• Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  08/06/2012
      08/06/2012 06:58:25
     

     C’est l’plombier ! Qui çààààà ????
    Le plombier Polonais est rentré au pays. Et La Pologne, comment ça va ? Très bien merci ! Après avoir été sortie de la mouise socialo-communiste Soviétique le 1er mai 2004 et mise sur la rampe de lancement de la prospérité, grâce aux fonds de l’Europe (nos fonds), la Pologne est devenue un pays de cocagne en matière de réussite économique. Qui n’est visiblement pas prêt à renvoyer l’ascenseur vers des pays comme l’Espagne. Qu’il faut maintenant sortir de la mouise. La volonté et la couleur politique de ses dirigeants nationalistes faisant bien comprendre au reste de l’Europe qu’elle n’envisageait pas, il y a peu, de partager les emmerdements des autres…Pays de l’Europe. Heureusement, une catastrophe aérienne est venu quelque peu corriger ces perspectives politiques peu en adéquation avec les aspirations d’une Europe démocratique. Il est vrai qu’embarquer le Président, une partie du gouvernement et quelques autres personnages importants en Pologne, dans le même avion, peut comporter quelques risques. C’est ce qui arriva : voler sur un Tupolev, soumis à des normes de sécurité encore très décalées par rapport à celles de l’occident, avec un équipage qui s’obstine à atterrir en PSV , malgré les injonctions de la tour qui ordonnait un atterrissage vers un autre aéroport. Cela peut  changer le cours politique d'un pays. C'est ce qui a fini par arriver. Donc aux élections suivantes, exit le jumeau du Président, et arrivée au pouvoir du leader libéral. Mon opinion est que, dans son histoire, la Pologne s’est souvent entêtée, avec courage, mais aussi avec un manque certain de maturité diplomatique, sur une ligne politique intenable en Europe centrale. Un pays Catholique noyé dans un océan de pays Orthodoxes et Luthériens. Très difficile de survivre politiquement ! Au XIXème siècle la Pologne n’existe plus, partagée par la Prusse, la Russie et l’Autriche. En 1939 La Pologne pense pouvoir contrecarrer les ambitions politiques d’Hitler, par sa seule action militaire ; trop confiante dans une armée courageuse mais surannée, face aux blindés modernes et aux stukas Nazis, exterminateurs et déterminés. Obligeant ses alliés à déclarer, dans la précipitation, la 2ème Guerre Mondiale. En 1980 la détermination courageuse de la classe ouvrière Polonaise, emmenée par un leader politique, devenu célèbre, sape les fondements du régime socialiste des pays de l’Est, annonçant la chute du mur de Berlin en 1989. Dans la tourmente Européenne actuelle, la courageuse Pologne saura-t-elle être à la hauteur de ses engagements Européens ? Car la voix de la solidarité est venue en Europe. C’est là, la seule voix que l’on devrait entendre maintenant.
    Solidarność

      



    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  06/06/2012
      06/06/2012 07:00:39 
     

      

    Coquette petite maisonnette
    « « Depuis quelques mois de nombreuses maisons sont mises en vente à Jouy sous Thelle. Modestes petites maisons, amoureusement entretenues et fleuries tout au long de la belle saison et parfois plus. Petites maisons qui sont le plus souvent le logis d’une ou deux personnes aux revenus aussi modestes que leur petit pavillon, fruit de décennies de travail et d’économies. Les enfants ont grandi et se sont installés le plus souvent aux abords d’une grande agglomération. La maison est devenue très calme, voire souvent silencieuse. Nos retraités, car ce sont bien des gens qui ont pris leur retraite, après avoir peiné toute leur vie pour accéder à la propriété, comme on dit dans le ministère du logement, peuvent enfin jouir pleinement de leur modeste demeure, si chèrement acquise. Croyez-vous qu’ils le puissent vraiment ? Hé bien non ! Un consortium de communes en a décidé autrement. Un consortium qui se fait appeler « Syndicat des eaux du Rû du Mesnil ».Ils savaient, nos vénérables Papys et Mamys, que la note allait être salée (terme un peu bizarre pour une eau que l’on nous dit propre, potable et non polluée). Mais cela dépasse, aujourd’hui, toutes leurs prévisions. Cela faisait des années que des gens responsables, des associations comme l’ADUEC, les mettaient en garde contre des projets d’assainissement très peu respectueux des budgets des habitants. Nos malheureux retraités furent-ils trop confiants dans les actions de leurs élus ? Furent-ils très mal informés ? On ne le saura jamais. En tout cas leurs demeures sont à vendre. Et comme le prix de l’eau est devenu dément dans la commune ; pas beaucoup d’acheteur au portillon ! Actuellement les futurs acquéreurs se font communiquer toutes les caractéristiques techniques des futurs logements qu’ils désirent acquérir. Ils n’achètent plus au « coup de cœur », de nos jours. Quand on sait que certaines communes très proches de notre village distribuent l’eau potable à 1€ le m3 , il n’est pas difficile de remarquer vers quels cieux se dirigent leurs aspirations. » » Que dites-vous ? Vous avez la gueule de Bois ! Normal tout ceci n’est qu’un cauchemar ; de la fiction pure! Vous avez fait un mauvais rêve ! Tout ce que l’on vient de dire n’est qu’élucubration ….Mais ! (j’insiste !) Mais cela pourrait bien se passer vers les années 2015/2016 ; heureusement ce n’est pas encore la réalité. C’est pourquoi la balle est encore dans votre camp. Vous avez encore la possibilité d’influer sur votre avenir. Rien n’est perdu. Mais il ne faudrait pas tarder à faire connaitre votre opinion sur ce dossier.
    For sale



    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  05/06/2012
       05/06/2012 07:31:56 
       

    Marché Commun  Marché Humain
    Marché de Noël ; Marché aux Fleurs ; Marché aux Chevaux etc…. Des lieux, des espaces d’humanité et de rencontre, face à ces grandes surfaces pourtant si utiles à notre économie, mais tant déshumanisées, elles aussi. Marché de Saint Paul ; Marché de Gournay ; Marché de Beauvais. Des marchés aux portes de nos villages. Des marchés qui ont toujours autant de succès. Le petit dernier ; celui de Saint Paul, a su adapter quelques-unes des recettes du marché de Gournay, sans lui porter ombrage, car distant de plus de 20 kilomètres. Un nouveau marché à caractère animalier, entre autre, qui avait disparu dans le Beauvaisis. La création, sous une halle, d’une commune dynamique, dans un cadre naturel de rivière et de zones marécageuses aménagées. Le marché de Beauvais n’a rien perdu de son lustre, au fil des années, même si ses deux journées hebdomadaires sont parfois contestées, par quelques commerçants sédentaires et riverains de la place des Halles. Le marché de Gournay, un peu éloigné de chez nous, n’a rien perdu de son importance, au fil des décennies. Sa halle aux volailles est toujours aussi remplie et surtout toujours aussi bruyante, qu’il y a cinquante ans. Gournay, une petite ville, un chef-lieu de Canton, fort de ses deux cent commerces et de ses deux marchés hebdomadaires, qu’animent plus de cent commerçants non-sédentaires. Une petite ville, à taille humaine, qui peut attirer des retraités, pouvant ainsi, pratiquement se passer de véhicule, tant sont divers et nombreux les commerces de ce petit bourg. Un réel enjeu des temps futurs, lorsque les couts et l’utilisation de l’automobile en zone urbaine atteindront des sommets pas encore vraiment envisagés. Nous avons, aussi, bien connu un marché un peu plus éloigné, mais très important ; le marché de Formerie ; le marché du mercredi. Ayant résidé à Formerie et dans les environs, nous avons gardé le souvenir d’un marché très divers et très animé. Avec sa Halle au Beurre, où se négociaient de gros paniers de beurre bien jaune ; des rasières débordantes des œufs pondus dans les poulaillers du canton. Son marché aux cochons très célèbre et aussi son marché aux veaux. Rien que trois halles pour abriter tout ce négoce. Nous avons, encore, bien connu un marché très coloré, très vivant, très bruyant, très odorant, très chantant. Un marché chanté par Gilbert Bécaud. En descendant le cours Lafayette, dans les bas-quartier de Toulon. Un marché plein d’odeurs et des injonctions amicales, mais fermes, des matrones maraichères, qui vantaient leur étal magnifique de tous ces parfums, de toutes ces couleurs, de tous ces fruits, de tous ces légumes de ma Provence natale. On pouvait critiquer la marchandise, mais il fallait présenter de solides arguments, pour cela. De grands éclats de voix, de grands gestes, des jurons et finalement des éclats de rire. Tout çà « avé l’assent » C’est toujours ainsi dans le sud, sur le bord de la Méditerranée. Tous ces marchés qui ont survécu à la grande distribution, le doivent à la grande humanité de leurs acteurs, commerçants, camelots ou forains et aussi à la fidélité, l’assiduité, l’intérêt d’un public qui n’a jamais failli à son rôle.


    Il y a tout au long des marchés de Provence Qui sentent, le matin, la mer et le Midi Des parfums de fenouil, melons et céleris (G Bécaud)

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  03/06/2012
    03/06/2012 06:47:57  

    Faîtes des Maires
    Faîtes ou défaites les Maires. C’est là votre choix citoyen aux prochaines municipales. Quand à la Fête des Mères ; vous n’avez plus le choix ; c’est aujourd’hui. Trop tard pour le cadeau ! On vous avait prévenu ! Une fête avec une connotation politique, elle aussi. Instituée après la guerre de 14 pour rendre hommage à toutes les mères qui avaient perdu un être cher. Inscrite au calendrier, dans les années 40, par le vainqueur de Verdun, lui aussi un héros de la 1ère Guerre Mondiale. En vue de relancer, à l’époque, la natalité défaillante, en France. Une Fête entérinée officiellement dans les usages, par une loi votée en 1950. Une fête devenue commerciale, par la suite. Mais il faut bien que le commerce vivre…Survivre, même, en ces temps de difficultés économiques. En ce qui concerne la « Faîtes des Maires » cela pourrait devenir aussi la « Fête des Mères » tout au long de l’année. Et par le fait même, la Fête de la famille ; la Fête des Ménages. Car la Mère, en plus de son salaire, est toujours la « Maîtresse de Maison » ; la « Fée du logis ». Elle a encore pour vocation de gérer une grande partie du budget familial. Ses finances risqueraient d’être considérablement alourdies, dans l’avenir, par la politique désastreuse de nos Maires, en matière d’assainissement. On a connu dans le passé des triumvirats désastreux en politique ; Jules César en fut même victime, dans une Rome que l’on dit, de nos jours, toujours Antique. Dans le projet du Rû du Mesnil le «Quinqumvirat » des Maires aura précipité aux orties le budget de nos Mères, si l’on n’y prend pas garde. L’ADUEC nous appelle à rester vigilant face au Cartel des Maîres du Rû du Mesnil. Défaites ce projet d’assainissement trop couteux pour les finances familiales de nos cinq communes ! Proclame-t-elle ! Ce qui pourrait, alors, entrainer la « défaite » de nos cinq élus, lors de la prochaine consultation municipale. Ils ne doivent pas être à la fête en ce moment, nos vénérables et très respectés Maires, toujours en charge du légitime mandat, accordé lors du dernier scrutin municipal, par la majorité d’entre nous. Comme on les comprend dans leur détresse ; investis d’un projet qui risque de briser leurs frêles épaules. Le métier de Maire a évolué. Les dossiers sont devenus plus lourds à porter. Mais ils le savaient très bien, lorsqu’ils ont sollicité notre suffrage, ces Maires maintenant pris au piège de leurs responsabilités. Ils ne pourront plus faire la Fête, dans l’avenir, nos Maires, si les habitants renvoient aux Calendes Grecque, ad vitam aeternam, le fruit de leur travail : un projet aussi mal ficelé. De « Fait », ayant perdu la légitime confiance de leurs électeurs, ils seront mis au « Fait » de leurs responsabilités ; au pied du mur, en quelque sorte. En « Fait » c’est à nous électeurs, de nous mobiliser pour entrainer la « Défaite » de ce trop couteux projet. Au « Fait » aviez-vous perçu  les choses sous cet angle ?
     C’est aujourd’hui la « Fêtes des Mères » et nous souhaitons « Bonne Fête à toutes les Mamans ». Quand à nos chers élus municipaux, en l’occurrence le «Quinqumvirat » des Maires du Rû du Mesnil, si le résultat de leur travail n’est plus en adéquation avec vos aspirations, vous pourrez toujours profiter du prochain scrutin municipal de 2014, pour leur faire leur « Fête » ! (Électoralement parlant ; cela va sans dire !)
    Fest-noz

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  01/06/2012
     1/06/2012 06:55:22  

      On ne va pas en faire un fromage
    Comment voulez vous gouverner un pays qui compte plus de 365 sortes de fromages ? Dit un jour, le Général De Gaulle. Une allusion à la pesanteur administrative de notre pays. Une référence à la quasi permanence de la contestation des institutions. En France tout est revendiqué, contesté, décortiqué, discuté, analysé, critiqué, jugé puis voté ou rejeté. Pas confortable tout çà, pour un homme politique, même très éminent, qui s’est mis en tête de réformer le réformable. Car il y a beaucoup de tabous dans ce domaine et beaucoup d’irréformable dans nos institutions. Notre nouveau Président n’aura pas cette peine à l’issu du scrutin législatif. Dans quelques semaines, la France sera le prochain domino qui va être bousculé par le domino Hispanique, qui est déjà en train de s’effondrer. Les réprimandes de l’Europe sur notre politique de restriction budgétaire et la perte de notre crédit auprès des agences de notation, auront mis le feu à la structure administrative et financière de notre pays, déjà pratiquement constituée de cendres et de scories. Le Président Hollande devra, alors, sauter très rapidement dans l’équipement du Super Pompier pour tenter de circonscrire le sinistre de notre économie en ruine. L’heure sera à l’annonce des tours de vis budgétaires, des restrictions, des licenciements, de la levée de nouveaux impôts. Exit les promesses électorales ; bonjour la rigueur. « Ce n’est pas de notre faute ! Sera-t-il, alors, proclamé ! C’est la crise madame ! C’est la crise, je vous dis ! » Je suis convaincu qu’il est plus facile d’administrer un pays en crise comme le notre, plutôt que la France des 30 glorieuses, que l’on cite si souvent, en exemple, avec nostalgie. Tant les revendications de tout bord,
    en période faste, affluent, quotidiennement sur les bureaux de tous les ministères. Les Churchill, Roosevelt, De Gaulle, Pétain, Clemenceau et autres Napoléon, se sont forgés une solide réputation et une grande gloire, dans les périodes de crises ; dans les années de guerre. -  365 fromages, disiez-vous, donc ? Alors il faut ajouter le 366ème ! - Comment dites-vous ? Encore un fromage ? - Héééé ! Oui ! Le Hollande ! Si vous voyez ce que je veux dire………….
    Si vous êtes gêné par l’odeur du fromage ; bouffez-le ! (Tendance)

     


     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  31/05/2012
        31/05/2012 06:53:25 

    Vexin Thelle
    La communauté de commune du Vexin Thelle a toute compétence pour l’assainissement collectif ou individuel. Pourquoi n’intervient-elle pas dans le financement du projet d’assainissement du Ru du Mesnil ? Une communauté de communes forte de 42 communes et de plus de 20000 habitants. Un sujet brûlant sur lequel nous tenterons de nous pencher dans les prochains jours. Â bientôt.


    « Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton. » (Albert Einstein)

     


     



    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  29/05/2012
      29/05/2012 07:03:16   

    Bankia BanKeroute
    Les banques Espagnoles dans la tourmente ; l’État Espagnol qui risque la faillite ; L’immobilier qui affiche des pertes sans précédent ; un quart de la population active, sans emploi. N’y a-t-il eu personne, dans la Patrie de Cervantès pour crier « casse-cou » ? N’y a-t-il pas eu de gens assez raisonnables pour fustiger cette folie immobilière ? N’y a-t-il pas eu de gouvernements assez responsables, pour règlementer cette course effrénée à l’urbanisation tout azimut. N’a-t-on pas dit « construire des châteaux en Espagne ». Preuve que le risque a toujours été très grand, dans ce domaine. Aujourd’hui la monnaie Européenne n’a jamais autant été menacée. Beaucoup de nouvelles difficultés dans la cour de Mr Hollande. Prévues ou imprévues ; on ne sait pas. Faudra lui demander ce soir, au journal télévisé. Notre Président venant présenter le bilan des premières actions de son quinquennat. Qu’on aimerait qu’à Jouy sous Thelle, un élu vienne se soumettre au feu roulant des questions d’un journaliste…. De la radio, par exemple….Régionale et locale, parce que l’on est modeste. Car on n’a pas de station Télé à Jouy sous Thelle. Pas encore… Quoique ! Quoique ! Je me suis laissé dire que dans les milieux autorisés, vers le 1er avril de cette année, on a murmuré, mais vraiment susurré, l’éventualité, de l’installation d’une chaine de télé municipale
    en notre bonne ville de Jouy sous Thelle. Vous devez vous en souvenir, n’est-ce-pas, mais cela est une autre histoire. Donc ce serait tellement bien ce type de communication à Jouy sous Thelle. Faut-il que les enjeux du mandat municipal soient infiniment plus importants que ceux de notre nation tout entière, pour que l’on entretienne le secret, le flou artistique autour des projets et des réalisations de la Municipalité ? Ce soir le Président Hollande, en charge de tous nos espoirs, nos souhaits, nos désirs, portant sur ses épaules, tel un Hercule, les secrets les plus lourds d’une démocratie moderne comme la notre, sera au Rapport, comme on disait à l’Armée, à notre époque. Ah !!! Si à Jouy ça pouvait être un peu comme çà………


    « Taisez-vous Elkabbach ! » (Georges Marchais)

     


     



    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  28/08/2012

        Point propre à jouy
    On peut remarquer dans la rue principale de Jouy, la rue de la Poste, en l’occurrence, un dépôt de sacs kakis au contenu verdoyant. Un dépôt qui trône sur la chaussée réservée en principe aux piétons. Un dépôt qui trône depuis de nombreuses semaines. Un dépôt qui trône depuis des mois, maintenant. Chacun a pu se réjouir, dans un premier temps. Création d’un coin propre à Jouy . Enfin une bonne initiative de la Mairie. Après la disparition de notre déchetterie, judicieusement placée juste en face de notre très respectable cimetière ; un emplacement choisi,vraiment au dessous de tout. Il n’y a qu’à Jouy que l’on peut observer de telles incongruités. Deux décharges, deux dépotoirs, en quelques sortes. On pourrait faire de l’humour noir, mais là n’est pas le propos .Quel manque de respect pour les défunts ; assimiler leur dernière résidence à une décharge. Heureusement, en son temps, la communauté de commune a mis fin à cet outrage. Involontairement, certes. C’est, chacun s’en souvient, la dissolution de l’ancienne communauté de commune qui a entrainé la fermeture de la déchetterie de Jouy sous Thelle. Au profit de Porcheux, une toute petite commune très prospère, doté d’un Maire très influent et surtout très efficace. Maintenant les Jovaciens (en attendant on les appellera encore ainsi, si vous le voulez bien) font un aller/retour d’un peu plus de 6km pour aller garnir la déchetterie de Porcheux de tout ce que la société de consommation leur a refilé d’inutile, voire d’encombrant. Économisons le carburant, nous rappelle-t-on à chaque instant. Mais pour les Jovaciens cela n’a pas d’importance. Allez ! Roulez Bonnes Gens ! Encore un aspect de la mollesse de nos élus qui laissent périodiquement filer des aménagements financés par la communauté de communes, au profit de villages plus combatifs. Donc pour en revenir à notre troupeau de sacs kakis qui squattent et broutent, maintenant, les trottoirs de la rue de la Poste ; grande fut la désillusion des citoyens de notre village ; ce n’était pas un nouveau coin propre ; ni même un amoncellement de sacs postaux (espoir du retour d’un véritable Bureau Postal ???) Non ! Mais l’illustration, une fois de plus, de l’indigence de la Mairie. D’ailleurs LECHOJOVACIEN , dans cette affaire, brosse un tableau élogieux mais fort triste de l’attitude de nos élus.

