• Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  18/05/2012
    18/05/2012 05:46:47

    Les Maires au Pôle Emploi
    Notre pays compte actuellement 36783 communes ; donc logiquement 36783 mairies ; donc par déduction : 36783 Maires. (on est doué pour le calcul mental). N’y en aurait-il pas un peu trop ? Nous sommes en Europe, nous a-t-on précisé ; même si actuellement c’est le foutoir. Et en temps qu’ Européen, nous pouvons observer nos partenaires et nos voisins. Prenons le cas de l’Allemagne, par exemple ; en ce moment elle est à la mode ! Donc l'Allemagne comprend 13 000 communes, soit en principe 13000 bourgmestres. Le système politique Allemand peut nous paraitre plus compliqué et nous déconcerter, quelque peu ; nous qui ne sommes pas dans une constitution Fédéraliste et nous sommes surtout habitués à centraliser la plupart des pouvoirs à Paris .Donc comment font nos amis Allemands pour administrer les collectivités locales avec seulement 13000 subdivisions communales pour un pays de 80 millions d' habitants récemment réunifié ? Alors que la France a besoin de 36783 communes pour administrer son territoire dans un pays qui compte un peu plus de 65 millions d’habitants. Spécificité Française ! Vous sera-t-il répondu, en cœur, par tous les élus, les Maires, les Députés, les Sénateurs, les Ministres et aussi le Président. Pas cons ces gars-là ! Pas envie de se retrouver au Pôle Emploi. Mais alors que les politiciens spéculent sur l’utilité ou non de certains postes de fonctionnaires, ne serait-il pas plus judicieux de faire l’économie de quelques Mairies, devenues obsolètes ? Et qui coutent beaucoup de sous à la collectivité. Mais je crois que dans ce domaine on met le doigt sur un sujet tabou ; tabou dans les couloirs de l’Assemblée, comme dans ceux du Sénat. Un sujet très brûlant sur lequel nous allons revenir bientôt. Donc à très vite!…Si vous le voulez bien !

    Gouverne le mieux qui gouverne le moins. (Lao-Tseu)

     

     

     

     



    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  16/05/2012
    16/05/2012 08:55:54 

    Asséner l’assainissement
     LECHOJOVACIEN publie aujourd’hui la circulaire reçue par
      les habitants de Senots. Un ultimatum en bonne et due forme ; sans aucune précision technique, comme le souligne très justement LECHOJOVACIEN. Â peine 15 jours pour répondre, pour se retourner, se prononcer sur un dossier aussi lourd, aussi important, aussi grave ! Malgré la très grande participation des habitants des cinq communes le 3 mai dernier, tout le monde n’y était pas, ce soir-là. Et à part les communications faites par tous les sites internet sur Jouy sous Thelle, notre Mairie, n’a pas daigné produire, dans nos boites aux lettres, un résumé des débats publics de cette soirée du 3 mai. Nous savons très bien que la consultation des sites sur internet, est encore trop confidentielle pour que tout le monde soit vraiment au courant des enjeux très importants qui vont découler de l’accord ou non des populations de nos cinq communes. Donc, pour l’instant, dans nos boites aux lettres, pas vu apparaitre le plus petit bout d’une circulaire du même type que celles qu’ont déjà reçu les habitants de Senots. Toujours un métro de retard à Jouy ; n’est-ce-pas ! Peut-être trop de « Ponts » au mois de mai, va-t-on nous répondre. « Sans réponse et sans observation de votre part avant le 31 mai 2012, nous considérons votre avis favorable à la poursuite des appels d’offre et à l’exécution des travaux. » C’est cette formule qui me chagrine ; « Sans réponse = Avis favorable ». Donc une consultation par défaut. Je préconiserais plutôt une réponse « obligatoire », formulée par chacun des chefs de famille des municipalités concernées. Ils sont malins nos élus ! Ils ont fait leurs petits sondages (Il y en a des dizaines par jour, en ce moment). Ils ont calculé que si on additionne : Les habitants qui ne sont pas au courant de ce projet démentiel ; les habitants qui sont absents durablement, en ce moment, de nos communes (des gens en vacances ou en voyage) ; les habitants qui s’en foutent (il y en a, malheureusement, quelques-uns) ; Les habitants qui ne peuvent se prononcer en toute connaissance de cause, privés qu’ils sont, des précieuses données techniques (ce sont certainement les plus nombreux). Donc nos élus ont pu constater que le projet pourra passer à la majorité. Car la grande majorité des indécis, par manque cruel d’information, et en toute honnêteté, n’oseront renvoyer leur réponse. Et grâce à la combine de nos élus, ces indécis deviendront des voix favorables au projet. Projet qui pourra, alors, être entrepris, grâce à l’accord tacite de la majorité des habitants. C’est çà « faire de la politique ». On peut rendre hommage à nos élus ; dans ce domaine-là, ils sont habiles !Il suffit d’estourbir le « Pékin Lambda » par quelques belles formules, quelques vagues promesses, le tout dénués de réelles et honnêtes données techniques, quantitatives et surtout monétaires. Car n’oubliez pas qu’à ce jeu-là, c’est eux qui battent les cartes, poussent les pions et jettent les dés…Pas vous ! Mais soyez certains d’une chose : C’est vous qui paierez ! En douteriez-vous, encore ?

     

    Accord par défaut, ou défaut d'accord (?)

     

     

     

     



    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  14/05/2012
    15/05/2012 06:17:52 

    Un pont pas loin
    La salle socioculturelle est, enfin, en voie de finition. Après avoir fait couler beaucoup d’encre, les bétons nouveaux ont été coulés ; les structures nouvelles installées. Le sujet de Tendance, nous permet mieux de juger de l’aspect final. On a le sentiment que l‘architecte n’a pas voulu trahir l’esprit du bâtiment originel. L’ancienne salle des fêtes était un hangar agricole amélioré ; dans cet esprit là, c’est gagné. Faisons remarquer, que pouvoir construire une salle des fêtes, dans une petite commune, dans les années d’après-guerre, était une sacrée performance, économique et humaine. La guerre ayant ravagé les hommes, les pays et les économies ; la reconstruction devait se passer des matériaux nobles, couteux et devenus rares. Â Beauvais, le Pont de Paris doit être reconstruit, actuellement, parce que le béton utilisé et les ferrailles mises en œuvre, à l’époque, étaient de mauvaise qualité. Il fallait, alors, reconstruire vite avec les moyens du bord et avec le peu de sous qu’il restait dans les caisses. Dans Beauvais et dans beaucoup de grandes villes, cruellement meurtries par la guerre, il y avait un peu partout des baraquements provisoires ; pas de tour ni de barre ou d’immeuble de banlieue ; il faudra attendre la prochaine décennie, pour voir surgir des bâtiments vraiment en dur, dans les ZUP et les nouveaux quartiers. C’est pourquoi l’aspect hangar agricole, de la salle socioculturelle actuelle, nous gène un peu. Les boiseries extérieures trouvent plus leur style en région de montagne, plutôt qu’en plaine, chez nous, en Picardie. Les lambris, chez les particuliers, se trouvent plus à l’intérieur des logis, plutôt que sur les façades de leurs maisons. Les services de l’équipement ne le tolèreraient, d’ailleurs, pas. Essayez de déposer un permis de construire personnel, avec un revêtement en lambris de sapin et vous verrez, très rapidement, votre projet atterrir dans les poubelles de l’administration. En revanche si vous faites réaliser les plans de votre projet, à grand frais, par un architecte réputé et un peu déjanté, qui a du, de temps en temps, fumer la moquette, vous aurez toutes les chances de voir aboutir votre permis de construire. C’est ainsi qu’ici ou là, on peut remarquer quelques horreurs architecturales. Dans notre région, ce sont principalement les enduits, la pierre calcaire et la brique que l’on trouve sur les façades de nos bâtiments. Et aussi l’association des colombages de chêne avec les torchis et les silex ; matériaux directement issues, localement, de nos paysages Picards. Mais de lambris de cette nature : Pas à ma connaissance ! Donc on est très réservé quant à l’aspect de ce bâtiment, qui se trouve être très proche d’une Église, à l’architecture remarquable, qui de plus, est classée.

     Les gouts et les couleurs, çà ne se discutent pas ; et pourtant !

     

     

     



    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  14/05/2012
    14/05/2012 08:32:52

      Boucan et Pétarades hebdomadaires
    Avec le retour du printemps, les pelouses réclament de nouveau leurs soins hebdomadaires .Qui consiste principalement dans la tonte de celles-ci. Les haies développent très vite leur feuillage et surtout la longueur de leurs rameaux ; là aussi le taille-haie doit intervenir. Les potagers réclament, quand à eux, le passage du motoculteur. Tout cela pourrait très bien aller sans problème ; mais c’est sans compter avec la vie moderne. La vie moderne a développé et proposé aux jardiniers que nous sommes, toute une panoplie de machines vraiment très peu silencieuses. C’est le moins que l’on puissent dire. C’est pourquoi que la plupart des municipalités on prescrit des horaires très précis dans ce domaine. Proscrivant Le dimanche et les jours fériés, l’usage de ces petites machines, pourtant si bénéfiques à nos activités du Week End. Certaines communes tolèrent, cependant, le passage de ces engins, le matin des jours précédemment décrits. Pratiquement la plupart des propriétaires se plient, de bonne grâce, à cette petite contrainte. Car bon nombre des habitants travaillent toute la semaine et ne disposent plus que de la fin de la semaine pour procéder à ces petits travaux d’entretien. Mais voila, alors que le bruit est interdit Dimanche et fêtes, on assiste à un déchainement de décibels qui n’ont rien à voir avec cette motoculture de plaisance. Toutes sortes d’engins tels que motos et quads, à moteurs souvent gonflés et surtout à pots d’échappement volontairement trafiqués ; afin de produire un vacarme assourdissant mais gratifiant pour les glandes, pour ne pas dire plus, de ces pilotes sans scrupules. Sans scrupules pour la tranquillité de nos villages. Et que fait l’autorité, pendant ce temps-là ? Rien, comme à son habitude ! Elle qui fustige et réprimande, par voie d’arrêté, le malheureux citoyen qui tondrait sa pelouse ; Bénéficiant, le malheureux, de la seule éclaircie, sans pluie, depuis plus d’une dizaine de jours. Donc en fin de semaine, des pratiques, certes bruyantes, interdites par les autorités ; alors qu’elles ne s’exercent que dans un but utilitaire. Et que voit-on dans les chemins, quand ce n’est pas dans les champs, eux-mêmes, la libre circulation vrombissante de machines utilisées, à usage détourné, pour le déchainement passionnel de quelques névrosés. Des machines qui sont toutefois très souvent utilisées pacifiquement à des usages sportifs et de loisirs, sans déchainer de tels concerts de décibels. De plus l’usage dominical des chemins par les promeneurs perd complètement, son caractère bucolique et champêtre. La marche à pied dans la fumée, la poussière et le boucan, ne séduit plus les habitants de Jouy sous Thelle. Il y a encore quelques années on pouvait observer de nombreux groupes de visiteurs et de promeneurs dans les chemins ; chemins entretenus à grand frais par les Agriculteurs et aussi par le personnel communal. Chemins, faut-il le rappeler, destinés surtout et principalement à la circulation des machines et des remorques agricoles. Aujourd’hui, en fin de semaine, la campagne est vide de ses promeneurs, laissant la libre circulation à ces chevaliers du mépris de l’autre, caracolant sur leurs destriers mécaniques et tonitruants aux centimètre-cubes frauduleusement débridés Mais l’heure n’est plus à la courtoisie et au respect de l’autre. Non ! Ce sont les apaches, les impolis, les indélicats, les sournois et les voyous qui ont pris le pouvoir. Dans notre canton, j’ai pu observer une commune qui avait pris des dispositions et engagé des frais pour interdire l’usage de ces chemins, aux véhicules qui ne présentent pas un caractère stricte d’utilité agricole. Cette commune c’est Beaumont-les-Nonains. Il y en a peut-être d’autres. Un habitant de Jouy sous Thelle a réussi à faire respecter les lois en matière de bruit dans les communes ; il en a résulté la remise aux normes de notre ancienne salle des fêtes. Pourquoi ne pourraient-on pas obtenir des autorités que l’usage des chemins par ce loisir hebdomadaire, se pratique avec des machines aux moteurs non débridés, non trafiqués. Cela deviendrait plus supportable pour tout le monde. Car en démocratie tout le monde a le droit de circuler, si tant est qu’il n’indispose pas riverains et promeneurs par cette débauche de pétarades assourdissantes, injustifiées, prohibées et inutiles.

     

     



    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  16/08/2012

    La Femme du boulanger
    Plus de pain à Jouy sous Thelle. C’est les vacances, ma Bonne Dame ! Il y en a à Auneuil ou à Chaumont ! Â Beauvais, même ! C’est tout simple, vous prenez votre véhicule ; vous vous rendez en ces lieux ; recherchez la boulangerie la plus proche (ça se repère à l’odeur ( Mmmhhh ! la bonne odeur du bon pain cuit)) ; vous commandez 10 pains ; on vous fournira même le sac adéquat ; vous mettez votre congélateur en mode congélation ; vous ouvrez votre congélateur ; vous remplissez votre congélateur avec vos 10 pains ; et vous retournez à vos occupations ! Oui ! Fort bien ! Mais si vous n’avez pas de véhicule ? Si vous n’avez pas de congélateur ? Si vous n’avez pas de voisin bienveillant (Ils sont tous partis en vacances ou ils s’en « foutent de votre gueule ») ? Si votre mobilité est réduite ? Si ? Si ? Si ?. Que de « Si » ! ça me scie le moral tout çà ! Il fut un temps…Il fut une époque… Une époque, certes, révolue. Il fut un temps, donc, à Jouy sous Thelle, lorsque la boulangerie était fermée pour cause de vacances, s’organisait un dépôt de pain. De diverses manières ; soit dans les locaux de la Mairie ; soit chez un autre commerçant (il en reste encore) ; soit devant la boulangerie même, à bord du véhicule du boulanger d’un village voisin. On vit alors, un Maire se dépenser au sein du bâtiment communal, quelques heures par jour, pour procurer l’indispensable nourriture à ses concitoyens les plus démunis, les plus déshérités, les plus défavorisés. On vit aussi, un commerçant réorganiser ses rayons pour procurer une petite place à l’indispensable manne, et ainsi pourvoir quotidiennement ses clients de notre trop célèbre baguette nationale. On vit enfin, les boulangers s’organiser pour faciliter leur légitime congé annuel et pour assurer un minimum de ravitaillement, auprès de leurs fidèles clients, en baguettes, miches, flutes, bâtards et autres parisiens. Aujourd’hui tout cela a disparu ; c’est le sauve-qui-peut général ; l’empire de l’individualité, le royaume de l’égoïsme. Vous n’avez plus de pain ? Mais vous pouvez jeuner, mon Bon Monsieur ! Voyez le Christ ! Quarante jours qu’il a jeuné ; et dans le désert, en plus ! Vous pouvez faire carême maintenant ! Alors ce ne sont pas une quinzaine de jours de privation « boulangeresque » qui vont perturber votre organisme ! !!!. Oui ! Je vous le concède ; tout cela est un peu excessif ; mais pourquoi n’y a-t-il pas un petit, mais un tout petit minimum d’organisation en faveur de nos concitoyens, pour qui la période des vacances, ajoute encore quelques problèmes à leur quotidien, déjà pas toujours facile. Une fois de plus, c’est la Mairie qui ne fait pas son boulot ; normal, elle est en vacances. Sans pour autant se charger du travail, elle peut s’informer, s’inquiéter, écouter, pour mieux administrer, organiser, informer et coordonner. C’est là tout simplement la mission pour laquelle, les électeurs lui ont donné carte blanche. Ce ne sera pas toujours les vacances ; la Mairie actuelle pourrait bien se voir remettre, un de ces jours prochains d’élection, un billet de troisième classe, en aller simple, pour des vacances de très, très longue durée. Tant l’administration, en ce moment, de notre cher village, s’est mise au vert et en congé de ses responsabilités. Bon voyage !

    Â chacun son Gagne-pain. Â chacun son pain et tout ira bien ! (Tendance)

     

     

     

    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  14/08/2012
    La jeunesse qui réussi.  

    Pluie d’étoiles
    Et de médailles…. Les jeux sont finis depuis avant-hier soir et jusqu’au bout on a pu vibrer pour nos jeunes champions ; et pour les autres aussi. Tant le spectacle fut sublime. Il est vrai que les téléspectateurs des chaines à péages sont beaucoup plus habitués que les autres, au spectacle merveilleux de tous ces sports, pour certains même très confidentiels. Les abonnés du service public que nous sommes, sont largement rassasiés du Foot, du Tennis, du cyclisme et du sport automobile. Pour les autres sports… Nacache ! Pas assez d’audience pour les chaines non-cryptées. Il faut alors payer une surtaxe pour les voir. On a reçu des médailles dans des disciplines que l’on ne voit que trop rarement à la télé ; donc que l’on appréhende assez mal. Des disciplines dont nous avons, par voie de conséquence, un peu de mal à en mesurer et en apprécier la grande difficulté. En plus du bonheur que nous donnent tous ces athlètes, ces compétions largement couronnées, viennent rabattre le caquet de tous ces mauvais-coucheurs, ces grincheux ou ces éternels râleurs qui se gaussent continuellement du désœuvrement de notre jeunesse, de l’incompétence de nos dirigeants sportifs, du « jenfoutisme » de nos athlètes, trop grassement payés. Ce qui peut être parfois vrai pour le foot et quelques autres sports de grande audience, n’est pas à prendre pour argent comptant pour beaucoup d’autres spécialités sportives, dont certaines sont même très confidentielles. La récente moisson de médailles nous met du baume au cœur et fait fermer la gueule de tous ces inconditionnels grincheux. Qui devront se recycler, dans un autre domaine de dénigrements systématiques…..La politique, par exemple. Il y a longtemps que l’on n’en avait pas causé.

    « Plus fort, plus haut, plus vite. » Pierre de Coubertin

     

    On peut déplorer que la cérémonie d'ouverture et celle de la fin des jeux soit confiées à des journalistes qui n'y connaissaient, visiblement, pas grand-chose. En l'occurrence sur TF1, qui a coupé plusieurs fois la cérémonie d'ouverture par de la Pub. Ils excellent dans ce domaine, sur TF1. Ils n'ont pas osé refaire ce coup-là sur la cérémonie de clôture; certainement par crainte de voir tous les téléspectateurs se barrer. Pour le reste Bravo à l'équipe de journaliste France2/3 qui ont si bien couvert ces jeux de leur enthousiasme.

    Tendance

     

    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  12/05/2012
    12/05/2012 07:13:01 

      Gouy-les-Groseillers
    Inscrits 30 - Abstentions 5 (16,67%) - Votants 25 (83,33%) - Blancs et nuls 0 (0,00%) - Exprimés 25 (83,33%) ?? 30 votants ! Seulement ! Mais combien d’habitants, alors ? 39 ou 40, ce chiffre peut varier ; au grès des déménagements. Gouy-les-Groseillers, cette toute petite commune de l’Oise, a compté à une certaine époque seulement 10 habitants ; 18 habitants au recensement de 1999. La commune s’est développée, par la suite, sur les 3.07 km², que compte sa superficie (la superficie d’une grosse exploitation agricole). Gouy-les-Groseillers avait jusqu’alors le titre de plus petite commune de l’Oise. Mais voila qu’elle risque d’abandonner ce titre prestigieux au bénéfice de Vrocourt dont la population stagne depuis plusieurs années ; 39 habitants au recensement de 2007. Difficile d’établir, dans ces conditions, une comptabilité précise ; tant ces données sont volatiles ; un déménagement, la construction d’une nouvelle maison, et Hop! On reprend le décompte.De toute façon Le village de Vrocourt devrait acquérir la célébrité dans d’autres domaines. Avec 38 inscrits sur les listes électorales, Nicolas Sarkozy y a récolté 30 voix ; 83.33% des suffrages exprimés. Notre ancien Président, qui se trouve maintenant en vacances (pas vraiment souhaitées) devrait faire une petite visite dans la commune de Vrocourt, pour remercier, par un de ces discours (parfois démagos) dont il a le secret. Çà s’rait ti pas sympa ? Çà !M’sieur l’Président !

    Se réfugier dans un village pour en faire le centre du monde. (Jules Renard)

     

     



    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  11/05/2012
      11/05/2012 05:31:00

    Régime spartiate
    La crise Grecque s’aggrave ; pratiquement plus personne pour gouverner le pays ; les partis extrêmes aux portes de la démocratie. Tous prêts à jeter l’Euro aux orties. La pire des solutions ; car la Drachme ne vaut rien face à l’Euro, le Dollar et le Yuan. Mais ils n’en ont rien à faire, ces extrémistes. Des conditions très dures pour les Grecques, aujourd’hui ; mais des lendemains absolument dramatiques pour la Grèce en général. Un terrain très fertile pour ces partis extrémistes (de droite comme de gauche) Ils le savent mieux que tout autre, ces politiciens. Ils vont faire couler l’Europe en quittant l’Euro, afin de provoquer encore plus de malheur dans les populations concernées. Ces partis agissent comme les mafias Italiennes ; L’exploitation du malheur et du désespoir des populations. Ils ont très bien compris le mécanisme des agences de notation et de la mondialisation. Les conséquences économiques et politiques de leurs actes ne les concernent pas, ne les intéressent pas, ne les émeuvent pas ; trop heureux de pouvoir, enfin, exercer leur emprise sur leurs semblables. Dans la période de l’entre-deux-guerres les partis extrémistes, de tout bord, ont fait main basse sur une Europe dévastée par la guerre, ruinée économiquement et socialement. Conséquence : Encore plus de malheur : Et de facto, la deuxième guerre mondiale ; fille de la première. Ainsi tous ces névrosés de la politique, peuvent pleinement exercer leur art sur le dos des populations dans la misère ; enragés qu’ils sont depuis des décennies de ne pouvoir venir sévir dans les gouvernements ; tant les démocraties, au fil des consultations électorales, les renvoient à leur juste place : Le placard des idées subversives. En Europe les partis extrémistes ont déjà fait une victime : Nicolas Sarkosy !


    Ventre affamé n’a pas d’oreille


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  10/05/2012

    10/05/2012 07:06:54  

      Taisez-vous !
    Il semblerait que la liberté de communication, sur internet, dans notre village, soit conditionnée, contingentée, voire réprimandée.  LECHOJOVACIEN nous rapporte cet état de chose. Nous ne pouvons pas rester indifférents à son cri. Si tel est le cas, c’est l’indice d’une audience de plus en plus importante, des différents sites de notre village qui communiquent sur internet. Donc un certain succès dans notre effort de communication. Les grands médias journalistiques quotidiens et hebdomadaires peuvent communiquer, apparemment, en toute impunité. Certains même, sont parfois à la limite de l’incorrection, voire de la diffamation (L’Observateur de Beauvais). On peut pratiquement tout dire sur le papier ; sur internet, ce n’est pas encore le cas, visiblement. (comme à la télévision, d’ailleurs) Et pour cause : les journaux, dans une semaine ou deux auront rejoint la pile des parutions au fond d’un placard, dans les toilettes, près de la cheminée ou dans le bac de recyclage prévu à cet effet. Dans un an ou deux, plus aucun de ces journaux ne sera disponible pour le public ; ayant servi à alimenter la cheminée .Ces publications seront tout au plus encore disponibles pour quelques rares collectionneurs. Tandis que sur nos sites, si on n’efface pas les messages après leur consultation, tout ce qui aura été publié restera vivant et consultable, à tout instant, par tous, à l’infini et cela jusqu’à la mort d’internet ; la nuit des temps, certainement ; l’éternité, peut-être, si l’humanité ne fait pas de gaffe, avant. Cela, on s’aperçoit très bien que quelques-uns commencent à s’en rendre compte ; ils ont mis du temps quand même ; Internet a 27 ans ! J’avais dés le début de mes publications, précisé, que je m’attachais plus à un devoir de mémoire sur mes blogs et forums, plutôt qu’à une mission d’information, de critiques et d’objections. Ce qu’il m’arrive, quand même, de réaliser, parfois. D’autres sites sur Jouy, depuis déjà quelques temps, s’acquittent de cette tâche avec brio. Sur internet, c’est comme si toutes les publications s’étalaient en lettres de feu sur fond de ciel bleu, au dessus de nos têtes ; consultables par tous et  visibles à tout moments ; en bien comme en mal ; en positif comme en négatif. On comprend très bien que certains ne supportent plus de voir au dessus de leur tête, en permanence, le script de certaines de leurs erreurs ; le rapport de leurs bévues. Un peu comme dans la Bible, le doigt de Dieu qui les suit imperturbablement au gré de leurs pérégrinations. Il en résulte que l’autodafé électronique semble être devenu leur tentation. Le média papier peut toujours être finalement et durablement éliminé ; souvenez-vous de Fahrenheit 451. Le média électronique a, lui, la capacité fantastique de s’auto-multiplier ; bien plus vite que les rotatives. Une info, malfaisante ou non, parait sur Internet et dès lors qu’un quidam tente de faire supprimer cette publication auprès de ses auteurs ; la tâche se révèle rapidement impossible, tant le copié-collé aura dupliqué ces documents. En cela Facebook y parvient en quelques minutes, grâce à son milliard d’abonnés. C’est un peu, comme si ce quidam devait tenter de récupérer des tracts accusateurs, lancés dans le vent de la juste information, à des milliards d’exemplaires. Quelle entreprise; ma pov'dame !

    Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire.( Voltaire..peut-être..)
     

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  09/05/2012

    09/05/2012 06:56:10  

     

    La bataille de l’eau lourde
    Un titre célèbre que l’on peut retrouver sur le site
    « http://www.jouy-sous-thelle.org/spip.php?article142 » .Le site « Vivre ensemble à Jouy sous Thelle», revient en détail sur la réunion d’information du 3 mai à Fleury. Il offre de nombreux documents audio-visuels à consulter sur son site. Il apparait clairement que les couts de l’assainissement individuel ont été majorés ; ceux de l’assainissement collectif, volontairement minorés ; dans le but évident de nous faire avaler jusqu’à la lie, la coupe, particulièrement indigeste, de la dépollution de nos eaux usées. L’eau potable risque d’être particulièrement salée à Jouy sous Thelle, dans un avenir proche. On arrive même à nous réserver un tarif du M3 préférentiel pour nos deux communes de Jouy sous Thelle et du Mesnil Théribus. Monsieur le Maire de Senots, Président de notre communauté de commune, Monsieur Gérard Lemaître évoque, avec juste raison, la possible mutualisation du prix de l’eau dans l’Oise (sans grand espoir de réussite, d’après lui) (mais qui ne demande rien n’a rien !) ; Quand le syndicat du rû du Mesnil, très magnanime, fixe, lui, le prix du M3 de l’eau, à la tête du client. Comment espérer que de grosses communes comme Beauvais, Creil, Compiègne ou autres, acceptent d’intégrer dans la facture de leurs habitants quelques centimes d’Euro, afin de soulager, un peu, celle des habitants des petites communes ; alors que le « Cartel » du Rû du Mesnil fait payer 9.86€ à Jouy et au Mesnil, contre 8.76€ pour les trois autres communes. Un peu plus d’un Euro de différence. Tout cela parce que nous avons quelques kilomètres de canalisation en plus. Imaginez-vous quel tarif serait alors le m3 d’eau si Fleury était à 100 km, Je vous raconte pas la facture. Le syndicat du Rû du Mesnil n’est pas « foutu » de mutualiser le prix de l’eau au sein de son organisation ; comment voulez-vous que des Députés, des Sénateurs ou des Conseillers Généraux, arrivent à faire accepter par leurs électeurs, une dilution communautaire des factures d’eau sur la tête des habitants de l’Oise.Le Syndicat du rû du Mesnil fait, sur ce plan là  une démonstration criante d’anti-solidarité. Comme s’est écrié Monsieur Maurice Monge, en réunion, « Vous, vous foutez du monde ! » .Oui ! C’est du « Foutage de gueule ». Nos lecteurs nous excuseront, certainement, notre vulgarité ; mais il ne demeure plus que ce langage pour crier, hurler même, notre désaccord dans ce projet si mal ficelé. Un projet pourri d’avance. Quand on a pu remarquer, en réunion, la très grande hostilité au projet présenté, manifestée, très dignement, par la foule très importante, à Fleury ce soir-là, le 3 mai 2012. La tenue du débat, très courtois et très poli de ce jour-là, nous a conduits à une mise sous hypnose de nos concitoyens et de nous mêmes, qui allons devoir faire les frais de ce projet assez mal embouché; c'est le moins que l'on puisse dire. On garde, malheureusement, l’impression (pure hypothèse) que la petite commune de Fleury (un peu plus de 500 habitants) (donc avec un budget réduit) voudrait se faire payer à nos frais une magnifique station d’épuration « Nickel/Chrome », comme on dit ; donc à nos frais, j’insiste, nous, justiciables des communes de Jouy et du Mesnil. J’espère de tout cœur, me tromper sur ce coup-là ; tant sont sympas les Habitants de Fleury (eux aussi n’ont pas leur gentilé) ; tant est au fait de ses responsabilités et de son efficacité, leur Maire, Monsieur Philippe Fort. Donc nous pouvons observer, dès maintenant, une atmosphère assez délétère dans le débat légitime, sur ce projet pharaonique, d’assainissement collectif et communautaire. Nous avions indiqué, précédemment, que nous reviendrons sur ce sujet ; c’est chose faite, maintenant. Et notre discours est loin d’être asséché, dans les temps à venir, car le flux de nos critiques n’est pas prés d’être tari.

     

     Nombreux sont encore les murs à abattre, les murailles à rabattre (Tendance)

     


    votre commentaire
  • La page du jour de Jules Hostouley -  10/08/2012
    Réflexions sur la qualité de notre «Télé»

    Télépathie
    « Télé pâti! » disait notre brave Camerounais, dépossédé de son téléviseur…. Hé oui !Télé partie en vacance. On nous assure que 45% de la population ne part pas en vacances. Pratiquement la moitié des Français. Du coup, toutes les grandes émissions de la télé sont, elles aussi en vacances.....Et c'est là le scandale; tout ceux qui restent à la maison doivent supporter des rediffusions, des séries américaines pour public de TF1... et j’en passe. Et pourtant tous ces téléspectateurs payent leur redevance comme les autres. Tous les grands réalisateurs, tous les présentateurs, ont droit aux vacances comme les autres. Mais ils sont provisoirement remplaçables.
    Or, on ne le fait pas. Leurs émissions s’arrêtent pendant leur congé. Dans le meilleur des cas on repasse les meilleurs moments de ces émissions. Tout cela est un vrai scandale.
    La moitié des Français s'éclatent en vacances. On nous le susurre quotidiennement dans les journaux d'information. L'autre moitié doit se contenter de la merde qui reste, tout en continuant de payer pour cette malodorante prestation télévisuelle. Heureusement pour notre plus grand bonheur, il y a le tour de France et actuellement les Jeux olympiques. Mais ce ne sera pas le cas, tous les ans.

    La télé : c'est la vision carrée d'un monde qui ne tourne pas rond. ( Franck Dhumes )

     

     Quand on pense que le service public veut collecter de la redevance auprès des possesseurs d'ordinateurs qui n'ont pas la télé.... Parce qu'ils reçoivent les programmes sur leur ordinateur. Mais n'ont-ils pas déjà acquitté une location sur leur forfait Téléphone-Internet-Télévision?

    Un sujet à débattre...

    Tendance

     

    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  07/05/2012

    07/05/2012 07:29:19  

     

    Échec au Roi
    Hier soir sur le grand échiquier de la politique, un nouveau Président et né dans la Cinquième République. Un autre Président de la République a rejoint les livres d’Histoire. Mat! Nicolas Sarkosy assume la pleine responsabilité de sa défaite. Ayant perdu sa Reine ; en l’occurrence la pleine confiance de la majorité des électeurs ; le Président sortant ne pouvait plus mathématiquement relever le défi des Présidentielles ; obligé qu’il était de ne pouvoir se déplacer sur l’échiquier politique de la Campagne Présidentielle, que de cases en cases. Donc, un Président battu, mais pas terrassé. Le journal « Les Échos » revient sur l’analyse de la défaite du Président Sarkosy. Malgré un bilan honorable en ces temps de crise, les erreurs de jeunesse du début de son quinquennat, ont littéralement plombé la Campagne Présidentielle du Président Sarkosy, d’après cet éditorial. Les médias ne lui ont pas facilement pardonné ses méthodes de démocratie directe. De trop nombreux discours ; beaucoup trop de rencontres populaires sur le terrain. Le Général de Gaulle avait le plus souvent recours aux conférences de presse pour faire passer son message ; mesurer sa popularité. Il n’intervenait à la Télévision, qu’en cas de crise ou de problèmes sérieux. Le premier ministre d’alors, se chargeant de gérer les affaires sociales et les difficultés économiques, internes au Pays. Le premier Ministre François Fillon, éminence grise de Nicolas Sarkosy, malgré son grand talent, est trop souvent resté dans l’ombre du monarque. Tout au long du quinquennat, le Président Sarkosy a toujours donné l’impression d’être en campagne. Ce qui a pu conduire à beaucoup trop de promesses difficiles à tenir, tant les caisses Nationales sont sinistrées. Le Président Sarkosy a péché non par mensonge, mais par imprudence. En ces temps difficiles pour tout le monde, vouloir réconforter et donner de l’espoir peut avoir des effets négatifs ; des effets boomerang. Le Président Sarkosy en a fait les frais. Les trois Chanceliers de l’Échiquier, successifs, que sont Jean-Louis Borloo, Christine Lagarde et François Baroin, n’ont pu contenir, malgré leur grand talent, la détresse financière et économique de notre pays ; la montée inexorable du chômage. Préoccupations majeures de tous les Français. On n’a pas cessé de le rappeler tout au long de la Campagne. Donc un nouveau Président est né ; Propre sur lui ; blanc comme la neige ; blanc comme l’agneau qui vient de naitre. Comme on dit aux Échecs, « les blancs jouent en premier et gagnent ! »

    Président !Président ! Qu’avez-vous fait de vos cinq ans ? (Tendance)

     

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  06/05/2012
    06/05/2012 16:35:23 

    Hollande, Sarko et Jouy
    Jouy, Hollande et Sarko…. ?? Quel rapport me direz-vous ? Â part nos deux illustres finalistes, on ne voit pas très bien ce que Jouy sous Thelle pourrait revendiquer dans ce triumvirat. Hé bien si ! Il y a un rapport ; et colossal le rapport. Figurez-vous que le couple Hollando-Sarkosy va recevoir, à l’arrivée ce soir à 20h00, sur les Champs Élysée, un prix de 22 000 000 d’euros ; et cela pour chacun des deux champions. Jouy sous Thelle n’est pas en lice pour les Présidentielles à ce que je crois savoir.( Si vous aviez des infos de votre coté, communiquez-les moi rapidement). Jouy sous Thelle n’a pas gagné au Loto, non plus ; ça se saurait ; et de toute façon Jouy sous Thelle est trop timoré pour se lancer dans cette entreprise ; que pratiquent chaque semaine, des millions de nos concitoyens. Non ! Rien de tout cela, mais, souvenez-vous, vingt deux millions d’Euros, c’est le montant du projet d’assainissement du syndicat intercommunal des eaux du Rû du Mesnil. Les habitants de Jouy sous Thelle , Le Mesnil Théribus, Fresnes l’Eguillon, Senots et Fleury vont devoir financer leur projet d’assainissement avec cette même somme de vingt deux millions. D’un coté Cadeau de l’État pour des individus qui ont du, quelque peu, confondre Campagne et Champagne. De l’autre pour nos communes, point de Champagne, mais de l’eau ; de l’eau qui va bientôt nous être revendue au prix du Rosé de Provence, si cela se précise. Cette somme sera donc versée à nos deux compères, net d’impôt, ni assortie d’intérêts. Pour nos malheureuses communes, cette somme sera quand à elle, accompagnée d’intérêts, que nos concitoyens paieront de toute façon. Car ces trois fois vingt deux millions d’Euros, qui seront délivrés par l’État et les collectivités, sous forme de dotations, d’aides ou de subventions, seront au final prêté à l’État par des banques Chinoises ou Sud-Américaine, quand ce n’est pas des Émirats Arabe, tant est grand notre déficit monétaire. Et plus on avance dans l’ordre alphabétique de la qualification des agences de notation; et plus les taux d’intérêts, de ces banques, augmentent. Notre triple A (AAA) devant très prochainement se dissoudre dans les miasmes de la crise économique et financière. Ami Jovacien ! Quand on aura mis le futur président sur orbite Élyséenne, t’as pas fini d’payer !

    L'économie est une science qui est seulement à la portée des riches.

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  06/05/2012

    06/05/2012 06:41:36    

     

    En jaune sur les Champs Élysée
    On y est enfin. Depuis le temps que cela dure. Ce soir 20h GMT, la ligne d’arrivée sera franchie ; bouquets et lauriers remis ; lauréats acclamés par leurs supporters. ?? Ah ! Oui ! J’oubliais, il n’y aura qu’un seul lauréat ce soir ; donc lauréats acclamés par leurs supporters. Il y aura aussi beaucoup de supporters déçus, ce soir ; des supporters qui vont manger leur écharpe. Concorde ou Bastille ? Ce soir… Il est amusant de rapporter les symboles que sous-tendent ces deux lieux célèbres de notre Capitale. Bastille : Une prison, d’abord ; une victoire, populaire, ensuite. Concorde : Le rassemblement, l’apaisement, après la bataille….. Allez savoir ! « Concorde, divinité des Romains, fille de Jupiter et de Thémis. le dictateur Camille, pour apaiser les querelles sans cesse renaissantes du sénat et du peuple, éleva le Temple de la Concorde ; cet édifice était situé au bas du mont Capitolin. Le sénat s'assemblait souvent dans ce temple.» Ainsi parlent les livres d’Histoire ; une Histoire dont, ce soir, engrenages, rouages, bielles, pignons et crémaillères vont de concert, s’encliqueter, s’embrayer et s’engrener dans la grande mécanique de l’Histoire de notre pays, sans aucun espoir de retour ; on ne refait jamais l’Histoire deux fois. Histoire, dont un épisode de plus, de la cinquième république, sera ainsi au menu, ce soir ; pour la prochaine demi-décennie. C’est à vous maintenant, chers électeurs, aujourd’hui de faire cliqueter l’urne dans l’atmosphère feutrée des isoloirs de vos Mairies respectives, afin de faire coulisser les bielles du train de notre Démocratie, qui ne doit être ni Omnibus, ni Express, mais TGV de toutes nos attentes. Attentes bien souvent en pannes, attentes maintes fois dirigées vers les voies de garage; attentes presque toujours déçues, que la récente Campagne Présidentielle nous a continuellement réitéré, continuellement resservi, continuellement rabâché sous forme de promesses et de démagogie. Demain, 7 mai, le Président de la République Française, devra faire face à toutes les attentes légitimes de nos concitoyens. Le livre de bord de la conduite des affaires lui sera présenté ; la hauteur de nos sacrifices  nous sera communiquée. Plus besoin de longs palabres, de longs discours, de longs conciliabules ni de longues entrevues ; la somme à payer nous sera assénée comme un couperet, tel un marteau-pilon ; la note et le ton de la partition économique à orchestrer, ayant déjà été joués dans le concert spéculatif des places boursières, Mondiales et Européennes ; mélodies spéculatives et économiques, toutes en accord et en harmonie pour faire plonger, notre Beau Pays dans la récession et le désespoir de ses concitoyens. Triste journal au soir du 7 mai 20h GMT. Les notes de la gamme écrite sur la portée de nos difficultés entonneront les octaves de nos déconvenues. Une symphonie de pleurs ; un opéra de grincements de dents (les édentés pouvant, pour une fois, se réjouir). Les trompettes du jugement dernier seraient-elles annoncées ? L’apocalypse pour bientôt ? Bien sûr que non, nous sera-t-il rétorqué. Gardez espoir dans vos dirigeants, vos élus, nous sera-t-il susurré….. Mais le puits de la dette, sans fond, à rembourser et le volume des cadeaux à faire aux électeurs, demeureront absolument incommensurables. Incommensurables pour nos frêles épaules de citoyens. Rassurez-vous! aujourd'hui, vous êtes encore électeurs (la belle affaire); demain vous serez redevenus contribuables, assujettis, justiciables et imposables(la bonne affaire). C’est vous qui voyez… Heu ! C’est vous qui payez !

    Dieu merci! J'ai encore les moyens de faire des dettes! (Sacha Guitry)

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  04/05/2012
     04/05/2012 07:27:34  

    Allo ! Â l’eau ! Hello !
    Invité par voie de publication dans les boites aux lettres, nous nous sommes rendus en la bonne ville de Fleury, dans l’Oise. Très forte participation à la réunion d’information du Syndicat Intercommunal d’Assainissement des communes de la Vallée du Rû du Mesnil. La salle multifonctions de Fleury ne suffisait pas pour recevoir les participants à cette réunion ; une partie du public dut se tenir à l’extérieur, afin de recevoir les échos de la réunion par les vasistas entrouverts de la salle multifonctions. Après présentation du projet, nous avons appris que la décision finale reviendrait au Syndicat Intercommunal d’Assainissement des communes de la Vallée du Rû du Mesnil. Il nous a été présenté les deux types d’assainissement en vigueur dans notre pays en zone rurale. Â savoir l’assainissement collectif, d’une part, et l’assainissement individuel, d’autre part. Les inconvénients et les avantages des deux systèmes ont été largement explicités et commentés par Mr louvet. De nombreuses questions du public, très préoccupé par les futurs développements du projet, sont venues enrichir la tenue et la teneur de ce débat. Car il y aura débat ! Le public des communes concernées par ce projet, sera consulté par chacune des municipalités respectives. Les Maires des communes de Jouy sous Thelle , Le Mesnil Théribus, Fresnes l’Eguillon, Senots et Fleury, s’y sont fermement engagés. Les grandes lignes du projet tiennent donc en quelques chiffres : Cout global du projet : 22 000 000 € (vingt deux millions d’euros) (144 310 540 Francs)(14 milliards 431 millions et 54 mille anciens francs). Taxe de raccordement aux alentours de 1000€. Réalisation des travaux si le projet est accepté : Dans les trois ans à venir (certainement en plusieurs tranches) Date buttoir de la réalisation de l’assainissement collectif : 2016 . Â cette date tous les systèmes d’assainissement, collectifs ou individuels, devront être mis aux normes. Par conséquent notre projet d’assainissement devra être réalisé ou en cours de réalisation. Enfin et c’est là le plus important :Le cout du m3 d’eau pour les particuliers : 9.86€ par m3 ; très proche des 10€ préalablement annoncés. Nous avons pu remarquer une intervention très pertinente de monsieur Maurice Monge, conseiller municipal à Jouy sous Thelle, au sujet de ce cout très élevé. Monsieur Maurice Monge insiste très fortement sur le fait que de très nombreuses familles aux revenus modestes ne pourront pas supporter très longtemps un cout aussi pharaonique dans leur budget. L’intervention de monsieur Maurice Monge a été très fortement applaudi par tout le public de la salle. Ce qui revient à dire que pour une consommation de 120m3/an pour un ménage de 4 personnes la facture s’élève à : 9.86€ x 120m = 1183.20€/an ( 7871.48 Francs) ; à condition que d’ici trois ans le prix du m3 d’eau n’ai pas été augmenté ; ce qui s’avère très improbable en ces temps de crise monétaire, financière et politique. Monsieur Maurice Monge insiste aussi sur le fait que les familles peuvent comporter plus de quatre personnes ; surtout parmi les ménages les plus modestes. Nous allons clore ici ce premier chapitre sur cette réunion d’information, car il y a encore beaucoup d’avis et de propositions qui ont été présentés au cours de cette réunion, dont nous nous ferons les rapporteurs prochainement. Nous vous invitons à consulter LECHOJOVACIEN qui a publié dès hier soir les grandes lignes de cette réunion.


    Il faut mettre de l’eau dans son vin pour qu’il n’y ait pas d’eau dans le gaz !

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  02/05/2012
     02/05/2012 06:34:02 

    Tchernobyl, Fukushima et ensuite….
    Les catastrophes nucléaires de Tchernobyl et de Fukushima nous ont rappelé que la France est le pays le plus nucléarisé du monde. De telles catastrophes peuvent très bien survenir près de chez nous. Bien que tous les scénarios de catastrophe aient été envisagés, étudiés et même expérimentés, rien ne nous met à l’abri de la fusion d’un réacteur nucléaire. Un enchainement de causes accidentelles et cataclysmiques peut très bien provoquer l’accident majeur qui était absolument imprévisible. On en apprend beaucoup à chaque nouvel accident. Mais on ne peut quand même pas souhaiter la mutation d’un réacteur nucléaire en bombe atomique, à seul fin d’enseignement. Jusqu’à présent avec ces trois accidents nucléaires, si l’on prend en compte celui de Three Mile Island, on avait appris beaucoup pour faire progresser la sécurité des centrales. Mais,il n'en demeure pas moins que toutes les possibilités d’accidents nucléaires majeurs, n’ont pas fait l’objet de leur démonstration en vraie grandeur ; heureusement ! On se répète;  s’il faut faire sauter une centrale atomique pour vérifier que les simulations et les prévisions sur ordinateur se révèlent exact ; ce sont les populations voisines de la centrale qui ne vont pas du tout ; mais vraiment pas du tout gouter la plaisanterie. Plaisanterie qui nous rappelle que notre beau village de jouy sous Thelle se trouve entre les centrales de Nogent sur Seine, de Paluel et de Panly. Pas moyen d'y échapper. Nous n’avons plus qu’à choisir à quelle sauce nous serons irradiés. Â Tchernobyl, toutes les populations ont été évacuées dans un rayon de 30 kilomètres ; à Fukushima dans un rayon de 20 kilomètres. Â Tchernobyl, ce sont 15000 victimes dans les mois qui suivirent la catastrophe, qui seront officiellement déclarées. Â Tchernobyl c’est toute l’Europe qui s’est retrouvée sous couverture radioactive, aux becquerels forts peu sympathiques pour nos globules blancs, entre autre ! La centrale de Penly se situe à 91 km de Jouy sous Thelle ; pas tout près pour une ballade à pince ; mais pour un nuage ensemencée de petits becquerels, par un vent de nord ouest, comme on en a si souvent, par ici ; une véritable promenade de santé, donc, pour ces cirro-stratus pollués et avides de foutre la zizanie dans notre ADN .Pas très réjouissant tout cela ; mais il faut bien l’évoquer un jour. Existe-t-il des plans de préventions, de communications et d’évacuations en cas d’accident nucléaire gravissime ? Il est permis d’en douter ; tant l’incurie de nos responsables, de nos élus est grande en ce domaine. On fait souvent des manœuvres contre les incendies, mais rarement les organismes de secours communiquent sur les précautions indispensables à prendre en cas de pollution par des résidus de matières fissiles. On ne peut que souhaiter que les techniciens et les ingénieurs du nucléaire, disposent de tous les moyens nécessaires pour assurer la pleine sécurité de nos centrales. On n’ose, quand même, espérer que les responsables politiques, ne fassent l’économie des remises en cause nécessaires, dans le domaine du nucléaire, à la suite d’un incident dans une centrale. En ces temps de crise financière, monétaire et politique, ces précautions absolument cruciales, risqueraient de passer au second plan.on les connait bien, nos dirigeants! Dans le domaine de la recherche, pour une meilleure sécurité des centrales nucléaires, un spécialiste des fusées, Von Braun, se disait très préoccupé à chaque lancement de fusée réussi. Non par sentiment d’auto-flagellation, mais parce qu’il craignait, disait-il, que la fusée n’emporte en son sein le défaut ou la faille qui feront certainement rater le prochain départ de sa copine, la suivante, sur le pas de tir. Il en est de même pour les centrales ; elles hébergent, encore, elles aussi, en leur cœur la faille, le défaut, la paille qui les feront partir en fusion, si les techniciens n’y prennent garde. C’est pourquoi il faut rester très vigilant, car les centrales nucléaires ont un cœur gros comme çà ; et qui peut battre très, très fort.
    Le coeur à ses raisons que la raison ignore

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  01/05/2012
     01/05/2012 07:54:36 

    Muguet en mai
    Le muguet, vivace aux petites clochettes blanches, est aussi une plante toxique. La commémoration de cette fleur et la fête du travail pourraient s’inviter de manière toxique dans la Campagne Présidentielle. Le symbole de ce 1er mai est surtout la commémoration de luttes populaires, syndicalistes et politiques, toujours entachées de violence, souvent tachées de sang. Aujourd’hui, en tout cas, des défilés Parisiens qui pourraient encore plomber davantage, la campagne du Président sortant, tant les exaspérations politiques sont chauffées à blanc ; le blanc du muguet ; le blanc du mois de mai. François Hollande, en tête des sondages, semble avoir épuisé la plupart de ses arguments ; Nicolas Sarkosy semble, quand à lui, avoir conservé par devers lui, quelques traits, certainement très perfides, lancés avec sa grandiloquence coutumière, sa virtuosité dans l’éloquence ; une pratique de notre Président, maintenant, bien connue de tous. De Gaulle a dit un jour « Il faut toujours être là où on ne vous attend pas » ; Les électeurs, quand à eux, savent où l’on peut attendre Sarkosy. Sur le terrain du discours et des promesses, difficiles à tenir ; ce fut l’une de ses activités privilégiées tout au long de son quinquennat. Pauvre premier ministre, qui en fut souvent réduit à inaugurer les chrysanthèmes. La silhouette de notre cher président est pratiquement incrustée en arrière-plan de tous les écrans de France. Tant il s‘invita dans nos repas et nos déjeuners, pour nous réexpliquer, continuellement, le jeu de sa politique, au travers des louanges de ses propres actions en tant que Président de la République. Que n’a-t-il pas fait ? Que n’a-t-il pas dit ? que n’a-t-il pas fustigé ? L’économiseur d’écran qui parviendra à restaurer la qualité des écrans de nos téléviseurs et de nos ordinateurs, n’a pas encore été conçu. Donc il est permit de penser que notre cher Président en a gardé un peu sous la pédale, pour le sprint final, dans la course sur les Champs Élysées, à la conquête du palais de l’Élysée. François Hollande, en campagne depuis plus d’un an, risque la fringale soudaine qui vous coupe les jambes dans les derniers mètres. Une arrivée dans un mouchoir ; pour reprendre les termes de la petite Reine. Quand à vos mouchoirs, quelque soit le lauréat du dimanche 6 mai à 20h00 GMT, vous allez les sortir dès le lundi 7 mai, tant est grand le gouffre financier et politique des impérities, des inaptitudes et des incompétences de nos hommes politiques ; toutes tendances confondues ; toutes couleurs arborées. En auriez-vous douté un seul instant ?
    Il vous sera beaucoup réclamé à vous qui avez tant promis (Tendance)

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  30/04/2012
       30/04/2012 05:33:07  

    Égouts sans odeurs
    C’est ce qui se passe à Jouy sous Thelle ; les égouts n’ont ni odeurs, ni effluves malveillantes, ni rejets pestilentiels.Non! Les égouts sont secrets, inodores, insipides. En clair, le projet d’assainissement communal, va être asséné à la population jeudi prochain 3 mai 2012.. A  Fleury, loin de la salle de réunion du conseil municipal de jouy, afin d’éviter, semble-t-il, l’intervention musclée des forces de l’ordre. Comme c’est devenu la coutume à Jouy. Force de l’ordre dont le siège social réside dans notre chef-lieu de canton : Auneuil.  Donc, très loin de Jouy, la réunion publique va se dérouler, tant le sujet est brulant… Puant ! Devrions-nous dire. Donc des études et des négociations menées dans le plus grand secret, le plus grand silence ; un silence très pesant ; un silence assourdissant, un silence qui en dit long. Maintenant nous commençons à comprendre que tout le tapage, le chambardement et les escarmouches à propos de la réhabilitation de la salle socioculturelle, cachait, en réalité, dans l’ombre, les tractations d’un dossier bien plus destructeur des finances communales ; des revenus et des économies de nos concitoyens. LECHOJOVACIEN compare les habitudes de gestion et de communication de notre conseil municipal avec des pratiques moyenâgeuses, antiques et tribales, comme au temps des Seigneurs .C’est malheureusement le constat que nous pouvons faire à chaque réunion de ce conseil qui avance à marche forcée, en rampant dans un terrain tortueux et boueux . Nous pensons, quand à nous, être revenu comme au temps des soviets, avant la chute du mur, où tout se tramait, se décidait dans des conciliabules troubles, opaques et secrets. Où se trouve la nouvelle Loubianka, dans Jouy, qui pourrait un jour nous empêcher de diffuser certaines vérités qui fâchent ?
    Le mensonge n'est bon à rien, puisqu'il ne trompe qu'une fois. ( Napoléon Bonaparte )

     

     

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  01/05/2012
        01/05/2012 07:54:36  

     

      Muguet en mai
    Le muguet, vivace aux petites clochettes blanches, est aussi une plante toxique. La commémoration de cette fleur et la fête du travail pourraient s’inviter de manière toxique dans la Campagne Présidentielle. Le symbole de ce 1er mai est surtout la commémoration de luttes populaires, syndicalistes et politiques, toujours entachées de violence, souvent tachées de sang. Aujourd’hui, en tout cas, des défilés Parisiens qui pourraient encore plomber davantage, la campagne du Président sortant, tant les exaspérations politiques sont chauffées à blanc ; le blanc du muguet ; le blanc du mois de mai. François Hollande, en tête des sondages, semble avoir épuisé la plupart de ses arguments ; Nicolas Sarkosy semble, quand à lui, avoir conservé par devers lui, quelques traits, certainement très perfides, lancés avec sa grandiloquence coutumière, sa virtuosité dans l’éloquence ; une pratique de notre Président, maintenant, bien connue de tous. De Gaulle a dit un jour « Il faut toujours être là où on ne vous attend pas » ; Les électeurs, quand à eux, savent où l’on peut attendre Sarkosy. Sur le terrain du discours et des promesses, difficiles à tenir ; ce fut l’une de ses activités privilégiées tout au long de son quinquennat. Pauvre premier ministre, qui en fut souvent réduit à inaugurer les chrysanthèmes. La silhouette de notre cher président est pratiquement incrustée en arrière-plan de tous les écrans de France. Tant il s‘invita dans nos repas et nos déjeuners, pour nous réexpliquer, continuellement, le jeu de sa politique, au travers des louanges de ses propres actions en tant que Président de la République. Que n’a-t-il pas fait ? Que n’a-t-il pas dit ? que n’a-t-il pas fustigé ? L’économiseur d’écran qui parviendra à restaurer la qualité des écrans de nos téléviseurs et de nos ordinateurs, n’a pas encore été conçu. Donc il est permit de penser que notre cher Président en a gardé un peu sous la pédale, pour le sprint final, dans la course sur les Champs Élysées, à la conquête du palais de l’Élysée. François Hollande, en campagne depuis plus d’un an, risque la fringale soudaine qui vous coupe les jambes dans les derniers mètres. Une arrivée dans un mouchoir ; pour reprendre les termes de la petite Reine. Quand à vos mouchoirs, quelque soit le lauréat du dimanche 6 mai à 20h00 GMT, vous allez les sortir dès le lundi 7 mai, tant est grand le gouffre financier et politique des impérities, des inaptitudes et des incompétences de nos hommes politiques ; toutes tendances confondues ; toutes couleurs arborées. En auriez-vous douté un seul instant ?
    Il vous sera beaucoup réclamé à vous qui avez tant promis (Tendance)

     

     

     


    votre commentaire
  • Le meilleur des carnets de Jules Hostouley -  29/04/2012
    29/04/2012 09:08:59  
     

    Avril se défile
    Un printemps glacial et avril qui perd 4° en moyenne cette année. 3° est la température moyenne relevée à Jouy depuis le début du mois d’avril. En faisant des comparaisons sur les relevés depuis une quinzaine d’années ; on s’aperçoit que la moyenne d’avril 1995 est de 6° ; un mois qui fut considéré comme frais à l’époque. L’ensemble de ces quinze dernières années révèle une moyenne de 7° en avril dans les minimas. D’où une perte de 4° en moyenne ce mois-ci ; ce qui est considérable. Même constat pour les maximas ; la moyenne d’avril depuis 1995 est de 14° ; la moyenne des températures maxi d’avril 2012 est à peine de 10°. En plus avec ces vents qui ont pratiquement soufflé tous les jours, les températures ressenties sont beaucoup plus basses. Vous avez peut-être remarqué que la météorologie nationale indique maintenant les valeurs des températures ressenties ; depuis que la présence du vent est quasi constante, chaque jour ; aujourd’hui encore, si j’en juge par le bruit dans les conduits de cheminée. La facture de chauffage va être conséquente cette année. Et le prix global de l’énergie, lui, va toujours en progressant. Si la croissance a déserté notre économie ; le prix de l’énergie, lui, est en pleine croissance. Comme toujours, il y en a qui se sucre pas mal au passage ; multinationales, compagnies et banques ne se plaignent pas du tout de cette situation. Elle vont très bien, je vous rassure. Merci pour elles !

    Sakaïcek…….

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique