• La page du jour de Jules Hostouley -  10/10/2012

     10/10/2012 09:06:26  
      

     

    Ch’Bio ch’est point biau.
    Ch’Bio ch’est point biau.. s’écrirait un Picard. La production bio n’est pas très reluisante dans l’esprit des consommateurs, à cause de ses tarifs d’une part et de l’aspect des produits proposés. Des consommateurs, il faut le dire, trop souvent habitués à ne pouvoir se procurer que des légumes et des fruits « propres sur eux » mais ayant perdus toute saveur, quand ce ne sont pas leurs qualités nutritives qui sont mises en doute. On se demande assez souvent si le bio ne serait pas réservé aux plus aisés ; aux plus riches ; aux nantis, en fait. On est en droit de se poser la question en visitant les étals de supermarché. On y remarque des prix plus élevés parce que c’est du « Naturel » du « traditionnel » ou de la « variété ancienne ». Une fois de plus, on trompe le consommateur. Il est vrai que tout le monde ne pourra pas acheter des produits bio, tant que la production demeurera confidentielle. Les agriculteurs du bio, astreints aux règles exigeantes de la production bio, ne sont pas plus riches que leurs collègues de l’agriculture dite « traditionnelle » ou plutôt « industrielle ». Ils seraient même moins riches, pour beaucoup. Cela relève d’un apostolat. D’une philosophie ! Tant les contraintes de cette nouvelle agriculture, sont grandes. Quand je dis nouvelle agriculture, je devrais dire agriculture traditionnelle, par opposition à l’agriculture « industrielle » ; agriculture qui n’aurait jamais du abandonner ses pratiques d’avant la révolution industrielle de la deuxième moitié du XXème Siècle, et cela dans les années d’après-guerre. Pour cette agriculture, c’est comme pour la dette des états, difficile de retourner en arrière. Alors qu’une agriculture moderne, saine et naturelle aurait pu se mettre en place, tout en se mécanisant, se réformant, se modernisant. Seulement voila, ce fut une course au profit immédiat ; un saccage des vieilles méthodes, un bouleversement brutal de l’environnement, sans chercher à adapter le traditionnel aux nouvelles méthodes de production. Toutes les vieilles méthodes ne sont pas forcément bonnes à développer. Il y a des archaïsmes à mettre au musée. Mais huiler tous les rouages de l’industrie et de l’agriculture à grand renfort d’argent, de monnaie, d’aides et de subventions a fini par gripper la machine. Notre Agriculture a fini par couler une bielle, pourrait-on dire, ironiquement. Aujourd’hui les cultivateurs ne peuvent plus dégager un revenu décent de leurs productions agricoles, sans que des aides ne tombent du pouvoir central. Ils ne peuvent donc pas réformer leurs méthodes de travail dans une agriculture plus saine et plus naturelle, par manque de réserve pour leur propre investissement. Moderniser et unifier pratiques traditionnelles et méthodes modernes, demande beaucoup d’argent, d’ingéniosité et de temps. C’est pourquoi le bio restera encore longtemps une mode, une posture, dans l’esprit du plus grand nombre. En tant que jardinier, je préfère parler de culture au naturel, sans engrais excessifs, ni de produits néfastes pour tous, plutôt que de jardinage « bio », aux contraintes vraiment trop drastiques, trop sèvères. Le défi mondial actuel en matière d’agriculture, devra faire appel, encore longtemps, à l’agriculture « industrielle », tout en essayant progressivement d’amener l’agriculture mondiale vers une meilleure qualité ; des pratiques plus saines.

    “Un autre monde est en marche” (José Bové)

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  25/09/2012

     25/09/2012 08:52:15
     


    Panne de lumière = Panne de poubelle

    Les services de ramassage des ordures passent très tôt le matin. Un boulot très difficile et dangereux. Â pratiquer sur la voie publique ; parmi la circulation des véhicules souvent pressés d’aller conduire leur propriétaire au travail. Donc des opérateurs obligés de travailler avec une pression de plus en plus grande. Comme dans la plupart des jobs actuels. Les employeurs sont de plus en plus gourmands. La manne providentielle des trois millions de chômeurs peuvent leur permettre tout cela. Ils seraient bien « con » de s’en priver, d’ailleurs… Pour en revenir à nos pauvres bougres, obligés de courir derrière le véhicule de ramassage, en portant sacs et poubelles pour gagner du temps… Toujours plus de temps ! Vous voyez d’ici le footing… Je vous raconte pas. Seulement voilà, quand l’éclairage urbain est défaillant, ou n’est pas encore éveillé à ces heures très matinales, au « cul » du camion, on n’y voit pas plus que dans le « trou du cul d’un nègre » comme on disait à l’époque de la colonisation. Résultat, même à tâtons, dans l’obscurité totale de ce matin-là, nos opérateurs n’ont pu dénicher nos poubelles, gavées des déchets de la semaine. Et du coup, on se les garde pour le prochain tour, nos poubelles de tri sélectif. Décidément, à Jouy, l’histoire du ramassage des déchets va devenir une saga .En espérant que l’on ne coupe pas le courant chaque vendredi matin. Car on l’a payé, nous, notre facture ERDF. Cs n’est peut-être pas le cas de tout le monde, quand on voit la fréquence des coupures de courant dans le village .La Mairie n’honorerait-elle pas toutes ses factures ?

    « Sans lumière, je ne serai que l'ombre de moi-même ! »

      

     


    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  04/10/2012

    04/10/2012 08:37:36
       

     

    Rigolez pas ! C’est vous qui payez
    C’est la rentrée. Le tour de vis annoncé avant les élections est là. Allègement des charges des entreprises. Augmentation de la CSG. Qu'en est-il aujourd'hui, en 2012, 4 ans après le passage de la crise, de la rigueur et de l'austérité... Il n'y a pas que l'état qui alourdit les charges des entreprises. Tous ces séminaires à l'autre bout de la planète. Ces multiples repas d'affaires. Ces notes de frais astronomiques. On se souvient des footballers de l’équipe de France. Là aussi une entreprise Française en faillite. Maintenant les entreprises sont parties en Chine. Et les états réputés riches, économiquement ruinés. Pas grave ! Ce sont les plus faibles qui vont payer la note. D’ailleurs c’est en court. Depuis la fin des vacances, l’état a publié sa note de frais. Elle est aussi astronomique, à défaut d’être gastronomique. Particulièrement indigeste le menu concocté. On nous susurre à l’oreille que ce sont les plus riches qui vont payer plus. Billevesées ! Ces plus riches, s’ils ne se sont pas téléportés vers des rivages plus sains pour leur fortune, vont trouver une combine pour faire payer leurs notes de frais au plus pauvres. En licenciant, par exemple. En délocalisant, s’ils sont employeurs. Ces beaux messieurs vont pouvoir y faire leurs séminaires….En Chine….C'est très exotique.....La Chine. Bonnes vacances !

    « Octobre, chute des feuilles..d’impôts »

     


    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  03/10/2012

    03/10/2012 09:04:20    

    Fosse commune ou fausse commune ?
    On est en droit de s’interroger. LECHOJOVACIEN nous rappelle que Jouy sous Thelle possède une gloire dans son patrimoine. « L’illustre homme » pour reprendre les termes de LECHOJOVACIEN ; donc cet illustre homme, curé de Jouy sous Thelle, dont nous avons eu la joie de lire les œuvres d’historien sur notre village, consignées dans un manuscrit que beaucoup de Jovaciens ont put apprécier la densité…Donc, poursuivrais-je, cet illustre homme est assigné à résidence. Si l’on en croit la nouvelle épitaphe, aux épithètes peu élogieuses, décernée par les services de la Mairie. Une épitaphe qui vous envoie tout droit, non pas en enfer, mais à la fosse commune, comme l’indique un extrait du texte de loi afférant au « reprise de concession en état d’abandon » à savoir : « avoir fait aussitôt réinhumer ces restes dans un emplacement du même cimetière affecté à perpétuité à cet usage par un arrêté municipal et aménagé en ossuaire » Ossuaire qui ressemble comme deux gouttes d’eau à ce que les gens ont coutume d’appeler la fosse commune. Qui n’est heureusement pas tout fait pareil que la fosse bien connue. Donc une résidence perpétuelle, pour un homme illustre et un illustre personnage que l’on aurait du honorer officiellement depuis fort longtemps. Un illustre défunt qui aurait tout a fait le droit d’avoir un carré pour lui tout seul… Â perpétuité ! On se doute bien que la recherche d’éventuels descendants a de forte chance de ne pas aboutir. Après tant d’années… Les esprits malicieux pourront toujours objecter qu’un curé ne possède pas, en principe, de descendance. Fi de ces esprits goguenards et passons sur ce manque de respect à la mémoire de Louis-Isidore Bouche, curé de Jouy sous Thelle, pour subodorer que quelques arrières-arrières petits neveux, puissent, le cas échéant, se présenter en Mairie. Quand on voit comment certaines sépultures récentes sont traitées par les héritiers, on se doute bien que notre brave curé ne pourra compter sur sa famille pour voir sa dernière résidence restaurée et honorée dans des termes qu’il est en droit d’espérer. Notre village, de par la volonté de nos élus, est en quête de son passé prestigieux et de son patrimoine, comme il la prouvé récemment. Qu’il remplace, donc, cette épitaphe infamante, par une plaque…. Comment dirais-je... Vous savez bien.. Une plaque du meilleur marbre, Carrare s’il vous plait ; donc une plaque à l’épitaphe rédigée en lettres d’or. Pas moins !

    "Marie-toi, et tu seras heureux une semaine; tue un cochon, et tu seras heureux un mois; fais-toi curé, et tu seras heureux toute ta vie."
    (Proverbe polonais)

     

     


    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  02/10/2012

    02/10/2012 08:56:24 

    Mogneville dans le brin
    Doivent être heureux les habitants de Mogneville d’apprendre que leurs impôts fonciers ont augmenté de 30% en 2012. Impôts augmentés de manière autoritaire, arbitraire et brutale par monsieur le Préfet de l’Oise. Monsieur Hollande ayant déjà signifié par la bouche de son premier ministre, Jean‐Marc Ayrault, la note très salée pour redresser les finances de l’état mises à mal par le remboursement de la dette. Les habitants de ce petit pays vont devoir casser leur tirelire, pour sortir de l’embarras, leur patelin. Du moins, pour ceux qui ont encore une tirelire. Ce sera plus dramatique pour les autres. Comment un maire peut-il, encore, entrainer son pays dans un projet dispendieux, alors que nous sommes en pleine crise financière. En 2009, on connaissait déjà les conséquences de la crise financière mondiale de 2008. La crise que l’on nous assure bientôt terminée, dure déjà, depuis plus de quatre ans. Pourquoi les gens qui sollicite notre suffrage, s’embarquent-ils dans des opérations financières aussi risquées ? Mieux vaut laisser ce type de projet aux lotisseurs privés. Si ceux-ci avaient flairé que l’opération était pourrie, les Mognevillois (tient ils n’ont pas non plus de gentillé) auraient gardé leurs sous. Normal ! Ces lotisseurs privés sont des professionnels de l’immobilier. Un Maire n’a pas forcément toutes les compétences pour mener à bien de telles opérations. Surtout en période troublée. Les élus des communes ont le devoir de développer leur village ; de concevoir des projets ; mais pas en temps de crise. Il faut se contenter d’expédier les affaires courantes et d’attendre des jours meilleurs. LECHOJOVACIEN ne nous rappelle-t-il pas que notre commune de Jouy sous Thelle s’apprête, elle aussi, à se lancer dans des opérations immobilières…. En cette période délicate pour nos finances. Ah ! Qu’il est facile de se faire valoir avec l’argent des autres. De tirer un bénéfice électoraliste de tous ces projets, peu en adéquation avec l’intérêt du plus grand nombre.


    "Avant, l'argent coulait à flot, maintenant j'éponge mes dettes." Vincent Roca

     

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  22/09/2012

     
     22/09/2012 08:04:19 


    Jouy sous Thelle au Top
    La salle socioculturelle est inaugurée. Ce n’est pas tous les jours que notre village peut s’offrir une telle fête. Nos élus du département n’ont pas manqué l’invitation. On a pu remarquer Mr Marini, Sénateur et Maire de Compiègne ; Monsieur Jean-François Mancel, Député ; Monsieur Nicolas Desforges , Préfet de l’Oise ; Monsieur Bruno Oguez, Conseiller Général ; Monsieur Jean Louis Aubry, Conseiller Général ; Madame Sylvie Houssin, Conseillère Générale ; Monsieur Gérard Lemaître, Conseiller Général et Président de la communauté de communes ; Monsieur Yves Rome Sénateur et Président du conseil général, retenu par d’autres obligations, se faisant représenter par les membres du conseil général ; enfin Monsieur Christophe Blanco, Président de la CAF. Ces personnes étant accueillies par Monsieur Hervé Lefevre, Maire de Jouy sous Thelle, assisté du Conseil Municipal. Les élus ont fortement souligné le caractère scolaire de la nouvelle salle socioculturelle. Sa vocation nouvelle de périscolaire, ayant déclenché l’attribution de dotations et de subventions des diverses collectivités locales représentées par les élus précédemment cités. Les autres attributions de cette nouvelle salle se destinant à une activité culturelle (cinéma, spectacles, etc..).Si l’aspect extérieur de la salle peut amener quelques remarques d’ordre artistique, l’aspect intérieur de la nouvelle salle est en rupture totale avec l’ancienne salle, devenue, vétuste, désuète et obsolète. Cerise sur le gâteau, qui va ravir les anciens de notre commune, l’atmosphère de la salle qu’ils construisirent il y a plus de soixante ans, est magnifiée, en alliant la tradition aux modes de notre époque.

    Pourquoi des mecs élus par nous pour faire ce qu'on veut, au lendemain des élections, font ce qu'ils veulent? (Coluche)
     
      

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  19/09/2012

     
     19/09/2012 09:43:44


    Coupez !
    Un scénario qui devient en vogue, sur le plateau, à Jouy sous Thelle . En vedette, j’oserais dire ! Nouvelle vague de coupures sur nos lignes électriques. Micro-coupures en série. Film catastrophe pour nos appareils ménagers, pilotés par de la micro-électronique fragile, qui risquent leur vie, à tout instant. C’est Darty qui se frotte les mains. Doublement ! Quand il sait très bien que les industriels construisent des matériels ménagers « bio-Dégradables ». Un terme détourné de sa vraie signification, mais qui exprime mieux notre indignation, notre inquiétude, notre colère, enfin ! L’industrie est actuellement dans le marasme, parce que poussée par la concurrence, elle s’est mise à produire de la qualité, à prix moins cher, à partir des années 70. Forte de ce constat, depuis plus d’une décennie, elle a révisé sa politique, en introduisant dans ses productions des maillons faibles qui entrainent la mort de votre appareil, quelques mois après la fin de la garantie… Comme par hasard ! Évidemment, elle ne peut pas saboter sciemment la qualité de ses nouvelles machines à laver, par exemple. Sinon, elle irait à la faillite ; devant faire face à ses obligations de garantie ; étant, du même coup, éliminé du marché, par ses concurrents, beaucoup plus fiables. Non rien de tout cela ; mais elle introduit dans la fabrication, des matières, des éléments ou des substances, qui casseront au bout de quelques années, ou court-circuiteront les entrailles de votre précieux matériel. Autrefois un engin durait en moyenne 10 ans, au prix, souvent, de quelques petites réparations. Mais aujourd’hui, Darty, vient épauler, efficacement, les industriels, en pratiquant des prix de réparation « obscènes » ; des diagnostiques de panne digne du « gangstérisme » . Qui rendent, par conséquent, irréparables, au sortir de la garantie, les produits de l’électroménager. Et de plus, maintenant, ERDF entre en scène, pour éliminer les matériels électriques des usagers. Il faut rappeler qu’ERDF a été mise en demeure, récemment, de mieux entretenir son réseau de distribution. Elle s’y emploie depuis peu ; mais la tache est immense ; tant le laxisme fut grand, en cette matière, pendant plusieurs décennies. C’est pourquoi, nous ne pouvons plus tolérer que le réseau ERDF soit en si mauvais état. Quand on sait que les autorités ont déjà prévenu le public des augmentations très importantes du prix du Kilowattheure, dans la prochaine décennie. Et si vendredi prochain 21 septembre, on expliquait tout cela, au détour d’une coupe de Champagne, à la prestigieuse et respectable délégation d’élus, de tout poil, qui va venir inaugurer en grande pompe (pas en tongues), la salle socioculturelle de Jouy sous Thelle. Après tout ce sont eux qui ont le pouvoir et qui détiennent les cordons de la bourse. En douteriez-vous encore ?

     Une panne d'électricité laisse l'aveugle indifférent. (Grégoire Lacroix)

      

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  17/09/2012

     
     17/09/2012 07:37:13  


    Tombé dans le panneau
    Dans la plaine, une petite chapelle. Pour s'y rendre, il faut emprunter un chemin, certes, bucolique, mais abrupte. Pour trouver ce chemin, une petite plaquette de bois. Vraiment confidentiel le panneau actuel. A peine visible, même des piétons. Les visiteurs en voiture ne cessent de faire demi-tour précipitamment. Ou ils font marche arrière, au péril de leur sécurité. Ce n'est pas un pèlerinage... Une visite de courtoisie.... Non! C'est un jeu de piste. Une piste extrêmement rustique... pour les frêles mécaniques des limousines qui se risquent sur ces chemins plutôt réservés aux engins agricoles. Tout le monde ne possède pas de 4x4. On pourrait investir dans un panneau digne des grosses dépenses, engagées pour restaurer la chapelle de la Chaire à Loup. Une Chaire à Loup toujours soumise au vandalisme actuel. La toute petite taille de la pancarte en bois qui orne le panneau d'entrée de Jouy sous Thelle, symbolise bien l'art de la communication très étriquée des élus de notre village. Eux, ils savent bien où elle est la Chaire à Loup; alors à quoi bon se décarcasser pour les visiteurs. Vendredi prochain 21 septembre 2012, c'est l'inauguration de la salle socioculturelle. Il y aura des « Huiles » dans notre patelin à cette occasion. Si d'aventure, l'une d’elles avait envie de se risquer à rendre visite à la Chapelle de la Chaire à Loup. Je vous dis pas ! Après tout, il y a eu de l'investissement collectif dans cette morne plaine du plateau de Thelle.

      

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  10/09/2012

     
     10/09/2012 08:28:19 


    Les Sacs Kakis de la Chaire à Loup.
    Chère Chaire à Loup. Chère, par son symbole historique de notre commune ; de notre paroisse ; de notre patrimoine. Chère aussi par les sommes investies pour restaurer un noble bâtiment soumis aux vents de la plaine du pays de Thelle. Plus grave ; noble bâtiment soumis aux vents de l’ignominie de certains ressortissants du genre que l’on ose encore qualifier d’humain. On a déjà évoqué tout cela, dans un passé récent, et manifesté toutes nos craintes quant à l’avenir de cette noble chapelle, qui sut capter la ferveur des paroissiens depuis plus de cinq siècles. Donc samedi dernier, 8 septembre, le troupeau bêlant et pastoral de sacs kakis, telles de laineuses brebis, qui paissaient tranquillement, depuis près de 2 mois, rue de la poste, s’est brutalement égayé dans la nature. Poussé par on ne sait quelle crainte ; Peut-être l’évocation d’une chaire à Loup, depuis toujours le cauchemar de nos paisibles brebis. On ne connait pas encore le lieu de cette ovine transhumance, mais on ose supposer qu’il respecte l’environnement. C’est ce que nous rapporte notre confrère chroniqueur, Jean ValJuan sur l’ECHOJOVACIEN. Plus prosaïquement, on se doute un peu de la disparition de ce monticule kaki qui devenait disgracieux, au fil des semaines, à l’entrée de notre respectable petit village. Â savoir : Samedi dernier, le contribuable riverain de cette décharge, a manifesté, par voie d’affichage, son ressentiment légitime, envers une administration communale qui dispense, au gré de son bon vouloir, de l’air du temps et, en plus, au faciès (°_°), les mesures nécessaires de salubrité publique, pour lesquelles chaque citoyen contribuable de Jouy sous Thelle a déjà largement versé son obole dans l’escarcelle de l’administration fiscale. En clair, cela faisait désordre de laisser à l’appréciation d’un public, venu nombreux pour le pèlerinage, en ce samedi, vers la chaire à loup ; donc de laisser à l’appréciation des pèlerins, un grimoire, un écriteau, une pancarte et une supplique, peu élogieux pour la réputation de nos élus. Réputation déjà quelque peu mise à mal, au fil des semaines, au fil du temps.

    « Ah ! Si l'on demandait plus à l'impôt et moins au contribuable... » (Alphonse Allais)

      

     


    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  25/09/2012

    25/09/2012 08:52:15  

    Panne de lumière = Panne de poubelle
    Les services de ramassage des ordures passent très tôt le matin. Un boulot très difficile et dangereux. Â pratiquer sur la voie publique ; parmi la circulation des véhicules souvent pressés d’aller conduire leur propriétaire au travail. Donc des opérateurs obligés de travailler avec une pression de plus en plus grande. Comme dans la plupart des jobs actuels. Les employeurs sont de plus en plus gourmands. La manne providentielle des trois millions de chômeurs peuvent leur permettre tout cela. Ils seraient bien « con » de s’en priver, d’ailleurs… Pour en revenir à nos pauvres bougres, obligés de courir derrière le véhicule de ramassage, en portant sacs et poubelles pour gagner du temps… Toujours plus de temps ! Vous voyez d’ici le footing… Je vous raconte pas. Seulement voilà, quand l’éclairage urbain est défaillant, ou n’est pas encore éveillé à ces heures très matinales, au « cul » du camion, on n’y voit pas plus que dans le « trou du cul d’un nègre » comme on disait à l’époque de la colonisation. Résultat, même à tâtons, dans l’obscurité totale de ce matin-là, nos opérateurs n’ont pu dénicher nos poubelles, gavées des déchets de la semaine. Et du coup, on se les garde pour le prochain tour, nos poubelles de tri sélectif. Décidément, à Jouy, l’histoire du ramassage des déchets va devenir une saga .En espérant que l’on ne coupe pas le courant chaque vendredi matin. Car on l’a payé, nous, notre facture ERDF. Cs n’est peut-être pas le cas de tout le monde, quand on voit la fréquence des coupures de courant dans le village .La Mairie n’honorerait-elle pas toutes ses factures ?

    « Sans lumière, je ne serai que l'ombre de moi-même ! »

     

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  07/09/2012

     
     07/09/2012 08:04:19 


    Véolia en fuite
    En octobre 2010 la presse locale se faisait l’écho d’importantes fuites d’eau dans nos communes. « Les sept communes touchées sont situées sur le canton d’Auneuil et la région du Vexin. Il s’agit de La Houssoye (247 foyers), Porcheux (125 foyers), Jouy-sous-Thelle (425 foyers), Hardivillers-en-Vexin (63 foyers), Enencourt-le-Sec (90 foyers), Thibivillers (100 foyers) et Jamericourt (120 foyers), soit au total 1170 foyers. » Relatait à l’époque le « Parisien libéré ». Depuis les riverains de la rue de Saint Clair sur Epte, ont pu observer 3 fuites d’eau très importantes ; toutes réparées par les services de Véolia. Mais des interventions seulement au bout de quelques semaines après que les autorités compétentes fussent mises au courant. De larges flaques d’eau révélant la vétusté de notre réseau. Les champs riverains de ces fuites étaient largement irrigués pendant ce temps-là. Pratique pour nos amis agriculteurs, confrontés à un climat malade de ces sempiternelles années de sècheresses devenues chroniques. Hors, dans le même temps, la pression de l’eau délivrée sur les robinets des usagers de la rue de Saint clair sur Epte, ne cessait de diminuer au fil des années ; imperceptiblement, certes ; mais en fin de compte, il devenait de plus en plus difficile de régulariser la pression de l’eau chaude. De plus en plus difficile de remplir un seau. De plus en plus difficile de rassasier un évier de cuisine. Essayer, donc, de prendre une douche avec un débit d’eau perturbé. Nous nous sommes, alors, adressés aux autorités compétentes, afin de recevoir un avis compétent sur cette baisse de la pression dans nos canalisations. Évidemment, celles-ci, comme a leur habitude, ont pris la fuite devant leurs responsabilités. Évoquant un possible embourbement de nos compteurs ; un coup de calcaire dans les canalisations ; l’arrivée de nouveaux abonnés dans les nouveaux lotissements ; une hypothétique fuite de nos canalisations après compteur. Bref, toutes sortes de prétextes, destinés à masquer la vraie raison du manque de pression. Depuis quelques semaines, miracle!... La pression dans les tuyaux est remontée à son niveau antérieur. Surtout depuis la découverte de la fuite, le mois dernier, en plein champ, le long du CD6 entre Jouy et Hardivilliers. Une fuite, comme à l’habitude, tardivement résorbée. Nous avons vu, alors, arriver sur nos éviers, une eau particulièrement noirâtre et bourbeuse. Et nous avons eu le plaisir et le loisir de démonter tous les filtres des robinets de nos habitations, complètement colmatés à l’issu de cette entreprise. Cette intervention n’a fait l’objet d’aucune information ; nous laissant privés d’eau pour un temps indéterminé. Quand on intervient sur une fuite, après plusieurs semaines de délai, on peut perdre, encore, vingt quatre heures, pour procéder à une petite information des abonnés. On n’est plus à quelques m3 près. Maintenant la pression est donc redevenue normale. On a bien compris pourquoi. On n’est pas complètement crétin. Seulement voila, on sait très bien que le réseau est pourri ; plus de soixante ans de mise en service ; canalisations et joints sont à changer et à rénover. Combien, encore, de fuites vont-elles se déclarer dans l’avenir, sans compter celles qui n’ont pas encore été détectées ?
    « Quand tu bois de l'eau, pense à la source. » (Proverbe Chinois)

      

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  28/08/2012

    28/08/2012
     

    Point propre à jouy
    On peut remarquer dans la rue principale de Jouy, la rue de la Poste, en l’occurrence, un dépôt de sacs kakis au contenu verdoyant. Un dépôt qui trône sur la chaussée réservée en principe aux piétons. Un dépôt qui trône depuis de nombreuses semaines. Un dépôt qui trône depuis des mois, maintenant. Chacun a pu se réjouir, dans un premier temps. Création d’un coin propre à Jouy . Enfin une bonne initiative de la Mairie. Après la disparition de notre déchetterie, judicieusement placée juste en face de notre très respectable cimetière ; un emplacement choisi,vraiment au dessous de tout. Il n’y a qu’à Jouy que l’on peut observer de telles incongruités. Deux décharges, deux dépotoirs, en quelques sortes. On pourrait faire de l’humour noir, mais là n’est pas le propos .Quel manque de respect pour les défunts ; assimiler leur dernière résidence à une décharge. Heureusement, en son temps, la communauté de commune a mis fin à cet outrage. Involontairement, certes. C’est, chacun s’en souvient, la dissolution de l’ancienne communauté de commune qui a entrainé la fermeture de la déchetterie de Jouy sous Thelle. Au profit de Porcheux, une toute petite commune très prospère, doté d’un Maire très influent et surtout très efficace. Maintenant les Jovaciens (en attendant on les appellera encore ainsi, si vous le voulez bien) font un aller/retour d’un peu plus de 6km pour aller garnir la déchetterie de Porcheux de tout ce que la société de consommation leur a refilé d’inutile, voire d’encombrant. Économisons le carburant, nous rappelle-t-on à chaque instant. Mais pour les Jovaciens cela n’a pas d’importance. Allez ! Roulez Bonnes Gens ! Encore un aspect de la mollesse de nos élus qui laissent périodiquement filer des aménagements financés par la communauté de communes, au profit de villages plus combatifs. Donc pour en revenir à notre troupeau de sacs kakis qui squattent et broutent, maintenant, les trottoirs de la rue de la Poste ; grande fut la désillusion des citoyens de notre village ; ce n’était pas un nouveau coin propre ; ni même un amoncellement de sacs postaux (espoir du retour d’un véritable Bureau Postal ???) Non ! Mais l’illustration, une fois de plus, de l’indigence de la Mairie. D’ailleurs LECHOJOVACIEN , dans cette affaire, brosse un tableau élogieux mais fort triste de l’attitude de nos élus.

    Une déchetterie propre sur elle (anonyme)

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  27/08/2012

    27/08/2012 17:45:48   

    Colchique dans les prés
    Fleurissent, fleurissent. Colchique dans les prés, c’est la fin de l’été. C’est aussi la fin des vacances. Et fin de la vacance de la Mairie. Après les récentes péripéties de l’équipe municipale, la rentrée pourrait être houleuse à Jouy sous Thelle, dans l’Oise. On a l’habitude à Jouy sous Thelle, dans l’Oise. On s’assoie sur les légitimes préoccupations des citoyens à Jouy sous Thelle, dans l’Oise. Dans l’Oise, où maintenant les habitants de ce département, attendent avec impatience la suite du feuilleton « tragicomicopolitique » qui met, régulièrement, notre petit village sur le devant de la scène départemental. Pour vivre heureux, vivons caché ! Hé bien c’est encore raté. On n’a vraiment pas besoin de toute cette publicité promue par l’incompétence des administrateurs de notre commune. En attendant il va bien falloir inaugurer cette salle socioculturelle, source de tant de débats, de discussions et d’affrontements. Car le ciné rural reprend le 7 septembre. La salle rénovée va-t-elle héberger le périscolaire ? Une bibliothèque sera-t-elle installée dans ces locaux tout neufs. On peut s’interroger à quelques jours de la rentrée. Mais la Mairie ne communique pas….Comme à son habitude. Chuuuuuut ! Elle est en vacances ! On vous l’a déjà dit…

    Tout le village était immobile, englué dans l'oubli de la sieste d'été (Marguerite Duras)

     

     


    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  22/09/2012

    22/09/2012 08:04:19  

    Jouy sous Thelle au Top
    La salle socioculturelle est inaugurée. Ce n’est pas tous les jours que notre village peut s’offrir une telle fête. Nos élus du département n’ont pas manqué l’invitation. On a pu remarquer Mr Marini, Sénateur et Maire de Compiègne ; Monsieur Jean-François Mancel, Député ; Monsieur Nicolas Desforges , Préfet de l’Oise ; Monsieur Bruno Oguez, Conseiller Général ; Monsieur Jean Louis Aubry, Conseiller Général ; Madame Sylvie Houssin, Conseillère Générale ; Monsieur Gérard Lemaître, Conseiller Général et Président de la communauté de communes ; Monsieur Yves Rome Sénateur et Président du conseil général, retenu par d’autres obligations, se faisant représenter par les membres du conseil général ; enfin Monsieur Christophe Blanco, Président de la CAF. Ces personnes étant accueillies par Monsieur Hervé Lefevre, Maire de Jouy sous Thelle, assisté du Conseil Municipal. Les élus ont fortement souligné le caractère scolaire de la nouvelle salle socioculturelle. Sa vocation nouvelle de périscolaire, ayant déclenché l’attribution de dotations et de subventions des diverses collectivités locales représentées par les élus précédemment cités. Les autres attributions de cette nouvelle salle se destinant à une activité culturelle (cinéma, spectacles, etc..).Si l’aspect extérieur de la salle peut amener quelques remarques d’ordre artistique, l’aspect intérieur de la nouvelle salle est en rupture totale avec l’ancienne salle, devenue, vétuste, désuète et obsolète. Cerise sur le gâteau, qui va ravir les anciens de notre commune, l’atmosphère de la salle qu’ils construisirent il y a plus de soixante ans, est magnifiée, en alliant la tradition aux modes de notre époque.


    Pourquoi des mecs élus par nous pour faire ce qu'on veut, au lendemain des élections, font ce qu'ils veulent? (Coluche)

     

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  26/08/2012

    26/08/2012 08:41:28

     

     Vacance du pouvoir ou pouvoir en vacances?
    Une famille est dans la détresse à Jouy sous Thelle. Sa belle maison, très récemment restaurée, a été la proie des flammes, le samedi 18 août, à l’aube. Sinistre important s’il en fut, car 4 corps de Pompiers furent rapidement diligentés sur les lieux de la catastrophe. Car c’est une catastrophe, si l’on considère la perte du logement et de toutes les affaires de cette famille de trois personnes, le préjudice moral et physique, auxquelles viennent s’ajouter l’incohérence, l’imprévoyance, l’incompétence, l’insuffisance, les atermoiements et l’indécision de l’équipe municipale de Jouy sous Thelle. Rien de nouveau sous le ciel de Jouy sous Thelle ; une fois de plus, les médias du département vont pouvoir relayer, auprès des habitants de l’Oise, les ridicules disfonctionnements de nos élus. Comme tout honnête citoyen, notre Maire a parfaitement le droit de prendre des vacances, quand bon lui semble. Voyez pour cela, notre Président Hollande. Celui-ci est en vacances au fort de Brégançon et n’hésite pas à prendre le train et interrompre ses vacances, en cas d’évènements exceptionnels, qui nécessitent sa présence. Mais il semble qu’à Jouy sous Thelle, ce ne soit pas le cas. Il est permi de supposer que les fonctions administratives ne soient pas déléguées vers les premiers et seconds adjoints. C’est pour cela qu’ils existent ; remplacer, le cas échéant, Monsieur le Maire, pendant les absences éventuelles de celui-ci. Â un moment donné, on a du mal comprendre un truc dans l’administration de la Mairie de jouy sous Thelle. Des subtilités nous échapperaient encore. Donc on peut de nouveau observer, qu’un pouvoir hégémonique règne dans toute sa splendeur, dans notre pauvre village. Une domination sans partage. Nous souhaitons vivement et de tout cœur que cette famille sinistrée entrevoit une issue positive aux grandes difficultés qui sont la conséquence du désastre qui la frappe. En outre, nous vous recommandons l’article richement documenté de LECHOJOVACIEN.

    Chaque vacance du trône est suivie d'une affreuse guerre civile. (Montesquieu)

     


    votre commentaire
  • Disque de stationnement : nouveau modèle normalisé obligatoire

        

      
    10-04-2012

    Depuis le 1er janvier 2012, le disque de stationnement "bleu", à une fenêtre est obligatoire. Bien peu d'administrés le savent, mais ce modèle normalisé communautaire remplace le bon vieux modèle français sous peine d'amende... Présentation.

    Les plus chanceux se le feront offrir par leur municipalité ou bien par quelque commerçant à l'âme propagandiste. Les autres devront se le procurer dans le commerce. Sous peine d'amende !


    Image © LQA - E. Bergerolle

    C'est la Fédération française des Véhicules d'Epoque qui, contre toute attente, nous rappelle l'entrée en vigueur d'une loi qui concerne les voitures modernes plus encore que les anciennes : depuis le 1er janvier 2012, le disque de stationnement en France, comme dans la plupart des autres pays européens, doit comporter une seule fenêtre indiquant uniquement l’heure d’arrivée et plus l’heure de départ.

    Le défaut d’utilisation du disque adéquat est sanctionné par une amende correspondant aux contraventions de la première classe en matière d’arrêt et de stationnement, soit une amende forfaitaire de 17 €. Toutefois les cas de verbalisation semble être rares, sinon inconnus. Les forces de l'ordre ne devraient verbaliser qu'à compter de cet été.


    Un modèle européen
    Suite aux recommandations de la conférence européenne des ministres des transports des 30 et 31 mai 1979, les pays d’Europe ont adopté des modèles de disque de stationnement, comportant tous le symbole P et ne mentionnant que l’heure d’arrivée du véhicule afin que les collectivités puissent adapter la durée de stationnement aux besoins locaux.



    En France, le disque de stationnement doit désormais être conforme aux caractéristiques décrites dans l’arrêté du 6 décembre 2007. Ainsi, l’ancien disque à deux fenêtres « heure d’arrivée » et « heure de départ » est remplacé par un disque n’en comportant plus qu’une seule indiquant l’heure d’arrivée.
    Le temps maximal de stationnement n’est plus de 1h30 mais laissé à la libre appréciation des communes, grâce à une graduation en heures, demi-heures et en tranche horaire de 10 minutes. Le modèle français est un carré de 150 mm x 150 mm.
    Les nouveaux disques sont disponibles soit auprès de la mairie si celle-ci a décidé de prendre en charge la fabrication des disques, soit dans les magasins d’articles automobiles. Toutefois une pénurie pourrait être à craindre en même temps que celle qui touche les éthylotests, à mesure que l'information se propage et que la menace d'une verbalisation grandit.

    Eric Bergerolle

       a bientot    Amitiés
     



            les Carnets de Jules Hostouley

    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  24/08/2012

    24/08/2012 06:05:50    

     la traite des « Vaches à lait »
    Haaa!! Les Vaches! Raz le bol des vaches à lait ! La rentrée se précise. La politique fait sa rentrée. Le gouvernement aussi. C’est l’heure de mettre en place les promesses électorales. Le Président Hollande avait évoqué un rattrapage du prix de l’essence à la rentrée. Du coup, les journalistes sont partis faire un « micro-voiture ». C’est quoi un « micro-voiture » ? Hé bien ! C’est comme un micro-trottoir ; on va demander leur avis au gens de la rue ou du trottoir ; ensuite on rapporte le tout au studio et on classe les réponses et les questions pour présenter ce reportage au « 20hoo ». On a pris soin de saupoudrer un peu de « pour », un peu de « contre » ; on élimine les réponses à caractère trop abrupte. C’est ainsi que l’on fait un reportage qui manipule l’opinion sans vergogne. Dans un sondage on tripatouille les chiffres pour lui donner une couleur approchante des désirs du commanditaire (du sondage). Dans un micro-trottoir, on laisse croire au bon peuple qu’il a encore une parcelle de pouvoir, une miette de jugement objectif. En clair, on se fout de la « gueule » du téléspectateur, on considère le citoyen comme un parfait abruti. Alors que, ce qui pourrait être intéressant, c’est l’avis des responsables politiques et des dirigeants, l’audition des véritables acteurs du sujet concerné par le reportage. L’avis des passants ne présente pas d’intérêt. De toute manière, ils l’ont déjà donné leur avis, les passants du « micro-trottoir » ; à l’occasion de chaque convocation électorale. Et la vie politique nous en offre souvent l’occasion. Donc pour en revenir à notre « micro-voiture », à chaque hausse du baril de pétrole, nos journalistes s’en vont quérir le sentiment des « vaches à lait » qui paissent tranquillement dans les allées fleuries d’une station distributrice de la substantifique moelle (l’essence) de notre civilisation. Civilisation décadente qui a tout basé sur le pétrole. Tant pis pour elle! Â chaque fois le troupeau des « vaches à lait » beuglent et meuglent de concert.. « Automobilistes vaches à lait…. Que fait le gouvernement…. Jusqu’où cela ira-t-il ?.. Où est passée la Police ?.. Et cetera, et cetera, et cetera…MeuHHHH !!. Lorsque l’on observe la tronche de certaines « vaches à lait » et la taille du véhicule qu’elles sont en train d’abreuver, on se dit que si le sans-plomb passe à quatre Euros, elles auront encore largement les moyens de rouler ; et de….Beugler….. Et de mugir. On peut même remarquer de très « grosses vaches » qui, à dix euros le litre, partiront encore en vacances, au bout du monde. Tout cela prête à rire, évidemment. On voudrait bien pouvoir s’esclaffer. Mais c’est une histoire triste ; à en pleurer. Les vraies victimes de ces sempiternelles augmentations des carburants sont rarement interrogées. Et c’est le lot du plus grand nombre. Malheureusement ! Quelques centimes d’euros d’augmentation par litre et c’est leur budget loisir qui est amputé durablement ; pour ne pas dire : foutu. Ces victimes, si on les interrogeait risqueraient de fournir des réflexions et des réponses qui fâchent, sur l’état de notre société ; des appréciations circonstanciées sur nos dirigeants et nos responsables ; enfin des avis réalistes et sans concession sur le comportement d’une partie de nos concitoyens (souvent les plus aisés). Ce qui démontre bien l’hypocrisie de ces « micro-voiture », c’est qu’en cas de baisse des carburants (ça arrive, parfois), pas de délégation journalistique auprès des « vaches à lait » qui viennent laper, journellement, le précieux nectar de leur gros et ventru véhicule chéri. Non ! On n’en parle même pas au « 20h00 ». C’est pourquoi, on en a raz la casquette, de tous ces « plaignards », de tous ces geignards, trop souvent bien nantis et « plein au as », qui viennent alimenter, trop souvent, le brouhaha perpétuel des éternels mécontents. Dans ce domaine, aussi, la vraie pauvreté ne se plaint presque pas, ne s’exprime pas, ne rugit pas. Et pourtant c’est le lot de la grande majorité de nos concitoyens.

    Mort aux vaches !


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  21/08/2012

    21/08/2012 08:58:17  

     

    Microcoupures
    Non ! On ne vous interdit pas de causer ! Votre micro ne vous est pas confisqué ! Il n’est pas coupé. Rien de tout cela, mais il s’agit de toutes ces coupures de courant mortelles pour nos petits matériels électroniques et aussi dévastatrices sur l’électronique raffinée du gros électroménager ; comme on dit chez Darty. Des microcoupures dit-on, aujourd’hui. Qui sont occasionnées par le mauvais état du réseau. Pas de ces coupures occasionnées par les orages. Des coupures de quelques minutes à quelques dizaines de minutes. Non ! Mais des microcoupures que les responsables du réseau n’ont pas vraiment cherché à éviter, par manque d’entretien du réseau. Â la suite de la tempête 1999 le réseau a subit des dommages considérables. Les équipes d’EDF on fait un travail remarquable, à l’époque, dans des conditions effroyables, pour rétablir une distribution du courant sur les trois quart du territoire Français. Il fallut, alors, parer au plus pressé. Mais depuis EDF et ensuite ERDF ont négligé l’entretien de ce réseau fragilisé par les intempéries. Les Mairies, très frigides aussi dans ce domaine, n’ont que trop rarement, relayé les doléances des abonnés, auprès des services d’ERDF. Il aurait fallu engager des capitaux importants pour examiner point par point et en détail toute l’infrastructure du réseau, et remédier aux nombreuses séquelles, occasionnées par la tempête. Des séquelles qui finissent par entrainer des pannes à répétition sur une partie du réseau. Ces microcoupures sont le plus souvent occasionnées par un incident sur les lignes électriques ; malveillance, oiseaux, chute de branches, ruptures de lignes ou chute de la foudre. Ces incidents déclenchent automatiquement l’intervention des éclateurs qui provoquent des coupures qui ont pour tache de protéger le réseau. Un peu comme un disjoncteur. Hors ces éclateurs ont tendance à se déclencher plus souvent que nécessaire et provoquent ces microcoupures sur notre alimentation électriques. ERDF a depuis longtemps mis au point des dispositifs plus sécurisés en matière de protection du réseau. ERDF remplace les éclateurs par des parafoudres beaucoup plus performants. Mais elle le fait à une cadence beaucoup trop faible pour la sécurité des installations. Préférant investir les capitaux dans les centrales productrices de courant électrique, plutôt que dans la modernisation du réseau. Il aura fallu la catastrophe de Fukushima pour qu’ERDF revoie ses priorités en matière d’investissement .Depuis Fukushima rien ne sera plus comme avant dans le monde merveilleux de la « Fée Électricité » . Mais ERDF trainait encore les pieds, récemment, pour moderniser son réseau. Elle vient d’annoncer, il y a quelques mois, qu’elle allait mettre le paquet sur l’entretien, la modernisation du réseau et la sécurité des centrales. Elle a , en outre, chuchoté, voire murmuré, quelques semaines plus tard, que le kilowattheure allait augmenter de manière considérable dans les prochaines années. Donc nous sommes en droit d’attendre un réseau mieux entretenu dans les prochains mois, les prochaines années.

    « Une panne d’électricité laisse l’aveugle indifférent. » (Grégoire Lacroix)

     


    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  19/09/2012

      19/09/2012 09:43:44 

    Coupez !
    Un scénario qui devient en vogue, sur le plateau, à Jouy sous Thelle . En vedette, j’oserais dire ! Nouvelle vague de coupures sur nos lignes électriques. Micro-coupures en série. Film catastrophe pour nos appareils ménagers, pilotés par de la micro-électronique fragile, qui risquent leur vie, à tout instant. C’est Darty qui se frotte les mains. Doublement ! Quand il sait très bien que les industriels construisent des matériels ménagers « bio-Dégradables ». Un terme détourné de sa vraie signification, mais qui exprime mieux notre indignation, notre inquiétude, notre colère, enfin ! L’industrie est actuellement dans le marasme, parce que poussée par la concurrence, elle s’est mise à produire de la qualité, à prix moins cher, à partir des années 70. Forte de ce constat, depuis plus d’une décennie, elle a révisé sa politique, en introduisant dans ses productions des maillons faibles qui entrainent la mort de votre appareil, quelques mois après la fin de la garantie… Comme par hasard ! Évidemment, elle ne peut pas saboter sciemment la qualité de ses nouvelles machines à laver, par exemple. Sinon, elle irait à la faillite ; devant faire face à ses obligations de garantie ; étant, du même coup, éliminé du marché, par ses concurrents, beaucoup plus fiables. Non rien de tout cela ; mais elle introduit dans la fabrication, des matières, des éléments ou des substances, qui casseront au bout de quelques années, ou court-circuiteront les entrailles de votre précieux matériel. Autrefois un engin durait en moyenne 10 ans, au prix, souvent, de quelques petites réparations. Mais aujourd’hui, Darty, vient épauler, efficacement, les industriels, en pratiquant des prix de réparation « obscènes » ; des diagnostiques de panne digne du « gangstérisme » . Qui rendent, par conséquent, irréparables, au sortir de la garantie, les produits de l’électroménager. Et de plus, maintenant, ERDF entre en scène, pour éliminer les matériels électriques des usagers. Il faut rappeler qu’ERDF a été mise en demeure, récemment, de mieux entretenir son réseau de distribution. Elle s’y emploie depuis peu ; mais la tache est immense ; tant le laxisme fut grand, en cette matière, pendant plusieurs décennies. C’est pourquoi, nous ne pouvons plus tolérer que le réseau ERDF soit en si mauvais état. Quand on sait que les autorités ont déjà prévenu le public des augmentations très importantes du prix du Kilowattheure, dans la prochaine décennie. Et si vendredi prochain 21 septembre, on expliquait tout cela, au détour d’une coupe de Champagne, à la prestigieuse et respectable délégation d’élus, de tout poil, qui va venir inaugurer en grande pompe (pas en tongues), la salle socioculturelle de Jouy sous Thelle. Après tout ce sont eux qui ont le pouvoir et qui détiennent les cordons de la bourse. En douteriez-vous encore ?
     Une panne d'électricité laisse l'aveugle indifférent. (Grégoire Lacroix)


    votre commentaire