    Une déchetterie propre sur elle (anonyme)

    La guerre des sacs n'aura pas lieu.

    Amis Jovaciens!Mettons sac à terre.....

    Tendance

     

    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  27/08/2012

        Colchiques dans les prés
    Fleurissent, fleurissent. Colchiques dans les prés, c’est la fin de l’été. C’est aussi la fin des vacances. Et fin de la vacance de la Mairie. Après les récentes péripéties de l’équipe municipale, la rentrée pourrait être houleuse à Jouy sous Thelle, dans l’Oise. On a l’habitude à Jouy sous Thelle, dans l’Oise. On s’assoie sur les légitimes préoccupations des citoyens à Jouy sous Thelle, dans l’Oise. Dans l’Oise, où maintenant les habitants de ce département, attendent avec impatience la suite du feuilleton « tragicomicopolitique » qui met, régulièrement, notre petit village sur le devant de la scène départemental. Pour vivre heureux, vivons caché ! Hé bien c’est encore raté. On n’a vraiment pas besoin de toute cette publicité promue par l’incompétence des administrateurs de notre commune. En attendant il va bien falloir inaugurer cette salle socioculturelle, source de tant de débats, de discussions et d’affrontements. Car le ciné rural reprend le 7 septembre. La salle rénovée va-t-elle héberger le périscolaire ? Une bibliothèque sera-t-elle installée dans ces locaux tout neufs. On peut s’interroger à quelques jours de la rentrée. Mais la Mairie ne communique pas….Comme à son habitude. Chuuuuuut ! Elle est en vacances ! On vous l’a déjà dit…

    Tout le village était immobile, englué dans l'oubli de la sieste d'été (Marguerite Duras)


     

    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  28/05/2012
       28/05/2012 07:41:23 

         Titanic ou Costa Concordia
    Après les concertations, les informations et les réflexions de ces derniers mois ; notamment au mois de mai, qui fut riche en réunions profitables pour tous ; le projet d’assainissement collectif du Rû du Mesnil est venu s’échouer sur la plage rocailleuse de l’indignation de nos concitoyens. Le projet d’assainissement collectif, pourtant indispensable à nos communes, très mal piloté, dans les brumes de la désinformation, s’est engagé sur les hauts-fonds du mépris de la concertation des habitants et s’est finalement éventré sur les rochers, gardiens vigilants, de la détermination des électeurs. Â la barre, les capitaines des communes n’ont toujours pas accordés leurs appareils de communication envers un équipage avide d’information, toute légitime, sur le cout global de ce projet qui a fini par prendre de la bande dangereusement et a en définitive chaviré. Chaviré mais pas sombré. C’est le SOS, le message, que l’on peut retirer de nos propres conclusions, de la réunion d’information de l’ADUEC, de samedi dernier 26 mai 2012. Le navire est échoué et gravement endommagé, mais il peut être renfloué et voguer de nouveau pour le plus grand bien des habitants des 5 communes, concernées par le projet d’assainissement collectif. Non seulement l’ADUEC n’a pas fermé la porte de la concertation et de la négociation, mais propose, sa participation, ses idées et son aide pour remettre à flot un projet qu’il faudra bien remettre en ligne un jour ou l’autre, après avoir, évidemment, réduit la voilure et jeter par-dessus bord les lourdeurs du projet qui handicapent encore grâvement sa remise à niveau ; à un niveau du prix du m3 acceptable pour tous. Mais il ne faut pas se bercer d’illusions, en cette période de tempêtes monétaires, même si le prix du m3 est allégé, chacun de nous, devra affronter les vagues scélérates des surcouts du futur projet, pourtant relooké. Les plus faibles, financièrement, de nos concitoyens, toujours à fond de cale, risquant d’être submergés, voire noyés, par un projet, qui même allégé, en fera des naufragés et des victimes. C’est bien là le dilemme qui se dresse devant nous. Envoyer tout ce beau projet par le fond définitivement et se tourner vers un autre projet mettant en ligne des vaisseaux bien plus modestes pour les finances de chacun.Donc un projet, pour l’instant, unanimement rêvé, d’assainissement individuel, mais qui comporte des inconvénients, non négligeables, sur une navigation au long cours. C’est là le choix qui nous est proposé. Si ce n’est pas nous, pour l’instant, qui commandons le rafiot, c’est, quand même nous qui sommes dans la machine et qui pouvons faire voguer, par notre vigilance, notre détermination, ce projet d’assainissement vers des rivages plus respectueux du bien-être économique des habitants du syndicat des eaux du Rû du Mesnil. Souhaitons, de tout cœur, que cet assainissement, ne devienne par une galère.



    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  26/05/2012
       26/05/2012 06:25:02 

     Balle de match
    Cela s’empoigne dur en politique, en ce moment. Beaucoup de sport en vue des Législatives. Les amis d’hier, deviennent des adversaires. Les partis extrémistes peuvent ainsi ricaner. Et en plus l’Europe ne sort pas vraiment rassurée, quant à son sort, à l’issu des différents sommets. Les bourses se remettent à la baisse. Le AAA (triple A) de notre hexagone de plus en plus fragilisé. Il va encore falloir en passer par tout le vacarme des Législatives pour être fixé sur notre sort fin juin. En termes de privation, de récession et de chômage. Beaucoup de titres convoités en cette fin de printemps ; que ce soit à l’Assemblée ou à Roland Garros.
    « La chambre des députés, la moitié sont bons à rien. Les autres sont prêts à tout. » ( Coluche)

     

     



    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  26/08/2012
    ça devait arriver............

       Vacance du pouvoir ou pouvoir en vacances?
    Une famille est dans la détresse à Jouy sous Thelle. Sa belle maison, très récemment restaurée, a été la proie des flammes, le samedi 18 août, à l’aube. Sinistre important s’il en fut, car 4 corps de Pompiers furent rapidement diligentés sur les lieux de la catastrophe. Car c’est une catastrophe, si l’on considère la perte du logement et de toutes les affaires de cette famille de trois personnes, le préjudice moral et physique, auxquelles viennent s’ajouter l’incohérence, l’imprévoyance, l’incompétence, l’insuffisance, les atermoiements et l’indécision de l’équipe municipale de Jouy sous Thelle. Rien de nouveau sous le ciel de Jouy sous Thelle ; une fois de plus, les médias du département vont pouvoir relayer, auprès des habitants de l’Oise, les ridicules disfonctionnements de nos élus. Comme tout honnête citoyen, notre Maire a parfaitement le droit de prendre des vacances, quand bon lui semble. Voyez pour cela, notre Président Hollande. Celui-ci est en vacances au fort de Brégançon et n’hésite pas à prendre le train et interrompre ses vacances, en cas d’évènements exceptionnels, qui nécessitent sa présence. Mais il semble qu’à Jouy sous Thelle, ce ne soit pas le cas. Il est permi de supposer que les fonctions administratives ne soient pas déléguées vers les premiers et seconds adjoints. C’est pour cela qu’ils existent ; remplacer, le cas échéant, Monsieur le Maire, pendant les absences éventuelles de celui-ci. Â un moment donné, on a du mal comprendre un truc dans l’administration de la Mairie de jouy sous Thelle. Des subtilités nous échapperaient encore. Donc on peut de nouveau observer, qu’un pouvoir hégémonique règne dans toute sa splendeur, dans notre pauvre village. Une domination sans partage. Nous souhaitons vivement et de tout cœur que cette famille sinistrée entrevoit une issue positive aux grandes difficultés qui sont la conséquence du désastre qui la frappe. En outre, nous vous recommandons l’article richement documenté de LECHOJOVACIEN.

    Chaque vacance du trône est suivie d'une affreuse guerre civile. (Montesquieu)

    Il ne fait pas bon de tomber dans la difficulté et l'embarras dans notre beau village.

    Tendance

     

    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  25/05/2012
       25/05/2012 06:17:06   

    Assainissement perso
    Et si comme Porcheux on faisait son petit tout-à-l’égout pour soi tout seul ; rien que pour nous ; en famille. Un tout-à-l’égout propre sur lui ; sans odeur ; sans débat houleux ; étudié et installé dans la sérénité. Après tout pourquoi pas ? Porcheux y est bien parvenu ! Une si petite commune, sans commerçant, sans entreprise, juste quelques fermes. Avec un taux
     d’endettement très grand ; mais un budget à l’équilibre. Elle a réussi à financer son assainissement au moyen des subventions de l’ADTO, de ses fonds propres, de ses emprunts
    (??) et de sa politique intensive d’habitats nouveaux. Â Jouy sous Thelle, il y a 30 ans, on s’est penché, sérieusement, sur la question. Mais les études d’impact et les devis ayant été très artificiellement exagérés et gonflés, la municipalité d’alors, repoussa, avec effroi, le projet. Avec clairvoyance aussi, car déjà à l’époque, quelques petites communes s’étaient ramassées économiquement, au moment de l’entrée en fonction de leur nouvel assainissement. Mais Jouy s’est privé des moyens que Porcheux a déployé récemment. Il y a 30 ans, Jouy a refusé un gros projet d’urbanisme proposé par l’agence « Claude Michel » de Beauvais. 100 maisons devaient être construites à Jouy. Les terrains étaient déjà retenus. Mais la municipalité, très frileuse, refusa l’offre. Une offre qui sous-tendait l’installation de nouveaux commerces et peut-être de nouvelles entreprises. On entendit murmurer, à l’époque, qu’avec un tel projet, on risquait de voir venir de la « racaille » de banlieue. Milly sur terrain et Savignies, qui sont des communes du même ordre que Jouy (ce ne sont pas des chef-lieu de canton) ont su, à l’époque, prendre le train en marche, et développer leur commune. La fin des années 70 était encore larges de promesses. Pas comme aujourd’hui ; où dans un contexte général de crise gravissime, on veut se lancer dans des projets faramineux. Si des erreurs ont été commises dans le passé ; si des politiques beaucoup trop timorées ont été menées, l’heure n’est pas à la mise en place de vastes chantiers très couteux et pratiquement impossibles à financer. Il va falloir attendre,un peu, pour cela. Vous ne croyez-pas?

    Vous leur avez fermé la porte ; ils sont passés par la fenêtre

     

     



    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  22/05/2012
    24/05/2012 07:18:42 

      Thelle Bray : un rêve brisé
    On se souvient de ce scandale. Notre commune a du emprunter pour sortir de la communauté du Thelle Bray. Les autres communes de la communauté, aussi.
    Le Maire de Porcheux, présidente de la CCTB, responsable de la mauvaise gestion de la communauté disparue, est aujourd’hui à la tête d’une petite commune en pleine expansion. Petite commune, qui a déjà installé son tout-à-l’égout ; mis en chantier plusieurs lotissements ; dont un avec de très nombreuses parcelles qui sont à bâtir, en ce moment..Plus toutes sortes d’aménagements urbains sans commune mesure avec ceux réalisés à Jouy sous Thelle. Les câbles aériens y sont maintenant enterrés sur tout le territoire de la commune. Le clocher a lui entièrement été restauré. Lors de la réunion du 3 mai au soir à Fleury, à la question évoquant la mise en place de l’assainissement à Porcheux , il a été vaguement répondu que la politique d’expansion de Porcheux, lui avait permis de financer tous ces travaux, il y a environ deux ans. Ce seraient les futurs acquéreurs des terrains à bâtir, qui financeraient, en partie, le montant de ces travaux très importants pour une petite commune de 300 habitants. Pas vraiment convainquant !

    « Tenter de persuader, c'est démontrer que l'on n'a pas d'arguments pour convaincre. » (Elisabeth Wolff )

     



    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  22/05/2012
    22/05/2012 13:40:03 

    Entrechats et ronds de jambes
    Il se passe de ces choses, ma bonne dame, dont vous n’avez pas idée. Sur le site officiel de la commune  depuis près de quarante huit heures, un article à géométrie variable, papillonne et survole notre site communal ; apporte sa petite touche pointilliste, ici ou là, sur des informations de la plus haute importance. De la pure fantaisie ! Le site officiel de la commune  est la voix de l’information honnête et objective des élus et des dirigeants de notre commune. La municipalité se doit de parler d’une seule et même voix ! Un point c’est tout ! Donc, un site dont nous ne tarissons pas d’éloge ; tant il est à la hauteur de la compétence de ses initiateurs ; sur Internet on appelle ces personnes, des webmasters. Notre Maire, lui-même, rendit hommage à ces spécialistes, lors de l’ouverture officielle du site. Mais là, c’est, il est vrai, un article embarrassant, pour la survie du projet commun d’assainissement, qui suscite, notre émoi, notre émotion. On a l’impression que l’article évolue au gré des événements ; au gré des informations. Nous ne sommes pas du tout des journalistes, mais nous avons quelques embryons de connaissance du code de déontologie de cette profession éminemment respectable. Â savoir : quand un journaliste s’est trompé, ou qu’il a été fourvoyé par une de ses sources, il publie, le plus souvent un démenti, ou, ce qui est plus rare, retire carrément l’article (ce qui se fait parfois sous certaines pressions, dans l’audio-visuel). Et le tout accompagné des excuses de la rédaction. Rien de tout cela dans le cas présent. On sait très bien que gouverner et administrer, c’est le plus souvent l’art de louvoyer au gré du vent des évènements et des situations, sans perdre de vue le cap primordial de ses convictions. Mais en matière d’information objective et honnête, revoir sa copie tous les 5 minutes, après l’avoir déjà publié, vous conduit tout droit à la perte de toute crédibilité. Seuls les romanciers pratiquent cela, mais c’est pour le plus grand bonheur de leurs lecteurs. Ce qui nous fait dire que l’information de nos concitoyens n’est pas un roman, mais un journal qui ne s’en tient qu’aux faits ; rien qu’aux faits !
    fluctuat, nec mergitur



    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  22/08/2012
    Les bienfaits de la civilisation

    22/08/2012 07:18:17

    La traite des « Vaches à lait »
     Haaa!! Les Vaches! Raz le bol des vaches à lait ! La rentrée se précise. La politique fait sa rentrée. Le gouvernement aussi. C’est l’heure de mettre en place les promesses électorales. Le Président Hollande avait évoqué un rattrapage du prix de l’essence à la rentrée. Du coup, les journalistes sont partis faire un « micro-voiture ». C’est quoi un « micro-voiture » ? Hé bien ! C’est comme un micro-trottoir ; on va demander leur avis au gens de la rue ou du trottoir ; ensuite on rapporte le tout au studio et on classe les réponses et les questions pour présenter ce reportage au « 20hoo ». On a pris soin de saupoudrer un peu de « pour », un peu de « contre » ; on élimine les réponses à caractère trop abrupte. C’est ainsi que l’on fait un reportage qui manipule l’opinion sans vergogne. Dans un sondage on tripatouille les chiffres pour lui donner une couleur approchante des désirs du commanditaire (du sondage). Dans un micro-trottoir, on laisse croire au bon peuple qu’il a encore une parcelle de pouvoir, une miette de jugement objectif. En clair, on se fout de la « gueule » du téléspectateur, on considère le citoyen comme un parfait abruti. Alors que, ce qui pourrait être intéressant, c’est l’avis des responsables politiques et des dirigeants, l’audition des véritables acteurs du sujet concerné par le reportage. L’avis des passants ne présente pas d’intérêt. De toute manière, ils l’ont déjà donné leur avis, les passants du « micro-trottoir » ; à l’occasion de chaque convocation électorale. Et la vie politique nous en offre souvent l’occasion. Donc pour en revenir à notre « micro-voiture », à chaque hausse du baril de pétrole, nos journalistes s’en vont quérir le sentiment des « vaches à lait » qui paissent tranquillement dans les allées fleuries d’une station distributrice de la substantifique moelle (l’essence) de notre civilisation. Civilisation décadente qui a tout basé sur le pétrole. Tant pis pour elle! Â chaque fois le troupeau des « vaches à lait » beuglent et meuglent de concert.. « Automobilistes vaches à lait…. Que fait le gouvernement…. Jusqu’où cela ira-t-il ?.. Où est passée la Police ?.. Et cetera, et cetera, et cetera…MeuHHHH !!. Lorsque l’on observe la tronche de certaines « vaches à lait » et la taille du véhicule qu’elles sont en train d’abreuver, on se dit que si le sans-plomb passe à quatre Euros, elles auront encore largement les moyens de rouler ; et de….Beugler….. Et de mugir. On peut même remarquer de très « grosses vaches » qui, à dix euros le litre, partiront encore en vacances, au bout du monde. Tout cela prête à rire, évidemment. On voudrait bien pouvoir s’esclaffer. Mais c’est une histoire triste ; à en pleurer. Les vraies victimes de ces sempiternelles augmentations des carburants sont rarement interrogées. Et c’est le lot du plus grand nombre. Malheureusement ! Quelques centimes d’euros d’augmentation par litre et c’est leur budget loisir qui est amputé durablement ; pour ne pas dire : foutu. Ces victimes, si on les interrogeait risqueraient de fournir des réflexions et des réponses qui fâchent, sur l’état de notre société ; des appréciations circonstanciées sur nos dirigeants et nos responsables ; enfin des avis réalistes et sans concession sur le comportement d’une partie de nos concitoyens (souvent les plus aisés). Ce qui démontre bien l’hypocrisie de ces « micro-voiture », c’est qu’en cas de baisse des carburants (ça arrive, parfois), pas de délégation journalistique auprès des « vaches à lait » qui viennent laper, journellement, le précieux nectar de leur gros et ventru véhicule chéri. Non ! On n’en parle même pas au « 20h00 ». C’est pourquoi, on en a raz la casquette, de tous ces « plaignards », de tous ces geignards, trop souvent bien nantis et « plein au as », qui viennent alimenter, trop souvent, le brouhaha perpétuel des éternels mécontents. Dans ce domaine, aussi, la vraie pauvreté ne se plaint presque pas, ne s’exprime pas, ne rugit pas. Et pourtant c’est le lot de la grande majorité de nos concitoyens.

    Mort aux vaches !
       

    Faut pas rêver! La hausse des prix des carburants est maintenant inexorable. La raréfaction du pétrole est en marche. Peut-être, encore 30 ou 40 ans de réserve. Ce seront les plus riches qui s'en sortiront encore le mieux . En douteriez-vous encore?

    Tendance

     

    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  21/05/2012
    21/05/2012 08:17:02 

     Ladueque
    L’ADUEC ! Je vous avais bien dit qu’on allait en recauser ! Allez voir ici sur  LECHOJOVACIEN et ici sur Vivre ensemble à Jouy sous Thelle. Par contre sur le site officiel de la Mairie , ils ne connaissent pas. Faut-il que nos élus prennent leurs électeurs pour des Couillons Magnifiques, pour leur resservir onze ans après, le même projet, qui avait été repoussé par la grande opiniâtreté de l’ADUEC
    ; par la vigilance et la détermination des électeurs. Comment un projet présenté à une époque plus heureuse pour les contribuables, pourrait-il être accepté, haut la main, actuellement, dans une ère de crise Européenne, politique, monétaire, financière, économique et sociale. Cela prouve combien nos élus sont aveuglés par leur propre incompétence. Ils continuent de nous prendre pour des Gogos ! Quant à nous dire que c’est l’opération de la dernière chance ; qu’à partir de 2016, il n’y aura plus aucune subvention pour un tel projet. Quel sera le paysage politique et social de notre pays vers 2016 ? Tout va tellement vite aujourd’hui….Tout change tellement vite. Où sont donc les subventions dans le projet actuel qui demande aux habitants un tarif de l’eau à 10€ du m3. Petit calcul : 135000m3/an, c’est la consommation moyenne indiquée par l’ADTO (tiens un petit nouveau parmi les initiales initiées). Donc la consommation des cinq communes du Rû du Mesnil. Hors, si on prolonge notre petit calcul : 135000 m3 x 10€ = 1 350 000 € pour une année de consommation. Et si on calcule sur vingt ans ; le délai moyen de toute opération financée par l’emprunt ou le crédit ; on arrive à : 1 350 000€ x 20 ans = 27 000 000 €. Vingt sept millions contre vingt deux millions le cout initial du projet actuel. Vous voyez très bien qui est le mécène, le donateur, le créancier de ce projet absolument dispendieux : Les habitants des cinq communes ; et plus particulièrement les habitants de Jouy sous Thelle, dans le projet qui nous concerne. On peut toujours argumenter sur le prix de l’eau fourni par Véolia, sur ces vingt années… Oui ! Mais ! il se trouve que ce sont les cinq communes du syndicat des eaux, qui fournissent, gracieusement, la matière première ; en l’occurrence Le captage de l’eau du Rû du mesnil au nord du territoire de la commune du Mesnil Théribus. Donc on nous revend très cher, quelque chose, que l’on possède, gratuitement sous nos pieds ; si l’on voulait caricaturer, nous aussi. Il n’en est pas vraiment ainsi ; tout le monde l’aura bien compris. Mais Véolia s’est fait une spécialité de revendre très cher à ses clients un bien fondamental qui appartient à la collectivité ; bien fondamental que l’état et les collectivités territoriales ont cédé au domaine privé .En ce qui nous concerne, Véolia a capté les droits sur notre environnement, pour deux fois rien ; tant l’endettement de l’État et des collectivités territoriales est scandaleux. Il faut se rappeler que Véolia avait annoncé dans les dernières années du siècle dernier, qu’il se positionnerait partout, entre autre, dans la distribution de l’eau en France. Il avait remarqué que le réseau de distribution Français avait plus de soixante ans, et devenait donc obsolète. En clair il va falloir ouvrir toutes les routes de France pour remplacer les canalisations. Cela se fait déjà, le plus souvent, dans les communes, à chaque installation des réseaux d’assainissement collectif. La doctrine de Véolia est de capter toutes les structures de notre environnement, de leur appliquer un traitement financier, et de nous les revendre à prix d’or. La prestation fournie n’ayant plus aucune mesure avec le tarif appliqué. Nous fournissons à Véolia, sur l’eau et notre environnement et bientôt sur l’air que nous respirons, une gabelle et un octroi, sans communes mesures avec la réalité. Souvenez-vous l’ancien régime qui appliquait la gabelle sur le sel et l’octroi sur les marchandises. Deux motifs graves de révolte qui ont en partie concouru à sa disparition. Gare à toi ! Véolia !

     

    « Après l'Humanité, l'eau est la plus précieuse création de Dieu(verset 54 de la sourate (Coran)) »

     

     

     



    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  21/08/2012
    Les bienfaits de la privatisation

     Microcoupures
    Non ! On ne vous interdit pas de causer ! Votre micro ne vous est pas confisqué ! Il n’est pas coupé. Rien de tout cela, mais il s’agit de toutes ces coupures de courant mortelles pour nos petits matériels électroniques et aussi dévastatrices sur l’électronique raffinée du gros électroménager ; comme on dit chez Darty. Des microcoupures dit-on, aujourd’hui. Qui sont occasionnées par le mauvais état du réseau. Pas de ces coupures occasionnées par les orages. Des coupures de quelques minutes à quelques dizaines de minutes. Non ! Mais des microcoupures que les responsables du réseau n’ont pas vraiment cherché à éviter, par manque d’entretien du réseau. Â la suite de la tempête 1999 le réseau a subit des dommages considérables. Les équipes d’EDF on fait un travail remarquable, à l’époque, dans des conditions effroyables, pour rétablir une distribution du courant sur les trois quart du territoire Français. Il fallut, alors, parer au plus pressé. Mais depuis EDF et ensuite ERDF ont négligé l’entretien de ce réseau fragilisé par les intempéries. Les Mairies, très frigides aussi dans ce domaine, n’ont que trop rarement, relayé les doléances des abonnés, auprès des services d’ERDF. Il aurait fallu engager des capitaux importants pour examiner point par point et en détail toute l’infrastructure du réseau, et remédier aux nombreuses séquelles, occasionnées par la tempête. Des séquelles qui finissent par entrainer des pannes à répétition sur une partie du réseau. Ces microcoupures sont le plus souvent occasionnées par un incident sur les lignes électriques ; malveillance, oiseaux, chute de branches, ruptures de lignes ou chute de la foudre. Ces incidents déclenchent automatiquement l’intervention des éclateurs qui provoquent des coupures qui ont pour tache de protéger le réseau. Un peu comme un disjoncteur. Hors ces éclateurs ont tendance à se déclencher plus souvent que nécessaire et provoquent ces microcoupures sur notre alimentation électriques. ERDF a depuis longtemps mis au point des dispositifs plus sécurisés en matière de protection du réseau. ERDF remplace les éclateurs par des parafoudres beaucoup plus performants. Mais elle le fait à une cadence beaucoup trop faible pour la sécurité des installations. Préférant investir les capitaux dans les centrales productrices de courant électrique, plutôt que dans la modernisation du réseau. Il aura fallu la catastrophe de Fukushima pour qu’ERDF revoie ses priorités en matière d’investissement .Depuis Fukushima rien ne sera plus comme avant dans le monde merveilleux de la « Fée Électricité » . Mais ERDF trainait encore les pieds, récemment, pour moderniser son réseau. Elle vient d’annoncer, il y a quelques mois, qu’elle allait mettre le paquet sur l’entretien, la modernisation du réseau et la sécurité des centrales. Elle a , en outre, chuchoté, voire murmuré, quelques semaines plus tard, que le kilowattheure allait augmenter de manière considérable dans les prochaines années. Donc nous sommes en droit d’attendre un réseau mieux entretenu dans les prochains mois, les prochaines années.

    « Une panne d’électricité laisse l’aveugle indifférent. » (Grégoire Lacroix)

    Privatiser, pour offrir des tarifs moins chers et développer la concurrence , cela atteint très vite ses limites. L'entretien des réseaux est réduit au minimum. La sécurité des centrales atomiques revues à la baisse. L'important c'est de faire des bénéfices tout de suite. Sécurité et bon fonctionnement peuvent attendre. Après moi le déluge (pense ERDF).
    Heureusement un certain Tsunami au pays des cerisiers en fleur, est venu changer la donne.

    Tendance

     

    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  19/05/2012
    19/05/2012 09:13:17 

    On vous l’a déjà dit !
    Dans le coltard ! Rappelez-vous ! On vous l’avait prédit ! La facture vient de nous être présentée. La catastrophe est bien plus grande que celle prévue ici. LA Grèce va sortir de l’ Euro ; Les banques sont en train de lâcher l’Espagne ; le Portugal, qu’on avait oublié, croule sous le poids de la dette et supprime les congés des ses salariés . Quand à la France, elle n’est pas prête à faire le moindre sacrifice pour liquider sa monstrueuse dette. Écoutez tous les économistes, les journalistes spécialisés et les observateurs sur tous les médias confondus. Ils vous parlent, avec objectivité, des sombres perspectives des mois prochains. N’écoutez surtout pas les politiques, toutes tendances confondues, très préoccupés, en ce moment, de retrouver un nouveau mandat, car vous, vous savez déjà pour qui voter aux législatives. Les Français ne sont pas prêts à faire le moindre sacrifice pour nous libérer de la dette. Ceux qui ont voté à gauche attendent leurs légitimes cadeaux promis pendant les présidentielles. Ceux qui ont voté à droite, ne voudront absolument pas supporter le moindre centime d’augmentation de leurs impôts, tant Nicolas Sarkosy leur avait promis la rémission de leurs impôts. Les observateurs le clament : Il suffirait que tout le monde perde un peu de pouvoir d’achat, travaillent un peu plus, et paye un peu plus d’impôt, pour que notre dette nationale se résorbe dans de bonne condition. Il n’en est rien ; déjà les enseignants ont le doigt sur la gâchette, car on leur a parlé de réaménagement d’horaire ; Les plus riches contribuables sont déjà sur le départ, vers les paradis fiscaux ; les un peu moins riches prêts à mettre à l’assemblée un grand nombre de députés de droite et d’extrême droite ; Les retraités hostiles à la moindre baisse de leurs pensions ; Les extrêmes des fronts de gauche prêts à en découdre avec le gouvernement, sous forme de gigantesques manifestations. Bref, pas un Français qui ne veuille faire un effort dès maintenant. Les observateurs et les économistes, le martèlent depuis des mois : Si l’on ne prend pas les mesures courageuses dès maintenant, le chômage va décupler, l’inflation va exploser, les impôts vont augmenter, le temps de travail va s’allonger, l’âge de la retraite va reculer, l’épargne des Français va s’effondrer et le pire : Les taux de remboursement de la dette nationale vont enfler considérablement, tant la notation des agences aura dégradé la crédibilité boursière de notre pays. Pauvre Nicolas Sarkosy ; il y a perdu son mandat dans tout çà. Pauvre François Hollande ; il va devoir faire face à ce tsunami de difficultés. Si j’étais à sa place, je prendrais pension chez les Obama ; car on n’y rigole, visiblement, plus qu’en France…..Là-bas… Aux USA ! Je ne reviendrais pas sur le territoire national. Finalement, la dette, il faut bien que les Français sachent que si nos gouvernants, toutes tendances confondues, ont fait, sans discernement, explosé la dette, c’est bien pour notre bonheur, à nous Français. En douteriez-vous encore ?

    Plutôt vous coucher sans souper, que de vous lever avec des dettes.
    (Benjamin Franklin)

     

     



    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  19/05/2012
    19/05/2012 07:06:25  

    SPANC, ADUEC, SIA, DCE
    Que cachent ces initiales ? Ah ! Oui ! J'me souviens! Je me souvient du SPANC, comme si c'était hier ; il devait envoyer des contrôleurs pour renifler la teneur de nos égouts ; il y a encore quelques années, de cela. Là aussi, grande émotion chez les ménages ; encore une fois, manque de véritable information de la part de nos élus ; la caste d’en haut, finalement ! Toujours la même technique ; une vague publication vers le public ; jamais d’informations précises et concises ; ils ont vraiment peur de leurs électeurs, de leurs administrés, ces élus et ces fonctionnaires. Toujours est-il, qu’il y a quelques années, nous devions voir venir dans nos demeures, des quidams chargés de soulever les tampons des regards de nos épandages, de faire des prélèvements, de produire une facture pour leur prestation, de nous informer de la date des résultats d’analyse de nos cacas et de s’en retourner, tout guillerets, satisfaits de la besogne accomplie, sonner à la porte de notre voisin ; la prochaine victime ! Nous n’avons jamais vu personne ! Dieu sait, que nous avons guetté, à l’horizon, le messager du SPANC…Point de contrôleur ! Ce qui inquiétait les assujettis, à l’époque, c’était le tarif de la prestation ; le type de prélèvement ; la méthode d’analyse ; les travaux éventuels à réaliser ; le délai de ces réalisations ; leur montant. Mais comme les élus, une fois de plus, n’ont pas été capables de communiquer efficacement, l’affaire de l’analyse de nos eaux usées, s’est plutôt terminée en « eau de boudin ». Maintenant nous devrions de nouveau entendre parler du SPANC. En attendant vous pouvez aller voir  ici, car il ne faut pas compter sur nos Mairies pour nous indiquer le chemin…..Du SPANC. Quand aux ADUEC, SIA, DCE et autres sigles cabalistiques, je vous fiche mon billet que vous allez en entendre parler prochainement….Très prochainement, d’ailleurs !

    Écoutons nos élus ; égouttons nos égouts (Tendance)

     

     

     

     



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique