; on vous fournira même le sac adéquat ; vous mettez votre congélateur en mode congélation ; vous ouvrez votre congélateur ; vous remplissez votre congélateur avec vos 10 pains ; et vous retournez à vos occupations ! Oui ! Fort bien ! Mais si vous n’avez pas de véhicule ? Si vous n’avez pas de congélateur ? Si vous n’avez pas de voisin bienveillant (Ils sont tous partis en vacances ou ils s’en « foutent de votre gueule ») ? Si votre mobilité est réduite ? Si ? Si ? Si ?. Que de « Si » ! ça me scie le moral tout çà ! Il fut un temps…Il fut une époque… Une époque, certes, révolue. Il fut un temps, donc, à Jouy sous Thelle, lorsque la boulangerie était fermée pour cause de vacances, s’organisait un dépôt de pain. De diverses manières ; soit dans les locaux de la Mairie ; soit chez un autre commerçant (il en reste encore) ; soit devant la boulangerie même, à bord du véhicule du boulanger d’un village voisin. On vit alors, un Maire se dépenser au sein du bâtiment communal, quelques heures par jour, pour procurer l’indispensable nourriture à ses concitoyens les plus démunis, les plus déshérités, les plus défavorisés. On vit aussi, un commerçant réorganiser ses rayons pour procurer une petite place à l’indispensable manne, et ainsi pourvoir quotidiennement ses clients de notre trop célèbre baguette nationale. On vit enfin, les boulangers s’organiser pour faciliter leur légitime congé annuel et pour assurer un minimum de ravitaillement, auprès de leurs fidèles clients, en baguettes, miches, flutes, bâtards et autres parisiens. Aujourd’hui tout cela a disparu ; c’est le sauve-qui-peut général ; l’empire de l’individualité, le royaume de l’égoïsme. Vous n’avez plus de pain ? Mais vous pouvez jeuner, mon Bon Monsieur ! Voyez le Christ ! Quarante jours qu’il a jeuné ; et dans le désert, en plus ! Vous pouvez faire carême maintenant ! Alors ce ne sont pas une quinzaine de jours de privation « boulangeresque » qui vont perturber votre organisme ! !!!. Oui ! Je vous le concède ; tout cela est un peu excessif ; mais pourquoi n’y a-t-il pas un petit, mais un tout petit minimum d’organisation en faveur de nos concitoyens, pour qui la période des vacances, ajoute encore quelques problèmes à leur quotidien, déjà pas toujours facile. Une fois de plus, c’est la Mairie qui ne fait pas son boulot ; normal, elle est en vacances. Sans pour autant se charger du travail, elle peut s’informer, s’inquiéter, écouter, pour mieux administrer, organiser, informer et coordonner. C’est là tout simplement la mission pour laquelle, les électeurs lui ont donné carte blanche. Ce ne sera pas toujours les vacances ; la Mairie actuelle pourrait bien se voir remettre, un de ces jours prochains d’élection, un billet de troisième classe, en aller simple, pour des vacances de très, très longue durée. Tant l’administration, en ce moment, de notre cher village, s’est mise au vert et en congé de ses responsabilités. Bon voyage !

    Â chacun son Gagne-pain. Â chacun son pain et tout ira bien ! (Tendance)

     

     

    « Coupures de Micro-Coupures (2)La page du jour de Jules Hostouley - 19/09/2012 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :