• Mamans et Patrons

    Mamans, elles ont choisi d'être leurs propres patrons
    Beauvais
    Lundi 11 Avril 2011

    Nguyen Nga est devenue sa propre chef en mars dernier dans la photographie et le graphisme, ses deux passions.

    Elles sont une douzaine de femmes, qui ont comme point commun d'être mère de famille et chef d'entreprise. Pas toujours facile à concilier. Témoignages
    Des questions, elles n'en manquent pas. Elles étaient une douzaine de femmes de l'association Mompreneurs de l'Oise à se rencontrer, jeudi dernier. Toutes entrepreneuses et mères de famille.
    L'une d'entre elles, Anita Claux, 37 ans, d'Ully-Saint-Georges, a lancé sa SARL, en mars dernier, un site internet dédié au relooking de meubles et objets. C'était quelques semaines après l'accouchement de son deuxième enfant. «Je voulais être davantage auprès de mes enfants. Ne plus courir et être dans le stress des transports en commun », explique cette ancienne responsable marketing dans une entreprise de la région parisienne.
    Chef d'entreprise, Anita est avant tout maman. Pas facile de concilier les deux. «Un père chef d'entreprise pourra se donner plus à fond dans sa société, note Anita. Alors qu'une femme doit être plus présente à la maison auprès des enfants. »
    «Mes enfants ont l'impression que je suis moins présente »

    Paradoxalement, en travaillant à domicile, ces femmes ne se montrent pas forcément plus disponibles : «Mes enfants ont l'impression que je suis moins présente, témoigne l'une d'elle. Ils préféraient quand je travaillais à l'extérieur et que je les emmenais chez la nounou ».
    Pour Anita, être chef d'entreprise c'est un nouveau challenge à relever. Et la jeune femme ne compte pas en rester là. «Le but c'est d'avoir d'autres salariés dans quelques années. » La jeune maman pense que l'année prochaine, elle pourra commencer à vivre de son nouveau métier.
    «Pour l'instant, j'ai beaucoup de charges à payer, d'ici un an je devrais pouvoir me rémunérer. » Nguyen Nga, 38 ans, de Chantilly, a pris moins de risques et s'est lancé comme auto-entrepreneuse dans la photographie et le graphisme, en mars dernier.
    Si elle n'arrive pas à en vivre, elle peut toujours retourner travailler comme assistante dentaire, son métier originel. Ce qu'elle apprécie, c'est d'être autonome dans son travail et de pouvoir gérer ses créneaux horaires.
    Mais le risque pour ces femmes qui travaillent pour la plupart à domicile, c'est de mélanger travail et vie privée. «Pour l'instant c'est compliqué, je n'ai pas de bureau de travail chez moi, précise Nguyen. Je dois déménager l'année prochaine. »
    Mais si il y a bien une chose que redoutent ces femmes entrepreneuses, c'est l'isolement. «Ce qui me manque, ce sont les pauses café avec les collègues, pour se raconter son week-end », avoue Anita.

    ÉLISE KERGAL
    courrier picard

    barre
    Toujours difficile d'entreprendre dans notre beau pays La France.
    Beaucoup d'embuches:

    • Administratives
    • Économiques
    • Sociales
    • Familiales
    Créer son entreprise demeure une démarche assez hasardeuse, mais très excitante.
    Le témoignage de ces personnes illustre bien le dynamisme nécessaire pour mener son projet jusqu'au bout.
    Tendance

     

    « Brocante à EnencourtVent nouveau : Vent divin ! »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :